Accédez directement au site

30 ans après sa mort, Claude François fait toujours une belle carrière...

Voilà 30 ans jour pour jour que Claude François nous a quittés. En cette date anniversaire, revenons sur la carrière d'un artiste qui a marqué sa génération... Et la nôtre. Car non content d'avoir fait vibrer les jeunes filles des sixties, le nom de Claude François continue de susciter l'intérêt et surtout de faire vendre. Depuis 1962, l'artiste a écoulé plus de 61 millions de disques...

Depuis le 11 mars 1978 où Claude François vient à décéder accidentellement électrocuté dans sa baignoire, les rumeurs, hypothèses et spéculations relatives à cette disparition n'ont jamais véritablement cessé de se propager aux quatre coins de l'Hexagone. Et c'est à cela que l'on mesure l'ampleur du mythe. La bonne nouvelle, pour les ayant-droits surtout, restant que l'homme aux 277 chansons, aux 889 costumes et aux 700 paires de boutons de manchettes mène une royale carrière posthume qui rapporterait, dit-on, 10 millions d'euros par an...

De 1962, début de sa carrière, à 1978, Claude François a vendu environ 35 millions de disques. Depuis sa mort, l'artiste aurait déjà écoulé quelque 27 millions d'albums. Cette année, à l'occasion de ce funeste anniversaire, les estimations des ventes varient déjà de 150 000 à 250 000 albums et de 70 000 à 100 000 DVDs.

Le nom de Claude François a toujours fait vendre. Des disques, mais pas seulement. Il cartonne aussi en librairie. Des livres, qui la plupart du temps donnent de lui l'image d'un tyran, se sont succédé à n'en plus finir, et ceux à paraître sont promis à un succès identique. Oui, Cloclo était aussi du genre à piquer de grosses colères, à humilier ses collaborateurs, à meurtrir son entourage familial. Sa soeur, dans un ouvrage intitulé Claude François, mon frère, sorti en février dernier, n'hésite pas à refaire le portrait de son "double masculin", et évoque un côté perfectionniste qui relève du trouble compulsif. Elle raconte ainsi comment il ne supportait pas "qu'un caillou du jardin soit égaré sur le gazon; le jardinier veillait à ce que cette exigence soit respectée."

Mais Claude François, c'est aussi, et surtout, l'agité d' Alexandrie, Alexandra (Aaaahhhh !!!), Le téléphone pleure ou encore Comme d'habitude. Ce dernier titre, dont il est le co-auteur, co-compositeur et co-éditeur, a fini d'asseoir la notoriété du chanteur — et sa descendance sur des royalties qui traverseront les âges : il existe plus de 1 000 versions de cette chanson qui a été interprétée pour la première fois en 1967, et dont la célèbre version en anglais, My Way, a fait le tour du monde grâce à Franck Sinatra.

La recette de Cloclo ? Des refrains qu'un enfant de trois ans parviendrait à mémoriser, des paroles "dont on peut penser qu'elles ont été écrites sans trop se casser la tête" dixit leur auteur — mais ce n'est là qu'apparence —, des rythmes entraînants sur lesquels sont appliqués des pas de danse repérés au fil d'une émission de l'époque où se produisent les Jackson Five... Du travail, énormément de travail et encore du travail. Et du talent.

Pas si simple, finalement...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À voir aussi
Recommandé par
Stars dans l'actu
À ne pas rater
Recommandé par
En vidéos
Harry Styles assailli par la foule, il console une fan bousculée !
Jamiroquai incognito, il parcourt Paris en vélo, incognito
Beyoncé déchaînée, elle se lance dans un booty shake avec des fans !
Commentaires