Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

A quelques heures de l'ouverture, la présidente Isabelle Huppert... nous raconte Cannes !

Isabelle Huppert, présidente du 62e Festival de Cannes, dans les couloirs de l'hôtel Carlton le 12 mai 2009
13 photos
Lancer le diaporama
Isabelle Huppert, présidente du 62e Festival de Cannes, dans les couloirs de l'hôtel Carlton le 12 mai 2009

Elle est l'une de nos plus grandes comédiennes et sera ce soir, comme nous vous l'annoncions, la présidente du jury de ce très attendu 62e Festival de Cannes.

La comédienne française Isabelle Huppert et Cannes, c'est une longue histoire d'amour. Une de ces histoires sentimentales qui jalonne une vie, en pointillé, un amour qui va et qui vient au fil du temps et d'une carrière, mais vers qui l'on revient toujours, car on sait qu'il sera à jamais présent.

Sa première venue sur la Croisette, c'était en 1975, à l'occasion de Rosebud, un film improbable signé Otto Preminger, dans lequel elle donnait la réplique à Kim Cattrall (Sex and the City). L'année suivante, elle foulait à nouveau le tapis rouge pour se voir remettre le prix Suzanne Bianchetti, qui récompensait une jeune comédienne.

En 1978, c'est le triomphe de Violette Nozières, de Claude Chabrol, pour lequel elle reçoit son premier prix d'interprétation à Cannes. Elle n'a alors que 23 ans, mais le monde (du cinéma) semble déjà être à ses pieds.

En 1980, Isabelle est présente en compétition officielle... à travers trois films ! Cette année-là sont effectivement en sélection Loulou, de Maurice Pialat, Les Héritières, de Marta Meszaros, et Sauve qui peut (la vie), de Jean-Luc Godard.

L'année suivante, elle vient avec Kris Kristofferson et Michael Cimino présenter La Porte du Paradis. Le film culte de Cimino (qui sortait du succès de Voyage au bout de l'Enfer), avait été un flop monumental aux Etats-Unis, allant jusqu'à couler le studio United Artists, qui avait financé ce projet pharaonique. Dans les pages du Monde, Isabelle se souvient : "On attendait beaucoup de la présentation du film à Cannes, parce qu'il avait été un échec retentissant aux Etats-Unis. A Cannes, le film avait été bien accueilli, sans plus. Ca n'enlevait rien à notre enthousiasme et à notre fierté. Mais je crois que Michael Cimino ne s'en est jamais remis".

En 1984, Isabelle revient à Cannes et monte tous les soirs les marches ! Elle est effectivement membre du jury cette année-là : "J'étais jurée, Dirk Bogarde était notre président. "Paris Texas" avait eu la Palme d'Or. Ca avait été une expérience agréable, plutôt sereine, où les gens ne s'étaient pas trop affrontés. Il faut dire que Dirk Bogarde était quelqu'un d'assez nonchalant. Les jurys s'incarnent différemment selon les personnalités. J'ai surtout le souvenir que c'était un groupe qui décidait. On a tendance à penser que c'est le président mais, en principe, c'est une démocratie, ce n'est pas un régime autoritaire".

En 2001, Isabelle a les honneurs d'un deuxième prix d'interprétation cannois pour son incroyable performance dans La Pianiste, de Michael Haneke : "Les remises de prix, ce sont des moments très intenses. Une fois que c'est fait, ça paraît très naturel. Mais pendant les moments d'attente, au moment où on vous l'annonce, on mesure l'effet que ça fait. On sait qu'on a eu raison de faire le film, de ne pas avoir eu peur du rôle. Michael m'avait proposé ce film en me disant la chose qu'il faut toujours dire à une actrice pour qu'elle accepte le rôle : "Je ne le ferai pas sans toi". Sur le papier, il y avait des scènes qui étaient un peu... Mais je les avais lues vite, en me disant on verra bien !"

Deux ans après, Isabelle revient hors-compétition pour le nouveau film de Haneke. Son souvenir est très différent du précédent : "Le film de Michael, "Le Temps du Loup", était hors-compétition. Il a été moins bien accueilli que "La Pianiste". J'ai toujours aimé accompagné des films à Cannes. Mais il y a un climat qui peut aveugler le jugement sur les films. J'y ai été confrontée quand j'ai présenté "Malina", en 1991, ce n'était pas du tout un film pour Cannes. Alors, même le rejet devient intéressant et vient vous conforter dans le fait d'avoir fait le film. Toute l'histoire de Cannes est faite de ça".

Enfin, 2009, année de la présidence ! A l'occasion de l'ouverture, ce soir, de cette nouvelle édition du plus grand festival de cinéma du monde, le Hollywood Reporter a recontré celle vers qui tous les yeux seront tournés dans quelques heures. Extraits.

"Par rapport à 1984, où je faisais partie du jury, j'espère que je n'ai pas vraiment changé. J'espère que je suis la même personne. J'espère simplement qu'aujourd'hui je peux voir les choses d'une façon plus claire, plus lumineuse, avec plus de simplicité, mais aussi avec un certain sens des responsabilités".

"Je ne suis pas sûre que le cinéma français a beaucoup changé depuis 20 ans. Le temps passe bien sûr, et peut-être est-il plus fragile que par le passé, mais il offre une réelle diversité aux spectateurs. C'est ce qui fait l'une des forces du cinéma français. Il est très ambitieux, parfois un peu difficile d'accès, mais pour moi, un bon film reste un bon film, et j'essaye de ne pas mettre une oeuvre dans une case".

"Je n'avais jamais su que je voulais être une actrice avant d'exercer ce métier. Ce n'est pas quelque chose dont je rêvais étant enfant. J'ai su que je voulais être actrice quand je le suis devenue. Et aujourd'hui, je ne peux pas m'imaginer faire autre chose".

Je déclare le 62e Festival de Cannes... ouvert ! Rendez-vous à 20h...

Adam Ikx from Cannes

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos

Julie Ricci hospitalisée après avoir été renversée avec son fils Gianni le 1er mars 2019 sur Instagram.
Camille Lacourt invité dans "Salut les terriens" (C8) raconte comment il a été obligé de porter la robe de Miss France de Valérie Bègue. Le 13 avril 2019.
Faustine Bollaert, invitée des "Terriens du samedi" (C8) le 4 mai 2019, révèle avoir eu recours à la chirurgie esthétique.
Laeticia Hallyday ressort une vidéo avec Johnny Hallyday à l'occasion de l'anniversaire de leur ami Jean-Claude Sindres le 7 avril 2019. La vidéo a été tournée le 7 avril 2017 à Los Angeles, quelques mois avant la mort de Johnny Hallyday.
Nagui émeut Marie-Christine aux larmes dans "Tout le monde veut prendre sa place" sur France 2, le 1er décembre 2018.
Benjamin Castaldi s'emporte sur Cyril Hanouna sur C8 lors du prime spécial Années 2000 le 1er mars 2019.
Jean-Pascal Lacoste dans "Ca commence aujourd'hui", 15 avril 2019, France 2
Rachel Legrain-Trapani raconte sa soirée "pas très fun" et même "pourrie" du 31 décembre 2018 avec Benjamin Pavard, sur le plateau de "Touche pas à mon poste people" sur C8 le 11 janvier 2019.
Marie-Christine dans "Ca commence aujourd'hui" - France 2, 5 février 2019
Anne-Charlotte dans "Les 12 Coups de midi", dimanche 9 janvier 2019, sur TF1
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel