Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Albert de Monaco : Son soi-disant ancien espion, qui l'attaque en justice... balance très fort !

Un peu plus tôt dans la journée, nous vous annoncions que le prince Albert, 51 ans, dont le livre L'Autre Prince paraîtra demain, va être au coeur d'un procès dont les premières réunions commenceront le 4 février prochain, à Santa Barbara, en Californie.

Selon le magazine Point de Vue, Robert Eringer, ancien employé du souverain, vient d'entamer une action en justice et réclamerait au prince Albert des honoraires non réglés. Ce dernier l'aurait embauché durant 6 ans pour récolter des informations secrètes.

Si le plaignant affirme avoir un énorme dossier contenant de nombreuses preuves de ses recherches et de ses missions commanditées par le prince, le frère de Caroline et Stéphanie de Monaco dément fermement avoir été proche de cet homme et avoir utilisé les renseignements de celui qui se dit avoir été son espion.

Le magazine Paris-Match, en kiosques demain, va plus loin, et a longuement interviewé Robert Eringer aux Etats-Unis, en présence de son avocat Brigham Ricks, avec pour devise : "Je ne répondrai qu'à des questions précises, et je ne dirai rien de plus que ce que je peux prouver".

Celui qui a grandi à Londres, où il était journaliste d'investigation, et dit avoir travaillé pour le FBI, déclare avoir rencontré son employeur en 1991. "De fil en aiguille, il s'est intéressé à ce que je faisais. (...) Personne ne le briefait sur les chefs d'Etat ou de gouvernement qu'il rencontrait. Même à l'intérieur de Monaco, il n'était au courant de rien. (...) Il m'a ainsi demandé de lui rendre un rapport sur deux personnes en particulier. Je le lui ai rendu. Il était ravi, et, dans la foulée, m'a dit : "On devrait peut-être travailler ensemble"."

C'est le 16 juin 2002, à l'hôtel Colombus, que le prince aurait proposé à Robert Eringer de devenir "son intelligence adviser" à plein-temps, au cours d'un rendez-vous de 45 minutes. "Nous n'avons rien signé, tout s'est fait sur la confiance mutuelle. Je n'avais ni titre spécifique ni existence officielle : censé être invisible, j'étais chargé d'enquêter sur les gens et les entités qui l'intéressaient", déclare-t-il.

Il raconte qu'il devait envoyer ses factures au comptable du Palais et n'avoir jamais fouillé dans les vies des soeurs du souverain, ni dans celle de sa compagne, la ravissante Charlene Wittstock. Heureusement qu'il donne cette précision !

Dans la liste des personnes sur lesquelles il s'est renseigné se trouvaient "un homme d'affaires réputé, un de ses meilleurs "amis" qui prétendait avoir de lui une cassette vidéo compromettante, un haut fonctionnaire, un promoteur immobilier..."

L'objectif premier et légitime du prince Albert ? "Mettre un terme à la corruption qui rongeait le Rocher. A la fin de sa vie, Rainier était très malade. Beaucoup de gens exploitaient son état de santé ou utilisaient abusivement son nom pour obtenir tous types de faveurs : passeports, emplois... Albert voulait faire le ménage."

Ainsi, l'agent secret lui a signalé des tentatives d'infiltration à Monaco par le FSB, service de renseignement russe, puis lui a conseillé de s'éloigner de Philip Green, le patron de Topshop, soupçonné de blanchiment, et de ne pas rencontrer le businessman Patrick Maugein (à présent décédé), pour éviter de tremper dans de drôles d'affaires qui se sont avérées scandaleuses. Quelques procès en diffamation se préparent, à notre avis...

Il effectuait son travail dans un appartement situé au 11 boulevard Albert-Ier, baptisé "M-Base". Il dévoile également avoir découvert "qui racontait quoi" à la presse durant ce qui a été appelé l'opération "Hound Dog", qui consistait à infiltrer les médias.

A partir du 6 avril 2005, date à laquelle Rainier est mort, Robert Eringer révèle avoir été nommé à la tête de l'agence de contre-espionnage "Monaco Intelligence Service" et assure avoir découvert un Albert totalement différent. Il relate notamment le moment où sa fille naturelle Jazmin Grace, née de son aventure avec Tamara Rotolo, est venue à Monaco - il avait refusé de la rencontrer. "Je pensais qu'il s'agissait d'un devoir pour lui. J'ai échoué à le convaincre (...) Très vite, j'ai vu que tout ça le dépassait et qu'il avait oublié sa promesse de faire le ménage à Monaco ! Il n'avait plus envie de m'écouter."

En mars 2007, Eric Eringer lui a annoncé avoir des informations très importantes à lui révéler, déclaration après laquelle le prince n'a jamais rappelé. Après de nombreuses tentatives de contacts, l'employé n'a jamais eu de suites, qu'elles soient financières, écrites ou orales.

Il balance également que le souverain était très sujet à la fête alors que son bras droit, le chef de cabinet Jean-Luc Allavena, "était au bureau de 7 heures à minuit". "Je pense qu'Albert ne l'a pas supporté. Allavena a été viré", dit-il avant de poursuivre : "Selon moi, Thierry Lacoste, l'avocat du prince, a tout fait pour obtenir la chute d'Allavena. Je crois qu'il a cherché à régenter la Principauté. J'ai fait part de mon sentiment au prince... lequel le lui a répercuté. Evidemment, à partir de ce moment, il n'a eu de cesse de me démolir."

Pour conclure, l'ancien espion explique que sa plainte a été déposée dans le but de forcer Albert à réagir avant le 20 novembre, mais menace : "Attention : s'il me contredit, j'ai les moyens de prouver que ce que je dis est vrai..."

Affaire houleuse et complexe... à suivre ! Maître Lacoste, l'excellent avocat du Prince Albert, a du pain sur la planche !

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos

Oscar de Suède
Pauline Ducruet et Camille Gottlieb dans un salon de tatouages de New York avec leur maman Stéphanie de Monaco le 17 mars 2019.
Tatiana Santo Domingo et Dana Alikhani ont tenu le 22 janvier 2019 à Paris un pop-up store de leur marque Muzungu Sisters dans une suite du Meurice. A cette occasion, elles ont notamment accueilli L'Officiel pour parler créations. ©Story Instagram Muzungu Sisters.
Céline Dion répond à BFMTV, depuis le Moulin Rouge à Paris, le 24 janvieer 2019
Céline Dion dans 50'inside, le samedi 6 avril 2019
Chiara Ferragni fête ses 32 ans en famille avec le sac "Peekaboo" de Fendi. Mai 2019.
Céline Dion - Nouvelle reine d'Instagram
Dizzy Dizzo, Yoyo Cao, Hikari Mori et Peggy Gou dans "FENDI #BaguetteFriendsForever". Janvier 2019.
Camille Gottlieb et son amie Laura se sont fait plaisir samedi 23 février 2019, avec un bon moment de détente aux Thermes marins de Monte-Carlo. Story Instagram.
Images de l'enterrement de vie de garçon de Louis Ducruet au Japon en avril 2019. Instagram.
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel