Recevoir les actus de mes stars préférées par email
OU
> voir un exemple > CGU

Amanda Lear vous ouvre les portes de son intimité... avec son franc-parler !

News publiée le Lundi 16 Mars 2009 à 19:07

Photos et vidéos
Amanda Lear... une pièce de théâtre et un nouvel album... tout roule pour la jolie blonde ! Amanda Lear... une pièce de théâtre et un nouvel album... tout roule pour la jolie blonde ! Amanda Lear... une pièce de théâtre et un nouvel album... tout roule pour la jolie blonde !

Nous adorons la démente Amanda Lear, créature sans âge qui nous revient actuellement avec une double actualité - une pièce de théâtre intitulée Panique au Ministère, et un double album baptisé Brief Encounter, dans lequel elle reprend notamment des tubes de Lou Reed, de David Bowie et des Pet Shop Boys.

A l'occasion de cette actualité chargée, la succulente provocatrice a rencontré le magazine Têtu, et s'est livrée dans les pages du mensuel gay comme rarement. Entière, sans langue de bois, avec son ton bien à elle, la délirante Amanda revient sur toutes les polémiques qui l'ont touchée durant ces années, avec son humour tellement divin. Extraits.

Concernant son âge ? "On s'en fiche, non ? J'ai eu récemment une aventure avec un mec qui me lance : "Mais quel âge as-tu ? Plus de 40 ans ?" Je lui réponds : "Mon chéri, je pourrais être ta mère". Et lui : "Putain, comment t'es gaulée ! C'est vrai ?" On ne pose pas ces questions-là, je plais ou non. Peut-être que dans leur tête, ils se disent : "Merde, j'ai bouffé le cul d'une vieille". Mais je m'entretiens, je fais du taï chi. (...) Je ne fume pas, je ne bois pas. Presque une carmélite, sauf que j'aime les petits jeunes. Et je rêve de jouer, au théâtre, "Le Lauréat" ou des pièces de Tennessee Williams".

Et un retour à la télévision ? "Longtemps j'ai été payée des fortunes à ne rien faire, juste être mignonne et avoir de la répartie. Sauf que la télé a atteint un tel niveau, le douzième sous-sol, que je ne peux plus. J'ai trop honte. Mais les propositions continuent d'affluer. On me demande d'évoquer mon appétit pour les petits jeunes... Je refuse. (...) Les petits jeunes sont attirés par des femmes ayant dépassé la cinquantaine parce qu'elles sont plus cochonnes. Et plus sûres d'elles, mieux habillées, qui les emmènent dans de bons restaurants, qu'elles ont de la conversation, leur font plaisir au lit tout en sachant qu'elles n'ont plus le corps de leurs 20 ans. Pour les garçons, la belle affaire ! C'est désormais très répandu. Claire Chazal, Madonna, Demi Moore : qui n'a pas son toy-boy ?"

Loin de Paris, vit-elle toujours en Provence ? "Oui, un endroit merveilleux avec plein d'oliviers, des chats, sans compter de merveilleux amis. (...) Un été, Brigitte Bardot me fait savoir qu'elle veut me vendre sa maison, La Madrague, qui me plaisait. On a commencé à négocier et, le jour où j'arrive enfin avec le chèque certifié de la banque, elle me dit : "J'ai changé d'avis". J'ai failli lui en coller une ! Je suis repartie avec Alain-Philippe Malagnac (ex-compagnon de Roger Peyrefitte, ndlr), mon mari, et le lendemain, par hasard, on visitait une maison à Saint-Rémy-de-Provence. Un coup de foudre qui dure".

Sa longue romance avec Salvador Dali ? "Quand je suis entrée dans leurs vies, au milieu des années 1960, Gala, qui avait dix ans de plus que Dali, était déjà une vieille dame. Qui en avait ras-le-bol parce que cela faisait plus de trente ans qu'elle se le trimballait, lui et ses caprices. Elle préférait aller au théâtre, se balader en Grèce et sortir avec un petit gig'. Quand elle m'a vue arriver, et Dali s'amourachant de moi, elle m'a dit : "Ma chère, j'adore mon mari du moment qu'il est heureux. Je vais vous montrer votre chambre. Allez, hop !" Evidemment, le trio faisait jaser à Paris : "Mais qui suce qui ?" En réalité, personne ne suçait personne. Dali avait besoin de quelqu'un pour l'inspirer, et c'était moi. Cela dura quinze ans. Gala allait jusqu'à payer mes billets d'avion, parce que Dali était un de ces radins ! Et vaniteux avec ça. Il refusait de chausser ses lunettes pour régler une course de 3,50 dollars à New York, et filer par mégarde au chauffeur un billet de 100 dollars ! J'ai tout cafté à Gala qui, du coup, me donnait de l'argent pour régler les dépenses. Evidemment, je trichais un peu..."

Concernant son mari, Alain-Philippe Malagnac ? "Je suis tombée amoureuse d'Alain-Philippe Malagnac, ce qui a bouleversé ma vie. Fabrice Emaer m'avait appelée pour que j'inaugure Le Palace. La peinture n'était pas sèche, il n'y avait pas de loge, mais c'était un événement, et Paris Match avait demandé à Roger Peyrefitte de m'interviewer. Le voilà qui débarque avec son fils adoptif, Alain-Philippe Malagnac - puisqu'à l'époque, lorsqu'on avait un petit ami, on l'adoptait. Et j'en tombe folle amoureuse ! D'ailleurs, je tombe souvent amoureuse de garçons homosexuels. (...) Dali faisait la gueule. Roger Peyrefitte était ravi, il est devenu mon beau-père et, dès lors, je l'ai reçu tous les étés à la maison".

Et concernant la relation entre Roger Peyrefitte et Alain-Philippe ? "C'était de la pédophilie. Alain-Philippe était un petit giton. Il a croisé Josée Dayan au café de Flore, qui s'occupait du casting pour "Les Amitiés Particulières", l'adaptation du livre de Roger Peyrefitte. Il leur fallait de beaux petits mecs habillés en enfants de choeur. Et Peyrefitte, qui était sur le tournage et avait presque 60 ans, a ressenti un coup de foudre pour Alain-Philippe, qui en avait 14, et l'emmena à Capri, le grand tralala. Sa famille n'a rien dit ? Un jeune garçon avec un vieux monsieur, on se disait qu'il l'éduquait, on ne voyait pas cela sur le plan sexuel. Quand Alain-Philippe m'a raconté, j'étais choquée".

Quant aux rumeurs de son changement de sexe ? "Ça s'est calmé, mais c'est le souvenir qui restera de moi. L'identité sexuelle nous tracasse tous. Est-on lesbienne, aime-t-on les mecs, est-on bi ? En fait, on est polysexuel. Je n'irai pas jusqu'à dire "un trou est un trou", mais presque. Voilà, j'aime baiser".

Enfin, concernant le bonheur, elle qui dit qu'elle ne voit pas de gens heureux autour d'elle ? "Homos comme hétéros, je n'arrive pas à voir de gens heureux autour de moi. Alors le mariage gay, pensez, déjà que je suis contre le mariage hétéro ! Je ne peux que constater la cruelle réalité : rien ne dure. Je terminerai toute seule, à coup sûr, en Greta Garbo du Luberon. Un matin, mes chats viendront me dévorer parce que j'aurais oublié de leur donner à manger".

Pour découvrir cette excellente interview en intégralité, rendez-vous dans le nouveau numéro de Têtu ! Et si vous souhaitez voir la géniale Amanda en chair et en os, rendez-vous au théâtre de la Porte Saint-Martin, pour la découvrir sur les planches dans Panique au Ministère !

Adam Ikx

Découvrez Saint-Rémy de Provence et les spas en Provence avec enprovence.fr

Bruce Willis en cavale dans les rues de Paris

Faire un lien vers cet article

Laisser un commentaire

comments powered by Disqus

Actu people du jour

  • Kim Kardashian, Kanye West et leur petite North : Voyage stylé en famille

    10:18 Kim Kardashian, Kanye West et leur petite North : Voyage stylé en famille

  • 09:38 Mariage d'Angelina Jolie et Brad Pitt : Les premières photos de la noce !

  • 01/09 Zahia Dehar : La bombe, toujours en vacances, se dore la pilule en maillot

  • 01/09 TPMP - Enora Malagré : ''J'ai décidé d'arrêter l'After de Nouvelle Star !''

  • 01/09 TPMP : Gérard Louvin officialise son départ de l'émission de Cyril Hanouna

  • 01/09 Mort de Philippine de Rothschild : Les obsèques d'une grande dame tant aimée...

Plus d'articles sur ce thème

People dans l'actu

PURE FOCUS