Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Banni de la F1, Flavio Briatore, futur papa, contre-attaque : le scandale du Crashgate est loin d'être terminé...

Flavio Briatore veut faire annuler sa radiation de la F1
3 photos
Lancer le diaporama

Le scandale du Crashgate n'en finit plus de déraper... Après les déclarations de Felipe Massa, qui voudrait bien voir les résultats du Grand Prix de Singapour 2008 invalidés après l'établissement d'une tricherie fomentée par Flavio Briatore, nouveau crissement de pneus du côté de la F1 : Flavio Briatore attaque la FIA (Fédération Internationale du soport Auotmobile) en justice !

Suite aux aveux de Nelson Piquet Jr., ex-pilote de Renault F1 Team, le président de l'écurie française et son directeur technique Pat Symonds avait été convaincus de tricherie dans l'affaire de Singapour - Nelsinho avait obéi à un ordre lui enjoignant de percuter un mur de sécurité pour permettre la neutralisation de la course et la remontée (puis la victoire) de son coéquipier Fernando Alonso. Et tandis que Symonds écopait de 5 ans de suspension, Flavio Briatore essuyait une radiation à vie de la F1 - voire plus.

Au banc des accusés et au ban de la F1, Briatore, futur papa et toujours enrichi par ce sport (via une holding lié au management des pilotes, dans laquelle son nom ne figure pas), ne compte pas y rester. Ses avocats viennent d'ester en justice auprès du tribunal de grande instance de Paris, où siège la FIA, pour réclamer l'annulation de sa radiation à vie, rapporte le JDD. Une question d'honneur, est-il dit. Un honneur qui ne sera pas lavé gratuitement : Briatore demande également des dommages et intérêts (entre 500 000 et un million d'euros). Une procédure qu'on aurait pu penser inconcevable au vu de son implication dans un tel scandale et de son lâchage et lynchage expéditif.

Mais ses avocats se sont fondés sur des failles dans le jugement et la sanction rendus par la FIA et son président sortant (il sera remplacé après vendredi prochain par Jean Todt ou Ari Vatanen) Max Mosley.

Premièrement, la sanction de la FIA, n'ayant pas de limite dans le temps, tombe en infraction au droit européen.

Deuxièmement, les droits de la défense ont été bafoués - la convocation de Briatore ne contenait ni motifs, ni charges retenues à son encontre.

Troisièmement, les conseillers de Briatore estiment qu'il n'a pas eu droit à un juge impartial en la personne du président Max Mosley. Flavio Briatore, chef de file de la ligue constituée par les constructeurs contre Mosley plus tôt dans l'année, entend prouver que ce dernier a fait en sorte de régler un compte personnel tout en épargnant Renault dans la perspective de son avenir en F1.

A côté de cela, les rumeurs de retour (il a annoncé lui-même que ce n'était pas à exclure) de Michael Schumacher au sport dont il fut le Kaiser, après une pige manquée en raison d'une blessure au cou, ne provoquent guère d'émoi...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos
Kanye West à bout de nerfs : il perd son sang froid et attaque un paparazzi !
Alec Baldwin perd une fois de plus son sang froid avec un photographe
Nadal superstar : le champion pose une année de plus avec sa coupe de Roland Garros