Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Bernard Tapie : Cinq ans de prison requis, colère au tribunal

Bernard Tapie - Arrivées au Tribunal de Paris, Batignolles - 11e chambre correctionnelle, 2e section pour le procès de Bernard Tapie le 18 mars 2019.
12 photos
Lancer le diaporama
Bernard Tapie - Arrivées au Tribunal de Paris, Batignolles - 11e chambre correctionnelle, 2e section pour le procès de Bernard Tapie le 18 mars 2019.
Après trois semaines d'audience, les réquisitions dans l'affaire de l'arbitrage controversé – qui avait octroyé à Bernard Tapie 403 millions d'euros en 2008 dans la vente d'Adidas au Crédit Lyonnais – sont tombées.

Le litige entre Bernard Tapie et le Crédit lyonnais dure depuis de longues années. Le nouveau procès de l'homme d'affaires de 76 ans s'est ouvert le 11 mars 2019 à la 11e chambre correctionnelle du tribunal de Paris. Le 1er avril, dans la soirée, le parquet de Paris a requis cinq ans de prison ferme contre lui, pour "escroquerie" et "détournement de fonds publics" . Bernard Tapie a été qualifié de "co-organisateur" et de "principal bénéficiaire" d'une "escroquerie" lors de l'arbitrage controversé de 2008 censé solder son litige avec le Crédit lyonnais, par la suite déclaré frauduleux. Cet arbitrage, qui avait octroyé 403 millions d'euros à l'homme d'affaires il y a plus de dix ans dont 45 pour son "préjudice moral", était "truqué".

À lire aussi

Après plus de quatre heures et demi de réquisitoire devant le tribunal correctionnel, les représentants du parquet, Nicolas Baïetto et Christophe Perruaux ont requis cette peine qui ne sera "certainement jamais mise à exécution", l'ex-ministre souffrant à 76 ans d'un double cancer, ainsi que la confiscation de l'ensemble des biens saisis. "M. Tapie clame haut et fort depuis des années qu'il a été escroqué par le Crédit lyonnais" lors de la revente d'Adidas dans les années 1990, mais il "n'est victime de rien", ont insisté les procureurs.

Des peines d'emprisonnement ont également été requises à l'encontre des autres protagonistes jugés au côté de Bernard Tapie depuis le 11 mars. Contre l'actuel PDG d'Orange, Stéphane Richard, qui était directeur de cabinet de Christine Lagarde, le parquet a demandé trois ans de prison dont 18 mois ferme, assortis d'une amende de 100 000 euros. Pour l'accusation, Stéphane Richard a fait une "présentation tronquée" à sa ministre du litige, lui a caché la présence de l'homme d'affaires lors d'une réunion cruciale à l'Élysée et a "usurpé sa signature" pour permettre l'entrée en arbitrage. L'énarque de 57 ans doit être par conséquent "écarté de la fonction publique" pendant cinq ans, a estimé le parquet.

La même peine d'emprisonnement et la même interdiction a été réclamée à l'encontre de Jean-François Rocchi, ex-dirigeant du Consortium de réalisation (CDR), adversaire de Bernard Tapie lors de l'arbitrage. La relaxe a au contraire été requise pour un autre fonctionnaire, Bernard Scemama. Contre Me Maurice Lantourne, avocat historique de Bernard Tapie et son "éminence grise", le parquet a demandé trois ans d'emprisonnement avec sursis. Une peine "symbolique" de trois ans ferme a été requise contre le principal rédacteur de la sentence arbitrale Pierre Estoup, 92 ans, absent pour raisons médicales. Ce haut magistrat, "l'imposture incarnée", avait des "relations nourries" avec la partie Tapie et s'était mis "à la solde" du duo, a estimé Nicolas Baïetto.

Parties civiles au procès, l'État et le CDR ont demandé le paiement solidaire de 525 millions d'euros de dommages et intérêts en réparation d'une "escroquerie colossale". Ils réclament en outre respectivement 1 million et 500 000 euros au titre du préjudice moral.

Les plaidoiries de la défense devraient s'échelonner sur trois et éventuellement quatre jours. Le jugement n'est pas attendu avant plusieurs semaines.

La colère de Bernard Tapie

Énervé à sa sortie la 11e chambre correctionnelle du tribunal de Paris, une fois les cinq ans de prison ferme requis, Bernard Tapie a interpellé les avocats des parties civiles : "Contents, ça va ? Vous allez passer une bonne soirée, je vais être cinq ans en prison", leur a-t-il lancé.

Bernard Tapie est représenté dans ce dossier par maître Julia Minkowski, l'épouse de Benjamin Griveaux enceinte de leur troisième enfant, et de maître Hervé Témime qui représente également Laura Smet dans l'affaire de l'héritage de Johnny Hallyday.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos

Power of love d'Antoine, candidat de "10 Couples parfaits 3" - mars 2019
Carla-Bruni Sarkozy filme sa fille Giulia en train de prendre un cours de ski lors de vacances en Italie. Instagram, le 27 février 2019.
Nagui raconte son incident en avion, le 19 janvier 2019 dans "Tout le monde veut prendre sa place" sur France 2.
Laeticia Hallyday en voyage au Vietnam, le 5 janvier 2019.
Nathalie Marquay évoque la vie amoureuse et intime de sa fille Lou (16 ans), née de ses amours avec Jean-Pierre Pernaut, le 21 février 2019 sur le plateau de "C'est que de la télé" (C8).
Clémentine Autain dans "On n'est pas couché" sur France 2 le samedi 2 mars 2019.
Laeticia Hallyday et Johnny - Une histoire d'amour éternelle - par Purepeople, 2018.
Jean-Luc Reichmann dans "Les Terriens du dimanche", dimanche 24 mars 2019, sur C8
Laeticia Hallyday publie une vidéo de sa maman Françoise Thibault qui se fait tatouer pour la première fois. Instagram, le 4 mars 2019.
Zaz dans C'est au programme, le 10 déceùbre 2018
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel