Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Denis Westhoff, le fils unique de Françoise Sagan, sauve l'héritage de sa mère... Mais à quel prix !

"Sagan, Françoise. Fit son apparition en 1954, avec un mince roman, "Bonjour tristesse", qui fut un scandale mondial. Sa disparition, après une vie et une oeuvre également agréables et bâclées, ne fut un scandale que pour elle-même."

En 1998, Françoise Sagan avait préparé son épitaphe, cristallisant pour la postérité ce cocktail sulfureux de sensualité, de cynisme et de désinvolture qui caractérise son oeuvre. Six ans après, morte des suites d'une embolie pulmonaire, ces mots pouvaient, eux, être exhumés tandis qu'elle rejoignait sa compagne Peggy Roche (dont la perte, en 1991, l'avait infiniment affectée) dans les profondeurs terrestres de Seuzac, dans sa région natale du Lot.

Il y a quelques jours, le mythe Sagan a refait surface, en même temps que la réédition (enfin) de certains de ses textes, Des bleus à l'âme, Des yeux de soie et, surtout, Toxique, journal tenu durant sa première cure de désintoxication, au sortir de sa convalescence douloureuse suite au crash dont elle avait été victime au volant de son Aston Martin et qui l'avait laissée entre la vie et la mort.

Mais aussi parce que ces rééditions attirent le regard sur la poussiérisation coupable d'un des oeuvres romanesques majeurs du siècle dernier. Coupable : par la faute d'un éditeur, comme l'explique Denis Westhoff, 47 ans, fils que Sagan a eu de son court mariage en secondes noces avec le sculpteur américain Robert Westhoff.

"Julliard est l'éditeur des quinze livres les plus connus de ma mère. Pendant quinze ans, il n'en a pas réédité un seul, alors qu'il a, selon l'expression, un "devoir d'exploitation permanente et suivie". Il s'est contenté de percevoir les droits étrangers, qui sont importants et particulièrement avantageux puisque, dans ce cas, il perçoit 50% des revenus", déplore l'héritier (des dettes) de Sagan dans les pages du magazine Point de vue. "Pendant vingt ans, il s'est donc contenté d'engranger de l'argent sans faire son travail. Il a fallu que je montre les dents et recoure à un avocat pour qu'il consente à rééditer, sur le tard, donc, les oeuvres de ma mère".

Denis Westhoff, qui a attaqué Julliard en justice et réclame une réparation pour le préjudice causé par quinze années d'inexploitation et justifié au motif que "l'oeuvre de [s]a mère serait, d'après eux, désuète et démodée" (bien sûr, tellement démodée que Diane Kurys choisissait en 2008 de consacrer un biopic à Sagan !), détaille les coulisses... compliquées de cette chronique judiciaire : "Pour vous donner une idée de la complexité de cette affaire, l'avocat qui défend Julliard contre moi est, en fait, l'ancien avocat de ma mère ! Il y a comme qui dirait conflit d'intérêts..."

"Elle [Françoise Sagan] ne s'est jamais remise de la mort de Peggy Roche, en 1991. Du jour au lendemain, elle ne s'est plus occupée de rien, et a confié ses affaires à des avocats filous, avec la suite que l'on connaît... J'ai fort à faire, en vérité, car d'autres procès sont en cours avec les créanciers de ma mère. Outre une personne que je ne citerai pas nommément, et qui a joué un rôle important dans les dernières années de sa vie, son premier créancier est l'Etat français, avec qui je suis en voie de trouver un arrangement..."

Une allusion pas même maquillée au verdict de l'affaire Elf, qui a valu à Sagan, en 1995, un redressement pour fraude fiscale d'un montant de 4 millions de francs : "Quand j'ai accepté sa succession, en 2007, elle s'élevait à 1 million d'euros (...) Même si l'argent généré par les ventes et les cessions de droits est intégralement saisi par l'Etat depuis 1997 et rembourse peu à peu ce qui est dû, les impôts, eux, ne finissent pas de courir... C'est sans fin ! à la veille de sa mort, ma mère avait négocié un arrangement avec le ministère de la Culture qui n'a finalement pas abouti. En 2005, on m'a renvoyé vers le ministère des Finances, où cela a de nouveau bloqué. Cette fois, on devrait enfin y arriver. pour être en mesure de régler le reste de la dette, environ 400 000 euros, j'ai obtenu un échelonnement grâce auquel je devrais normalement avoir fini de payer dans 6 ou 7 ans."

La réédition de textes de Sagan chez Stock, après en avoir récupéré les droits auprès des différentes maisons d'édition concernées, devrait aider le fils Sagan, qui, des biens de sa mère partis en salle des ventes, n'a guère conservé que ses lunettes et un feutre.

Heureux en ménage "avec une femme dont il a une petite fille de 2 ans", Denis, qui a pour favori dans la bibliographie de sa mère Le Garde du coeur, voit le bout du tunnel ; dans Elle, il déclare : "Elle ne pensait pas me laisser un tel héritage, elle pensait que les dettes disparaîtraient avec elle. [Je ne lui en veux] pas du tout. Si j'ai été tellement furieux ou tellement triste, c'est qu'elle ait connu une fin de vie aussi tragique, que tout le monde l'ait laissée tomber alors qu'elle avait été si généreuse. J'ai donc décidé de reprendre l'héritage et de retourner la situation. Parce que, si j'avais refusé la succession, l'Etat aurait mis en vente son oeuvre, qui serait partie à droite, à gauche en salles des ventes, en pièces détachées. Un Japonais aurait pu acheter une pièce de théâtre, un milliardaire américain un roman, et moi je pensais qu'elle ne méritait pas ça. La seule façon de rembourser cette foutue dette, c'était de relancer la machine, de republie rl'oeuvre de Sagan, ce à quoi je m'emploie depuis quatre ans."

 

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos

Bande annonce de "50 mn Inside" sur TF1, le numéro du 6 avril 2019.
Notre rencontre avec Jeff Panacloc, star de l'émission "L'Etrange Noël de Jeff Panacloc" sur TF1, le samedi 8 décembre 2018.
Tiffany de "Mariés au premier regard" en interview pour "Purepeople" - 22 janvier 2019
Mélanie Dedigama en interview pour "Purepeople", décembre 2018
Jean-Luc Reichmann se livre sur le combat qu'il mène pour sa soeur sourde face à Michel Drucker dans "Vivement dimanche" (France 2) le 24 février 2019.
Stéphane Bern évoque sa complicité avec la première dame Brigitte Macron sur le plateau de "C à vous", le 25 février 2019 sur France 5.
Rachel Legrain-Trapani s'excuse après avoir dit que son réveillon du 31 décembre avec son chéri Benjamin Pavard était pourri. Le 25 janvier 2019 dans "TPMP People".
Florence victime de grossophobie dans "La Robe de ma vie" sur M6 ? Le 18 février 2019.
Un candidat avoue s'être fait passer pour Nagui - "Tout le monde veut prendre sa place", samedi 9 février 2019, sur France 2
Michel Cymes dans "Ca ne sortira pas d'ici !" - 8 mai 2019, sur France 2
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel