Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Golshifteh Farahani : ''L'exil, c'est un trou noir. C'est une petite mort''

Un regard félin, des traits d'une finesse infinie, l'actrice iranienne Golshifteh Farahani possède un visage d'une beauté éblouissante. Il cache néanmoins des blessures, celles que son exil a provoquées. Nées sur les terres perses, elle a quitté son pays après avoir provoqué la colère de la République islamique d'Iran. Les autorités n'ont pas supporté de la voir dans un film américain, Mensonges d'Etat (de Ridley Scott avec Leonardo DiCaprio) et qui plus est sans voile. L'héroïne d'A propos d'Elly a choisi de partir. Pour le magazine Madame Figaro, elle revient sur sa passion pour le cinéma comme sur son existence d'exilée.

Dans son pays, Golshifteh Farahani est une star. C'est même Liz Taylor selon la réalisatrice Marjane Satrapi qui l'a dirigée et magnifiée dans Poulet aux prunes. Aujourd'hui, elle dévore l'écran par son talent et sa beauté dans le film d'Atiq Rahimi tiré de son propre livre, Syngué, Sabour. Mais si elle est une vedette, rien ne lui est tombé tout cuit dans la paume des mains : "Je me suis battue pour obtenir le rôle. Si je ne l'avais pas eu, je l'aurais déclamé dans la rue." Elle a 30 ans et compte désormais parmi les actrices que l'on rêve de voir à travers sa caméra et sur un écran. Elle a d'ailleurs fait partie de la promotion des Révélations des César 2012, osant même se dévoiler nue.

Golshifteh vient d'un pays nourri de contractions, l'Iran, et vit désormais loin de lui. Fuyant les autorités qui la considéraient comme une traître pour avoir tourné dans une production américaine, les cheveux à découvert, elle s'enfuit, profitant d'une faille dans le système de contrôle : "Les dictatures heureusement ne sont pas toujours infaillibles." Son départ a un prix : "Je ne possède plus la maison à deux étages avec le joli jardin de mon enfance. L'exil, c'est aussi un trou noir. C'est tout perdre. C'est tout recommencer, c'est une petite mort. Moi, je la transforme en petite mue. Je veux être joyeuse."



Joyeuse malgré son vécu. Un père, acteur et metteur en scène en cavale car opposant au Shah, puis à l'ayatollah Khomeini. Une mère qui lui a appris à ne pas montrer sa peur. De quoi forger un caractère. En Iran, rien n'a été simple, mais elle se débrouillait : "A dire que l'on est en prière toute la journée, qu'à la maison on ne boit pas d'alcool et qu'on n'écoute pas de rock. Mais, avec mes frères, on a quand même organisé plein de surprises-parties ! Si la police intervenait, on avait le choix entre recevoir des coups de fouet et payer une amende. Alors on payait l'amende

."

Aujourd'hui, la comédienne revendique le droit d'être joyeuse : "C'est la moindre des politesses quand on est encore en vie, non ?" Elle se dit nomade mais précise "une nomade de luxe". Et de son exil, elle a tiré des forces : "L'exil ne peut pas avoir que des inconvénients : j'ai recréé une famille d'amis dans chaque ville."

Retrouvez l'intégralité de l'entretien dans le magazine "Madame Figaro" du 8 février

"Syngué Sabour – Pierre de patience", en salles le 20 février
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos
Gwyneth Paltrow, sexy et souriante, elle vole la vedette à Iron Man !
Michael Douglas, ému à Deauville devant la cabine de plage à son nom
Cate Blanchett : sublime, l'héroïne de Woody Allen illumine le red carpet