Recevoir les actus de mes stars préférées par email
OU
> voir un exemple > CGU
Jacques Dutronc : Il a failli faire un procès à cette "enfoirée" de Françoise, mais... c'est pour elle qu'il rechante !

Jacques Dutronc : Il a failli faire un procès à cette "enfoirée" de Françoise, mais... c'est pour elle qu'il rechante !

1/2
News publiée le Jeudi 8 Octobre 2009 à 11:11
Lancer le diaporama

Jacques Dutronc Dans cette photo : Jacques Dutronc

C'est portes ouvertes à Monticello ! La tanière corse du gentleman Jacques Dutronc a fait quelques entorses à sa quiétude habituelle - la faute au fiston Thomas Dutronc, sans doute. C'est en effet ce dernier, fort du succès de son album Comme un manouche sans guitare (dont nous vous avons présenté le dernier extrait, Nasdaq, et son clip désopilant réalisé... en Corse) et de ses concerts, qui a incité son paternel à remonter sur scène... après 16 années d'absence. Forcément, l'événement attire les convoitises et... les journalistes.

Après avoir reçu Laurent Boyer pour RTL, Jacques Dutronc a ouvert sa résidence et son coeur à Paris-Match, entouré de sa compagne Sylvie et un de ses rares amis ("il n'en reste pas beaucoup", confie-t-il en évoquant l'âge d'or révolu des restos en bande), le boucher François, à l'orée de sa tournée qui débutera le 8 janvier 2010 et s'étalera sur le premier semestre de l'année.

Si Thomas Dutronc a un talent indéniable pour l'exercice de l'interview, il pourrait bien en avoir en partie hérité de son père : "Je jouais Django Reinhardt à l'âge de 15 ans. Et c'est devenu son guitariste préféré. Il y a une certitude, donc, c'est qu'il n'est pas le fils du facteur !"

"Le coupable, c'est Thomas !", balance-t-il d'entrée de jeu, lorsqu'on l'interroge sur les motivations de son retour. "Il y a quelques mois, je venais de subir une nouvelle opération de la hanche, il est venu me voir à l'hôpital et m'a raconté son engouement pour la scène. Il m'a dit : "tu devrais y aller toi aussi, avec les chansons que tu as". Ensuite, j'en avais marre que les jolies filles me demandent des autographes pour leur grand-mère. De ce côté-là, il fallait aussi remettre les pendules à l'heure. J'étais sur un lit médicalisé, entouré de deux belles infirmières, Françoise et Sylvie. J'aurais pu finir ma vie ainsi (...) mais il y a un Mephisto chez moi..."

Le décor est planté, à double entente : "Il reçoit dans son jardin, à l'ombre d'un des quatre bars qu'il y a fait construire, décrit le journaliste de Match. Les chats ne sont jamais loin, attendant langoureusement le repas de 18 heures, servi par le patron. Les répétitions démarrent bientôt, le téléphone sonne de plus en plus souvent."

En matière de répétitions, justement : "J'ai quatre musiciens à la maison pour commencer à travailler. Je suis en plein dedans. Je veux être à cent pour cent satisfait de mon spectacle. Je réfléchis donc, je cherche les bonnes idées", signale Dutronc, excluant pour autant tout projet d'album : "Non, car je n'ai plus d'idées... Mais j'en ai tellement eu avant, qui sont toujours d'actualité. Alors pourquoi me faire chier ? "On nous cache tout, on nous dit rien", "L'opportuniste" sont plus que jamais dans l'air du temps (...) Pour la tournée, je vais me concentrer sur les classiques plus quelques bricoles qui me tiennent à coeur."

En parlant de "coeur", Jacques Dutronc en profite pour s'épancher sur Françoise Hardy et le livre-témoignage qu'elle a consacré à leur histoire : "J'ai eu envie de lui faire un procès ! J'ai fini par comprendre son système, des passages douloureux alternant avec des moments de bonheur. Et puis elle écrit bien, cette enfoirée ! Elle démolit d'un côté pour reconstruire de l'autre. Il faut faire la moyenne pour tout ressentir. [Elle vous dépeint à la fois comme le démon et l'homme de sa vie]. Voilà ! Mais c'est elle la fautive, elle n'avait qu'à savoir me garder. De toute façon, elle serait tombée sur pire. J'en suis sûr. Il n'y a que moi qui pouvais l'aimer (...) J'habite chez elle, on fait étage à part (...) Par moments, j'ai été blessé, parce que certaines choses ne sont pas justifiées du tout."

"Avec Sylvie, ça va bien, mais c'est autre chose, poursuit-il. Et si je rechante, c'est un peu pour plaire à Françoise. Elle n'aime que les chanteurs, les bons auteurs, les bons mots. Elle c'est une midinette, moi je suis une minuitnette". Dutronc rêverait - sans y croire vraiment - que Françoise le rejoigne sur scène lors de sa tournée : "Puisque vous partez en voyage en duo avec elle, ça aurait de la gueule. Et il y a cette phrase qu'elle aimerait certainement me balancer : Puisque nous nous quittons ce soir". Quant à Thomas : "Il ne veut pas. Du coup, s'il change d'avis, je devrai lui dire non pour enfin lui montrer que je suis un père sévère."

Enfin, de Nicolas Sarkozy ("J'attends toujours qu'il vienne boire un coup ici") à Ségolène Royal ("Je la veux, mais pas comme présidente. Je la veux chez moi, que pour moi. Ou avec mes potes."), les bons mots ne manquent pas. Plein de moments cocasses à retrouver dans Paris-Match, actuellement en kiosques.

 

Robbie Williams se prend pour Luke Skywalker !

Faire un lien vers cet article

Laisser un commentaire

comments powered by Disqus

Actu people du jour

  • Luce (Nouvelle Star) : Sa métamorphose continue, elle est méconnaissable !

    27/11 Luce (Nouvelle Star) : Sa métamorphose continue, elle est méconnaissable !

  • 27/11 Ryan Reynolds et son père malade : Le futur papa à coeur ouvert...

  • 27/11 Macha Méril et son mari Michel Legrand : ''La question du sexe reste capitale''

  • 27/11 Pelé en soins intensifs: La légende brésilienne dans un 'état clinique instable'

  • 27/11 Macaulay Culkin : Galoches et roulades avec un chanteur ''superstar''...

  • 27/11 Kendra Wilkinson et le sexe avec Hugh Hefner : ''J'étais saoule et droguée''

Plus d'articles sur ce thème

People dans l'actu

PURE FOCUS