Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Jean Dujardin : ''J'ai commencé par dire non à The Artist''

"Etonnant", "atypique", "surprenant" : Jean Dujardin a dû entendre beaucoup de mots de ce genre depuis son prix d'interprétation à Cannes en mai dernier pour The Artist, film muet en noir et blanc de Michel Hazanavicius. Cette consécration donnée par le président du jury Robert De Niro, celui-là même qu'il imite avec tendresse depuis ses débuts, vient marquer le tournant d'une carrière effectivement remarquable. "Je ne pense pas aux portes éventuelles que cela va m'ouvrir. C'est un instant que j'ai figé, archivé. Je clique dessus pour m'en souvenir". Alors que The Artist semble être un concurrent sérieux pour les Oscars, Jean Dujardin est plus terre-à-terre que jamais et il se livre dans Télérama. Extraits.

Le "gars" de France 2 qui s'est amusé à jouer au couple avec sa future femme Alexandra Lamy a connu son premier succès sur grand écran dans Brice de Nice. Cette histoire de surfer ahuri est tirée d'un sketch qu'il avait imaginé avec sa bande d'amis et comiques Nous C Nous, quelques années avant. Dans Télérama, il partage sa tendresse pour le personnage : "Un fantasme de moi, tout ce que j'aurais voulu être et ne pas être. Une revanche, Brice, un exutoire".

La machine lancée, Jean Dujardin devient en quelques films un acteur bankable, capable de financer un film par sa seule présence. "Aujourd'hui, dès qu'on vous propose un bout d'idées et que vous dites un petit 'Pourquoi pas', hop!, les choses s'arrêtent. 'C'est bon, on a Dujardin', et plus personne ne bosse." Le bon côté, c'est que le comédien devient peu à peu plus exigeant, et se fait notamment remarquer dans le film de Jan Kounen 99 Francs, adapté de Fréderic Beigbeder. "Il y a un bon côté des choses, tout de même : quand vous êtes un 'bank émissaire', vous pouvez aider à financer des films comme Le bruit des glaçons de Bertrand Blier", un film inclassable sur un écrivain alcoolique visité par son cancer, incarné par Albert Dupontel.

Contre toute attente, l'acteur ne court pas après les opportunités : "Je n'ai jamais envie de tourner avec Untel ou Untel. Jamais." Sauf Bertrand Tavernier (Dans la brume électrique), et Claude Lelouch, sous certaines conditions : "Oui, mais une histoire à deux personnages, comme Un homme qui me plaît. J'ai refusé trois fois de tourner avec lui, dans des fims choraux. Nicole Garcia, j'avais refusé son film précédent, Selon Charlie, je ne m'y voyais pas. Mais Un balcon sur la mer, oui." Jean Dujardin affiche un large sourire et quelques grimaces à l'occasion, mais il n'en sait pas moins ce qu'il veut. "Il faut savoir dire non ! Je ne rêvais pas d'être acteur, je ne fantasmais pas le cinéma : je me faisais MON cinéma."

C'est certainement sa rencontre avec Michel Hazanavicius, marié à l'actrice Bérénice Béjo, pour OSS 117 : Le Caire, nid d'espions et sa suite Rio ne répond plus, qui a structuré sa filmographie pour lui donner cette forme étrange, entre le cinéma populaire et l'exploration : "Je crois que je suis une projection de Michel. Il se fantasme à travers moi." Projeté au festival de Cannes en mai 2011, The Artist a été accueilli avec un enthousiasme débordant. Acheté par les frères Weinstein, deux producteurs américains connus pour leurs nombreux Oscars, le film est aujourd'hui sur toutes les lèvres pour une éventuelle nomination comme meilleur film, peut-être face à Steven Spielberg ou George Clooney. Thomas Langmann, producteur du film, rêve même d'un Oscar pour Jean Dujardin, trois ans après le triomphe de Marion Cotillard dans La Môme.

Y aurait-il une logique dans les choix de l'acteur, une volonté d'être enfin pris au sérieux et ne plus être un simple comique ? "Mon parcours ne veut rien dire, il est atypique et débile, mais il prouve qu'il n'y a pas de charte de la réussite." Annoncé dans un film d'espionnage sous l'égide de Luc Besson, l'acteur est passé derrière la caméra pour Les Infidèles, un film à sketches sur l'infidélité masculine avec Guillaume Canet, Nicole Garcia et sa femme Alexandra Lamy.

Rien ne semble pouvoir arrêter la force tranquille de Jean Dujardin. Sauf peut-être lui-même, encore hanté par sa légitimité de comédien qui a failli lui coûter son rôle d'acteur mélancolique dans The Artist : "J'ai commencé par dire non à Michel, et je m'en suis voulu. J'ai eu peur de ne pas rencontrer le public." La suite de l'histoire, simple et grandiose, ressemble à une scène de cinéma : "C'est le premier jour de tournage que j'ai vraiment compris : Michel avait raison, ce film était pour moi".

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans Télérama, édition du 8 octobre 2011.

Geoffrey Crété

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel