Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Jean-Vincent Placé condamné : Cure contre l'alcool et thérapie, "une autre vie"

Jean-Vincent Placé, secrétaire d'Etat chargé de la réforme de l'Etat et de la simplification et Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat chargé du développement et de la francophonie - Sorties du conseil des ministres au palais de l'Elysée à Paris, le 26 avril 2017. © Pierre Pérusseau/Bestimage
9 photos
Lancer le diaporama
Jean-Vincent Placé, secrétaire d'Etat chargé de la réforme de l'Etat et de la simplification et Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat chargé du développement et de la francophonie - Sorties du conseil des ministres au palais de l'Elysée à Paris, le 26 avril 2017. © Pierre Pérusseau/Bestimage
Mercredi 11 juillet 2018, l'ancien secrétaire d'État comparaissait devant le tribunal correctionnel de Paris pour "violences volontaires en état d'ébriété, outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique et injure à caractère racial". Une peine a été requise contre Jean-Vincent Placé, dont les propos ont été exposés devant la cour...

Après sa comparution devant la 10e chambre du tribunal correctionnel de Paris, Jean-Vincent Placé a pris acte de la sanction réclamée : six mois de prison avec sursis, une mise à l'épreuve de deux ans et 1 000 euros d'amende. Toutefois, le tribunal a mis son jugement en délibéré au 10 septembre, relate l'AFP.

À lire aussi

L'ancien secrétaire d'État et ex-sénateur était jugé pour des faits survenus le 5 avril 2018 dans un bar du chic 6e arrondissement de Paris. On reprochait à Jean-Vincent Placé d'avoir été violent envers une jeune femme avec laquelle il voulait danser (allant jusqu'à lui proposer de l'argent) puis d'avoir insulté le vigile et, enfin, d'avoir été turbulent avec les policiers sollicités sur les lieux.

L'homme politique a reconnu sa balourdise avec la jeune femme et son outrage aux agents mais il a refusé de confirmer les injures racistes à l'encontre du videur, prénommé Mohamed mais se faisant appeler Vlad, son "identité de légionnaire", comme le rapporte Le Parisien. Selon le portier, l'actuel conseiller régional d'Ile-de-France lui aurait dit : "On n'est pas au Maghreb ici, tu sais pas qui je suis, je vais te descendre en Afrique, moi." Des propos que Jean-Vincent Placé a niés à la barre. Il a même raconté avoir reçu un claque du videur – et envisage de porter plainte pour cela –, ce que dément à son tour ce dernier, lequel a indiqué vouloir retourner dans la Légion...

"Toutes ces infractions troublent gravement l'ordre public et la politique pénale du parquet s'agissant de la violence faite aux femmes et de la lutte contre le racisme", a dénoncé le procureur dans ses réquisitions. Pour le magistrat, l'ancien sénateur a exprimé dans ce dossier une forme de "désinhibition due à l'alcool mais aussi l'expression d'une forme de supériorité, de toute puissance". "Ce que M. Placé appelle avoir été lourd, nous appelons cela des violences légères, un choc psychologique", a expliqué le représentant du ministère public.

Jean-Vincent Placé a expliqué être en cure de sevrage de l'alcool depuis trois mois et avoir entamé une thérapie. "À 50 ans, le début d'une autre vie", a-t-il dit selon Le Parisien.

La mise à l'épreuve consistera dans l'indemnisation des victimes et dans une obligation de soigner son addiction à l'alcool.

Thomas Montet

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos
DSK éclipse les stars du Festival de Cannes avec sa compagne Myriam L'Aouffir
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel