Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

John Legend, Patricia Arquette, David Oyelowo en larmes: Des Oscars 2015 engagés

Lonnie Lynn (Common) et John Stephens (John Legend) avec leurs Oscars pour la chanson originale de Selma, Glory, aux Oscars 2015.
15 photos
Lancer le diaporama
Lonnie Lynn (Common) et John Stephens (John Legend) avec leurs Oscars pour la chanson originale de Selma, Glory, aux Oscars 2015.

La 87e cérémonie des Oscars a eu bien involontairement un fil conducteur très politisé. Cette édition 2015 aura servi de grandes d'émotions, des discours émouvants et engagés, et offert à quelques personnalités une tribune inespérée pour évoquer les maux de la société américaine.

Selma : Entre émotion et hommage

Point culminant de la soirée, l'interprétation sur scène du morceau original Glory, composé pour la bande originale du film Selma et interprété sur scène par Common et John Legend, aura ému aux larmes le Dolby Theatre. À l'instar d'un David Oyelowo interprète de Martin Luther King dans ce film, dont les larmes ruissellent après la bouleversante partition de John Legend et du rappeur Common, les Oscars retiendront Selma. Quelques minutes, Glory glane sans surprise l'Oscar de la meilleure chanson originale. John Legend, prenant le relais d'un Common poussant à honorer la mémoire de MLK, n'a pas hésité à se montrer offensif : "Nous vivons dans le pays où il y a le plus de gens incarcérés au monde, il y a plus d'hommes noirs derrière les barreaux aujourd'hui qu'il n'y en avait en esclavage en 1850", a-t-il déclaré.

David Oyelowo en larmes après Glory, une des images fortes des Oscars 2015.
David Oyelowo en larmes après Glory, une des images fortes des Oscars 2015.

Patricia Arquette et le girl power

Trop, c'est trop. Après avoir amassé les récompenses pendant de nombreuses semaines, l'actrice de Boyhood a choisi la scène du Dolby Theatre pour faire passer un message féministe. "Il était temps pour nous, il est temps pour les femmes, temps de réclamer plus d'égalité. Et c'est maintenant le moment de réclamer le même niveau de rémunération pour les femmes aux États-Unis", a-t-elle scandé, déclenchant une salve d'applaudissements nourris et une réaction immédiate et solidaire de Meryl Streep et Jennifer Lopez. Plus tard sur Twitter, c'est Emma Watson – dont la prise de position féministe a fait grand bruit – ou encore Lena Dunham qui réagissent et saluent le propos.

Un bémol néanmoins pour les observateurs, lorsqu'en salle de presse, Patricia Arquette surenchérit en demandant à ce que les minorités opprimées (les noirs, les gays) rejoignent sa cause. Alors que les leurs sont encore loin d'être "normalisées"...

Patricia Arquette pendant son acceptance speech aux Oscars 2015.

Graham Moore, le combat continue

Le scénariste primé d'Imitation Game aura offert un autre grand moment d'émotion aux Oscars. Pendant son discours, le jeune auteur a évoqué sa tentative de suicide à l'âge de 16 ans, livrant une ode au courage et au destin qui finit par sourire à qui veut bien y croire. "Je voudrais prendre ce moment pour les jeunes qui pensent qu'ils ne sont pas à leur place. Vous l'êtes. Restez bizarres. Restez différents. Et puis quand ce sera à votre tour d'être sur cette scène, s'il vous plaît, passez le message", a-t-il déclaré, tout en rendant hommage à Alan Turing, mathématicien et héros gay dont le film raconte l'histoire, avec le désir que tous les homosexuels tués pour leur sexualité dans ces années de chasse aux sorcières soient graciés et leur honneur, rétabli.


Iñárritu et le Mexique

Sacré meilleur réalisateur pour Birdman, puis meilleur film, Alejandro Gonzalez Iñárritu a profité de la vitrine des Oscars pour monter au front et a appelé à un meilleur traitement des immigrés mexicains aux États-Unis, ainsi qu'à l'établissement d'un gouvernement "digne [d'eux]" au Mexique, avec pour appui, une jeunesse à mettre en avant.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel