Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Laurent Bàn, un Zorro abîmé par la vie, mais séduisant... en cuir et porte-jarretelles !

Désormais, il donne de l'estoc, avec fougue et charme : Laurent Bàn, dont certains des spectateurs de la comédie musicale culte Notre-Dame de Paris conservent peut-être un souvenir ravi (il doublait Phoebus et Gringoire dans la troisième distribution en scène à Mogador, avant de tenir le rôle de Phoebus pour la tournée mondiale et la reprise en France en 2005-2006), fait mouche sous la cape et le masque de Zorro.

Tombé dans les grands projets de la société Stage Entertainment (Le Roi Lion, Cabaret...), le "renard" flamboyant imaginé par Johnston McCulley virevolte au son des Gipsy Kings et au rythme des chorégraphies élaborées par Rafael Amargo dans le musical Zorro qu'elle propose aux Folies Bergère. Après des prestations dans Hair et Le Petit Prince, Laurent Bàn s'épanouit dans la peau de Don Diego della Vega : séducteur et malicieux, voilà des traits qu'il semble partager avec le héros masqué, à en croire le portrait subjugué d'une journaliste de Cosmopolitan qui l'a rencontré.

Si on laisse à votre appréciation et votre gré de découvrir la pâmoison de Cosmo, certains éléments méritent qu'on s'y arrête immédiatement. Au premier rang, l'équipement du comédien : "Pour tenir l'émetteur du micro, sous mes pantalons en cuir, j'ai des porte-jarretelles", confie-t-il dans un rire sonore.

Pas moins de cinq personnes s'évertuent à le déshabiller et à le rhabiller lorsque des changements de costumes éclairs s'imposent, et il n'hésite pas à en jouer : "Pour surprendre la costumière qui s'occupe de mes fesses, je mets chaque soir un caleçon extravagant différent. Mon slip Superman la fait beaucoup rire..." Un fieffé cabot, ce Zorro ? A n'en pas douter !

Entre deux impertinences et trois considérations sur le poil au menton coiffé qui lui tient lieu de bouc, le ton se fait plus grave, lorsqu'il s'épanche sur "son enfance difficile, son père victime d'un accident de moto devenu tétraplégique, sa mère décédée quand il avait un an".

Sa revanche, avec panache ? A découvrir aux Folies Bergère jusqu'au 30 avril, renseignements et réservations en cliquant ici. Avant-goût ci-dessus, avec, après le morceau de bravoure de Géraldine Larrosa sur Bamboleo, son numéro sur Baila Me.

G.J.

 

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel