Abonnement à la newsletter

Le champion Frank Vandenbroucke meurt brutalement à 34 ans... Un feuilleton sulfureux jusqu'au bout... (réactualisé)

News publiée le Mardi 13 Octobre 2009 à 14:02

Photos et vidéos

Réactualisation de 14h15 : En titrant sur le dénouement funeste d'un feuilleton "sulfureux" avant même que soient révélées les circonstances de la mort de Frank Vandenbroucke, des suites d'une embolie pulmonaire (selon les médias belges), Purepeople avait vraisemblablement pressenti que celles-ci étaient à l'image du parcours tumultueux du coureur. Arrivé vers 2 heures du matin (heure locale) dans la nuit de dimanche à lundi, complètement ivre, à l'auberge La maison bleue, à Saly Portudal, haut lieu touristique du littoral du Sénégal, où il ne devait séjourner qu'une nuit, VDB était accompagné par une Sénégalaise. La femme, qui s'était enregistrée auprès de l'hôtel alors que le Belge avait refusé de fournir son identité et ses papiers, s'était ensuite manifestée vers 4 heures du matin, selon le témoignage d'un employé de l'établissement : elle avait besoin d'une serpillière car VDB avait vomi. "Jusqu'à 13 heures, il n'est pas sorti de sa chambre. Vers 20 heures, mon patron m'a appelé et m'a dit que le client était décédé", complète l'employé, interrogé par la gendarmerie.

Si cette fin brutale provoque une grande émotion et fait planer le spectre de Marco Pantani (voir ci-après), elle suscite des réactions mitigées, alors qu'un journaliste du quotidien Le Soir rapporte que, il y a quelques jours, le défunt lui avait confié se sentir "comme un sou neuf" en évoquant sa signature prochaine au sein d'une "belle équipe" (qui serait le team Fuji-Servetto de Mauro Gianetti). Beaucoup de personnalités du milieu se disent affectées par ce décès tragique, même si, dans le lot, Jean-Luc Vandenbroucke, son oncle et premier directeur sportif, avec lequel VDB fut gravement en froid après son départ de l'équipe Lotto, fait état d'un événement qui "n'est malheureusement qu'une demi-surprise". Dans la consternation et la perplexité générales, il reste désormais à déterminer les causes exactes de la disparition d'un garçon attachant et fragile.

 

Inquiété à de multiples reprises dans des affaires de dopage, auteur de tentatives de suicide qui lui ont valu un passage en hôpital psychiatrique, cocaïnomane selon le portrait de son ex-femme, et persona non grata dans sa discipline, Frank Vandenbroucke a fait une ultime sortie de route : le champion de cyclisme belge, âgé de 34 ans, a été retrouvé mort hier, lundi 12 octobre, dans une chambre d'hôtel au Sénégal. Selon la RTBF (télévision belge), "VDB" aurait succombé à une embolie pulmonaire.

Sans licence depuis le 31 août 2009 et son départ de l'équipe Cinelli-Down Under, Vandenbroucke, vainqueur de Paris-Nice en 1998 et de Liège-Bastogne-Liège en 1999, avait pourtant l'intention de retrouver les rangs du peloton, et avait même sollicité Aldo Sassi, coach du champion du monde australien en titre Cadel Evans, pour sa préparation.

En 1999, VDB faisait partie des personnes impliquées dans l'affaire du Dr. Mabuse (Bernard Sainz, homéopathe incriminé dans des scandales liés aux produits dopants) ; blanchi par les instances françaises, il avait toutefois écopé d'une sanction disciplinaire de la part de son équipe de l'époque, la Cofidis. En 2002, de nombreuses substances illicites, dont de l'EPO et de la morphine, étaient retrouvées à son domicile (il s'était notamment défaussé en affirmant que certaines étaient destinées à son chien...) - outre une amende, il sera suspendu six mois. Au printemps 2008, la presse belge révéla qu'il devait comparaître en tant que consommateur dans une affaire de trafic de cocaïne.

La vie personnelle de cet ancien grand espoir (champion du monde junior) du cyclisme belge, abonné aux places d'honneur, à l'image de sa carrière, fut tumultueuse. Papa d'une petite Cameron née en février 1999 de son histoire avec Clotilde Menu, il épouse l'année suivante le mannequin Sarah Pinacci, formant un couple infernal, qui n'arrive ni à vivre ensemble, ni à vivre séparé, et accueille pourtant en 2001 une petite Margaux. En juillet 2006, au cours d'une énième dispute téléphonique, VDB tire en l'air avec une arme à feu, pour tenter d'effrayer Sarah, qui songe alors au pire et appelle les secours (leur divorce ne tardera pas à être ensuite prononcé). Jean-Jacques, le père du coureur, racontait alors : "C'était la 5e ou la 6e fois que Sarah était repartie en Italie. Ensemble, ils se battent ; séparés, ils pleurent. Frank ne supporte pas qu'elle s'en aille. Il se sent totalement coupable et se le reproche. Et puis, il y a sa fille. Il ne supporte pas de ne pas pouvoir la voir." Et ses performances s'en ressentent... En avril dernier, VDB avait remporté une étape de la Boucle de l'Artois - sa première victoire sur une épreuve de l'UCI depuis... 1999.

Connu pour ses nombreux problèmes (accidents, maladies, suspicions de dopage, suspensions, etc.), Frank Vandenbrouck avait publié en 2008 son autobiographie émouvante, intitulée J'aurais dû être un dieu, dont vous pouvez retrouver de larges extraits sur le site du quotidien belge La Dernière Heure, où il admettait les faits de dopage et racontait notamment sa tentative de suicide : "D'août 2004 à août 2005 (Sarah et lui étaient séparés, NDLR), 12 mois qui m'en parurent 100, je fus en dépression comme jamais auparavant. Je décidai d'en finir. [...] Ce jour-là, j'allais mourir. [...] Je suis au bout du rouleau, avais-je dit à mon manager, Paul de Geyter. [...] Si tu veux, tu peux rester. Paul était surpris et fâché. Je lui ai dit : Bon, on va encore boire une bonne bouteille de vin. Et je suis allé chercher la bouteille la plus chère de ma cave, un Magnum de Château Petrus 1961. Qu'est-ce que ça pouvait bien faire ! J'ai versé le vin et j'ai porté un toast à ma vie. J'avais demandé conseil à un médecin. Avec de l'insuline, ça devait le faire. J'ai écrit une lettre d'adieu : Je sais que c'est lâche mais pour moi, c'est la meilleure solution. Il n'est pas nécessaire de faire pratiquer une autopsie. Je me suis injecté 10 cc d'Atractapid. S'il vous plaît, ne les laissez pas m'ouvrir en deux. J'étais seul. J'ai mis mon maillot de champion du monde, je me suis fait la piqûre et suis allé m'étendre sur mon lit, en attendant la mort. J'étais si heureux. Plus de soucis, enfin... Enfin délivré." La délivrance allait en réalité attendre quatre années de plus.

En juin 2007, VDB fut admis dans un état préoccupant dans un hôpital de la région de Milan, où il vivait alors. Son directeur sportif, Palmiro Masciarelli, déclarait alors : "Frank est livré à lui-même. Sa femme n'est plus à ses côtés, il vit seul. Et il n'a plus non plus d'équipe pour le soutenir."

Conscient de beaucoup décevoir, Frank Vandenbrouck constatait : "Je n'ai jamais rien fait pour être populaire. En fait, c'est tout le contraire. Parfois, j'ai l'impression que j'ai rêvé tout ça. J'ai foiré mon mariage, j'ai été en mauvais termes avec mes parents pendant longtemps, tout ça m'a perturbé (...) J'étais devenu schizo." Sans assistance psychiatrique, il aurait, estime-t-il, "suivi la même trajectoire que Marco Pantani" - le fameux grimpeur italien devenu vilain canard du peloton et retrouvé mort en 2004 dans une chambre d'hôtel de Rimini après une surdose de cocaïne.

Pas certain, vu de la ligne d'arrivée, que VDB ait réellement réussi à s'écarter de ce chemin et de ses démons intérieurs. Et bien que son fanclub ait progressivement été déserté au fil des ans, la mort de Frank Vandenbroucke met aujourd'hui la Belgique et les amateurs de cyclisme en émoi.

G.J.

Nadal superstar : le champion pose une année de plus avec sa coupe de Roland Garros

Faire un lien vers cet article

Laisser un commentaire

comments powered by Disqus

Actu people du jour

  • Marine Delterme : Son ''american dream'' à New York avec Carla Bruni...

    15:22 Marine Delterme : Son ''american dream'' à New York avec Carla Bruni...

  • 13:57 Nicolas Anelka, une nouvelle affaire : En vacances, il allume la presse

  • 13:34 AC/DC, la séparation : La grave maladie de Malcolm Young signerait la fin...

  • 13:21 Ginnifer Goodwin, enceinte : Première virée de jeune mariée avec Josh Dallas

  • 13:07 Angela Merkel et son discret mari : Quelques jours de répit en amoureux

  • 11:39 Kate Middleton, William et George, 'bébé potelé' : Débuts radieux en Australie !

Plus d'articles sur ce thème

PURE FOCUS