Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Mariage de William et Kate, la facture: Noce historique, avalanche de chiffres !

Le mariage du prince William et de Kate Middleton, le 29 avril 2011 à Londres, devrait coûter environ 33 millions d'euros. Une somme parmi tant d'autres...
Le mariage du prince William et de Kate Middleton, le 29 avril 2011 à Londres, devrait coûter environ 33 millions d'euros. Une somme parmi tant d'autres...

Le mariage de l'année est prêt à entrer dans les annales du gotha, mais également dans celles des médias (jusqu'à trois milliards de téléspectateurs attendus dans le monde) et celles... du monde du business !

Car si la noce du prince William et de Kate Middleton se décline encore en quelques mystères (la robe de mariée, la lune de miel, etc.), elle se ramifie déjà en une avalanche de chiffres. Et si la couonne finance une partie des frais, ainsi que la famille de la mariée, la facture globale pèsera sur l'impôt payé par le contribuable, auquel on fait miroiter les retombées économiques de l'événement... et des Jeux Olympiques de 2012 auxquels la noce sert de répétition ! 36% des sujets de Sa Majesté estiment qu'ils ne devraient pas avoir à mettre la main à la poche ; mais une proportion non négligeable est plus docile, témoignant de l'attachement à la famille royale et à sa revitalisation via ce mariage glamour.

Après des mois de marketing à bâtons rompus autour de la marque William et Kate (nous vous invitons à ce sujet à consulter l'excellent dossier de l'édition courante du magazine Stratégies, qui décortique la stratégie de la couronne), floquée à l'envi sur tout ce qui peut se manufacturer (en attendant la peinture sur corps et autres tatouages ?), des mugs approuvés au sein de la Royal Collection aux préservatifs et autres goodies développés par des firmes très opportunistes, petit panorama chiffré du mariage royal appelé à devenir "la" référence médiatique en la matière, trente ans après celui du prince Charles et de Lady Di.

Conscients du caractère inopportun d'une débauche de fastes à l'heure où les Britanniques, comme ailleurs dans le monde, sont soumis à une cure d'austérité forcée, le prince William et la future princesse Catherine avaient pris les devants en faisant le voeu pieux d'une noce respectueuse en termes de budget - par opposition, fallait-il lire entre les lignes, à l'union grandiose de Charles et Diana, qui avait coûté l'équivalent d'environ 34 millions d'euros (pour 750 millions de spectateurs et un retour sur investissement de 780 millions). D'où, notamment, le choix de l'abbaye de Westminster, moins tape-à-l'oeil que la cathédrale Saint-Paul qui avait abrité ledit mariage, mais qui offre tout de même plus de publicité et de partage avec le public que la chapelle Saint-George à Windsor. D'où, aussi, une liste de mariage composée de noms d'associations caritatives auxquelles effectuer des dons. D'où, encore, une guest list dont sont évincés nombre de dignitaires (aucun chef d'Etat hors Commonwealth, ce qui exclut notamment les Sarkozy et les Obama), au profit des proches, des incontournables ou encore des représentants du monde caritatifs, du village dont est originaire Kate (de véritables traits d'union avec le peuple), etc.

3 000 000 000 : Le nombre de spectateurs qui pourraient suivre le mariage dans le monde, en télévision ou en streaming. Sur place, les autorités se préparent à encadrer 1,1 million de personnes : 500 000 résidents Londoniens et visiteurs déjà sur place, et 600 000 touristes que l'agence nationale du tourisme (Visit Britain) a cherché à attirer pour l'événement moyennant une campagne promotionnelle à 115 millions d'euros.

1 900 : Le nombre d'invités à la cérémonie de mariage à Westminster. 600 d'entre eux feront partie du cortège jusqu'à Buckingham Palace pour le buffet offert par la reine et concocté par 21 cuisiniers, 300 seulement prendront part sur place au dîner organisé à ses frais par le prince Charles.

8 000 : Le nombre de journalistes accrédités pour couvrir l'événement. Il va falloir jouer des coudes pour avoir le bon point de vue.

5 000 : Les effectifs de police et militaires chargés d'assurer la sécurité et l'ordre dans la capitale anglaise.

5,6 millions d'euros x ? : Le prix qu'aurait dû coûter au contribuable la note de la sécurité du jour J... s'il n'avait pas été férié ! Les policiers étant mieux payés puisque le jour a été décrété férié, cette enveloppe sera majorée... A titre de comparaison, la venue du pape Benoît XVI en 2010 a coûté trois fois moins !

Autour de 33 millions : L'estimation de la facture globale du mariage - 11 millions d'euros investis dans la noce à proprement parler, 22 millions d'euros (soit le double !) dans sa sécurité. Si l'estimation de la dépense est viable, cela placerait l'union de Kate et William sur le même plan que celle de Charles et Diana (34 millions d'euros environ), mais, en prenant en compte l'inflation sur 30 ans, en ferait un mariage nettement moins coûteux.

Plus de 100 000 euros : le montant de la participation de la famille Middleton aux frais du mariage. Comme le veut la tradition, les parents de la jeune femme de 29 ans prendront en charge sa dernière nuit en célibataire au palace Goring avec sa soeur Pippa, ses parents et quelques proches (22 000 euros), sa robe de mariée (au moins 33 000 euros), ou encore la lune de miel autour de laquelle le secret demeure entier. Un joli budget pour le clan Middleton, qui tenait à payer son écot et n'aura pas de mal à le faire, étant millionnaire grâce à la florissante entreprise familiale d'articles de fête en ligne, Party Pieces.

??? : De l'autre côté, on ignore combien la couronne débourse pour prendre en charge "tout ce qui touche au mariage" à proprement parler : la cérémonie, les fleurs, la procession, les réceptions (410 000 euros estimés)... C'est un dossier à "caractère privé", se défend le palais. Par "caractère privé", il faut comprendre "à beaucoup de chiffres avant la virgule". Peut-être trop pour le moral des Britanniques...

550 000 euros : le budget consacré aux fleurs.
28 000 : Soit le nombre de tulipes aux abords de Buckingham Palace qui risquent de se faire couper la tête pour avoir fleuri trop tôt en raison du printemps très doux. Des horticulteurs avaient offert 20 000 géraniums pour les remplacer, offre déclinée par le palais. Du lilas de Valley doit être massivement acheminée pour le mariage. Kate Middleton a demandé seize variétés de fleurs différentes pour orner le gâteau de mariage réalisé par Fiona Cairns.

20 : comme le nombre d'heures de programmes en direct que la chaîne américaine ABC News - parmi 32 diffuseurs - diffusera en vertu d'un accord avec la BBC.

685 millions d'euros : Après le passif, voilà l'actif espéré par l'économie britannique. Les commerçants devraient récolter 685 millions d'euros à l'occasion du mariage, selon le Centre for Retail Research. Selon Kelkoo, commanditaire de l'étude, décrété jour férié, le vendredi 29 avril devrait peser pour 20% de la création des revenus au global, soit 127 millions d'euros. L'alimentation arriverait en tête (228 millions d'euros, 38%), avec 126 millions d'euros consacrés à la nourriture et 88 à l'alcool (500 000 bouteilles de champagne comptant pour un peu plus de 10 millions d'euros). Outre 70 millions d'euros de dépenses touristiques, concernant les divers souvenirs, on table sur près de 181 millions d'euros de chiffre d'affaires les produits dérivés officiels s'ajoutant pour un montant de 50 millions d'euros.

Kelkoo et le CRR détaillent : "les plus grosses ventes devraient concerner les achats souvenirs type torchons à vaisselle, boîtes à thé, plateaux à desserte, miniatures et drapeaux, pour des ventes avoisinant les 31 millions d'euros. Les 1,5 millions de livres, biographies et albums édités pour l'occasion devraient rapporter près de 25,9 millions d'euros. 5 millions de pièces de monnaie, médaillons et autres jetons seront vendus pour plus de 27,6 millions d'euros et les ventes de fournitures et de stylos devraient rapporter quant à elle plus de 11,5 millions d'euros. De plus, 3,4 millions de mugs et petites vaisselles devraient être vendus pour un total de 27,6 millions d'euros tandis que les ventes de répliques de bijoux et autres petits souvenirs sont estimées à 11,5 millions d'euros." Internet devrait compter pour 30% des ventes de souvenirs, soit 38,5 millions d'euros.

142,50 euros : Le prix de la tasse commémorative la plus chère du merchandising officiel.

6 765 : en tonnes de CO2, l'empreinte carbone du mariage de William et Kate, selon nos confrères belges de 7sur7, citant l'institut spécialisé Landcare Research. Un sujet cher au coeur du prince Charles, fervent défenseur de l'environnement, opposant de la déforestation, etc. C'est "1 230 fois la quantité d'émissions annuelle des ménages moyens du Royaume-Uni". Un bilan évidemment alourdi par les trajets des 1900 convives. Passé le poste "transports", 7sur7 constate : "le logement de tous ces invités de marque, ainsi que la consommation d'énergie et les repas ne représenteront que 13 tonnes de CO2 !" Les lumières du palais de Buckingham seront éteintes à 00h30, suivant la volonté exprimée par le palais St James que le mariage soit respectueux en matière de dépense d'énergie et d'énergies renouvelables.

250 euros x 2 : Le montant raisonnable des deux dernières séances de shopping de Kate Middleton, qui s'est offert des petites robes pour sa lune de miel dans la très industrielle enseigne Warehouse et chez Whistles, une de ses boutiques favorites.

G.J.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos
Kate Middleton, les looks de la princesse la plus stylée !
Kate et William, Charlene et Albert de Monaco, les plus beaux mariages royaux depuis 2010
Charlene, cible favorite des photographes, la princesse joue les gravures de mode à Paris