Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Mélanie Laurent bashée : "J'ai été blessée que personne ne prenne ma défense..."

Moquée sur les réseaux sociaux, elle regrette le poids des haters et le peu de bienveillance visible dans les médias.

Tout a commencé en 2009. Alors qu'elle présente avec l'équipe du film Inglourious Basterds de Quentin Tarantino à Cannes, Mélanie Laurent est au centre de toute l'attention. Après avoir été maîtresse de cérémonie du Festival de Cannes, elle réalise son rêve d'adolescente et sort son premier album, réalisé par Damien Rice. Son premier film, Les Adoptés, est un tel succès que Scarlett Johansson et Bradley Cooper ont dit vouloir travailler avec celle qui est aussi l'une des égéries de la maison Dior. Tout lui souriait jusqu'à ce qu'une vidéo compilant des extraits de ses interviews dans un montage qui ne la montre pas du tout à son avantage débarque sur internet en 2014, cristallisant toutes les moqueries. Quatre ans plus tard, celle qui revient au cinéma dans la comédie Le Retour du héros avec Jean Dujardin (le 14 février) en parle dans Télérama.

À lire aussi

Mélanie Laurent et Quentin Tarantino dansant sur le tapis rouge à Cannes en 2009 pour la présentation d'Inglourious Basterds


Sa danse sur le red carpet cannois avec Quentin Tarantino n'est pas passée inaperçue et a été moquée. Mélanie Laurent s'explique sur l'origine de la danse : "Il s'approche de moi et m'entraîne en me murmurant à l'oreille : 'À ton avis, comment un camembert danserait sur un tapis rouge ?' Une complicité 'fromagère' que certains ont interprété comme de l'hystérie, du narcissisme." Elle résonne avec sa rencontre avec le réalisateur américain, où, pour faire diversion avec ses compétences en anglais au dîner, elle s'amuse à faire danser... le fromage de chèvre.

Pour ce qui est de l'agacement que la militante écologique et maman de Léo (4 ans) a suscité, elle confie : "Ce fut un concours de circonstances et je peux comprendre l'allergie que j'ai provoquée. Trop de choses que j'avais lancées ou acceptées sont sorties au même moment. (...) Je l'ai payé cher. Je n'ai toujours pas regardé ce montage où mon enthousiasme passe pour de la surexcitation." Elle préfère garder des "oeillères" et continuer à avancer. "Que les réseaux sociaux puissent engendrer des gens qui se qualifient eux-mêmes de haters, ça me sidère, déplore-t-elle. Que valaient mes petits problèmes médiatiques face à ces lycéens auxquels je montrais Respire (...) et qui me confiaient souffrir depuis des mois ? J'ai juste été blessée que personne ne prenne sa défense dans les médias [l'actrice Audrey Dana avait toutefois soutenu l'artiste, NDLR], ni ne se demande pourquoi ce genre de bashing arrive rarement aux hommes." L'occasion de souligner la misogynie des attaques dont elle a été la victime.

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans le magazine Télérama du 27 janvier 2018

Mélanie Laurent en couverture du magazine Télérama du 27 janvier 2018
Mélanie Laurent en couverture du magazine Télérama du 27 janvier 2018
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel