Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Michael C. Hall : Ses souvenirs de David Bowie, du cancer, de sa mort...

Il est l'un des derniers artistes à avoir travaillé avec "L'Homme cent visages" et, comme lui, s'est battu contre le cancer.

Avant sa mort le 10 janvier, emporté par un cancer, David Bowie travaillait à la fois sur l'album Blackstar, ainsi que sur la comédie musicale Lazarus, une suite au roman de Walter Tevis L'Homme tombé du ciel. Cette oeuvre avait été adaptée au cinéma en 1976 sous le titre L'homme qui venait d'ailleurs, dont Bowie tenait le rôle principal : celui de Thomas Newton, un extraterrestre immortel venu sur Terre chercher de l'eau pour sa planète. Présentée Off-Broadway de décembre à mi-janvier, ce spectacle contient des chansons inédites de Bowie ainsi que quelques-uns de ses tubes comme Life on Mars?. Le rôle principal est tenu par Michael C. Hall.

À lire aussi

Dans un longue interview accordée au journal britannique The Guardian, l'acteur devenu star en incarnant un serial killer dans Dexter revient sur cette aventure, la mort de David Bowie et son propre cancer, lui qui est en rémission depuis plus de cinq ans.

Comme beaucoup, il s'est levé le lundi 10 janvier pour apprendre la mort de l'idole via "25 ou 30 textos". Michael C. Hall referme son poing pour expliquer sa réaction : "C'est comme un instinct de survie qui se déclenche pour tenir. C'est voir les choses à travers un miroir et ne pas être victime du trauma. Ne pas se sentir comme un pitoyable orphelin sans père." L'acteur a perdu son père à l'âge de 11 ans... d'un cancer. Quand on lui diagnostique un lymphome de Hodgkin, à l'âge de 38 ans, il accueille la nouvelle avec sérénité, comme si c'était "écrit d'avance".

J'ai perdu plusieurs proches du cancer et je ne pense certainement pas être plus fort ou courageux qu'eux

Sur le tournage de la saison 4 de Dexter, il n'en dit pas un mot à l'équipe. Il attend la fin du tournage pour débuter en toute discrétion une chimiothérapie. En janvier 2010, après avoir confirmé dans un court communiqué sa maladie, pour justifier notamment la perte de ses cheveux et mettre fin aux bruits qui couraient, il reçoit le Golden Globe du meilleur acteur dans une série dramatique pour Dexter.

Il délivre un court discours de remerciement sans faire une quelconque référence au cancer : "Je ne suis pas particulièrement à l'aise avec le vocabulaire autour du cancer. L'idée d'avoir succombé avec courage ou de s'être battu et d'avoir remporté sa bataille contre le cancer... Je ne veux rien faire qui pourrait encourager l'emploi de ce vocabulaire. Les gens me disent : 'Tu as vaincu le cancer.' Non, un cocktail de chimiothérapie a vaincu le cancer. Quand les gens font une chimiothérapie, on ne leur injecte pas du courage. J'ai perdu plusieurs proches du cancer et je ne pense certainement pas être plus fort ou plus courageux qu'eux."

Look up here, I'm in heaven

Michael C. Hall interprète "Lazarus", extrait de la comédie musicale du même nom et de l'album "Blackstar" de David Bowie, dans "The Late Show with Stephen Colbert", décembre 2015.

Dans l'équipe de Lazarus, qui connaissait la gravité de la maladie de David Bowie ? Sans doute personne. Le metteur en scène du spectacle, le Belge Ivo van Hove, a raconté la semaine dernière dans The Independant : "On a commencé à travailler ensemble sur Lazarus et, un jour, [Bowie] m'a pris à part pour me dire qu'il ne pourrait pas toujours être là en raison de sa maladie. Il m'a alors dit qu'il souffrait d'un cancer du foie. Les acteurs ne le savaient pas et j'imagine que les musiciens qui enregistraient Blackstar avec lui non plus. Il a fait tous les efforts possibles pour terminer ces deux projets en temps et en heure, pour ne pas laisser la maladie gagner."

Depuis la mort de Bowie, Michael C. Hall écoute en boucle Blackstar, comme beaucoup. L'album est n°1 aux Etats-Unis - une première pour l'artiste britannique. "C'est ce qu'il nous a laissé, donc je prends. C'est fort, mais apaisant." Dans la chanson Lazarus, Bowie chante cette phrase superbe : "Look up here, I'm in heaven." Le 10 janvier, la troupe de la comédie musicale devait se retrouver en studio pour enregistrer la bande-originale du spectacle, sold out bien avant la mort de son auteur. La rencontre s'est transformée en veillée pour Bowie.

Les yeux fermés

Michael C. Hall a écouté Bowie toute sa vie. Il se souvient de leur première rencontre. L'acteur, qui venait de cartonner dans la comédie musical queer Hedwig and the Angry Inch, a décroché le rôle sans audition mais quand est arrivé le moment de chanter les chansons de David devant Bowie, le stress était immense : Hall, face au pianiste, commence par la ballade magnétique Where Are We Now?, extraite de The Next Day (2013). Il est si concentré qu'il n'entend pas Bowie, sur le dernier couplet, faire les choeurs les yeux fermés. Hall manque de s'effondrer de joie. "J'ai pensé, c'est bon, je n'ai plus à avoir peur. Quelle journée fantastique ! Je me suis tenu devant lui, mais quand il est parti, mes jambes ont lâché et je suis comme tombé au sol. Je n'avais jamais rencontré quelqu'un pour qui j'avais autant de respect..."

David Bowie et sa femme Iman arrivent au théâtre Workshop pour assister à la première de la comédie musicale "Lazarus" à New York, le 7 décembre 2015. C'est la dernière apparition publique du chanteur avant sa mort le 10 janvier 2016.
David Bowie et sa femme Iman arrivent au théâtre Workshop pour assister à la première de la comédie musicale "Lazarus" à New York, le 7 décembre 2015. C'est la dernière apparition publique du chanteur avant sa mort le 10 janvier 2016.

Le 7 décembre, David Bowie fait sa dernière apparition publique à la première de Lazarus, à New York. Ce soir-là, il envoie un mot et un cadeau très personnel à Michael C. Hall : "Par respect pour son sens aigu du respect de sa vie privée, je vous dirais juste que c'est une relique de son passé qu'il m'a offerte et qui restera mon talisman jusqu'à la fin de mes jours." Le rockeur est réputé pour tout garder, jusqu'au moindre paquet d'allumettes où il aurait pu gribouiller une ligne de texte de chanson ou une idée. C'est ainsi que ses archives personnelles, très soigneusement gardées et conservées, ont été ouvertes pour l'exposition officielle David Bowie Is... Lancée en 2013 à Londres, elle a voyagé à Tokyo, Paris, Berlin, Sao Paulo et elle est actuellement présentée au Groninger Museum (à Groningue, dans le nord des Pays-Bas). Elle doit normalement s'achever le 13 mars, mais devant la demande accrue, le musée espère pouvoir prolonger.

Comme Bowie a fait de Michael C. Hall son ambassadeur pour Lazarus, lui demandant même d'aller chanter la chanson à sa place pour faire la promotion de Blackstar à la télévision, il ne s'était pas déplacé au vernissage de son exposition. C'est à l'actrice Tilda Swinton, avec laquelle il partageait une troublante ressemblance, qu'il avait demandé de le représenter. Il était L'Homme cent visages, comme le dit si bien le titre du documentaire que Gaëtan Chataigner et Christophe Conte lui ont consacré...

Tilda Swinton, son compagnon Sandro Kopp et le créateur de mode Haider Ackermann - avant-première VIP de la rétrospective "David Bowie Is" au Victoria and Albert Museum - à Londres le 20 mars 2013.
Tilda Swinton, son compagnon Sandro Kopp et le créateur de mode Haider Ackermann - avant-première VIP de la rétrospective "David Bowie Is" au Victoria and Albert Museum - à Londres le 20 mars 2013.
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel