Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Mort au pays des festivals : la Garden Nef Party jette l'éponge...

Le rythme des saisons n'est pas bouleversé : après un été flamboyant et animé, au gré des tournées européennes de nombreux artistes et des multiples rendez-vous musicaux de plein air ou pas, les festivals sont entrés en hibernation jusqu'à leur prochain estivage.

Mais lorsque le troupeau reparaîtra, il manquera notamment une manifestation à laquelle beaucoup de festivaliers étaient pourtant attachés : la Garden Nef Party. Les collectivités locales n'ont pas pu donner de garanties sur l'apport financier de 30% demandé par les organisateurs, explique le quotidien régional Sud Ouest.

Le festival rock d'Angoulême peut paradoxalement se targuer d'avoir su créer une marque forte, nationalement et internationalement, en l'espace de trois années seulement, et en recevant des performeurs aussi majeurs que Placebo, Archive, Muse, Arcade Fire, LCD Soundsystem, Justice, Phoenix, The Raconteurs, Iggy and the Stooges, The Kills, The Hives, The Do, Franz Ferdinand, Gossip...

Les organisateurs ont hélas annoncé que le festival rock d'Angoulême n'aurait pas lieu en 2010 : "Un jardin meurt, on a rêvé, trop peut-être", déposent-ils en guise d'épitaphe, dans un communiqué dont nous vous livrons l'intégralité ci-dessous. Une oraison funèbre vraiment prématurée.

"Un jardin meurt, on a rêvé, trop peut-être.

Sans amertume mais avec un immense regret, l'équipe du festival a la peine de vous annoncer la mort d'une utopie, celle d'avoir imaginé la Garden Nef Party dans une conjoncture qui incite plus à la prudence qu'à l'aventure.

En trois ans seulement, le pari était presque gagné, nous avons atteint tous les objectifs annoncés, qu'ils concernent le bilan artistique, le rayonnement international du festival, mais aussi la qualité de l'accueil des artistes et du public, ou l'appropriation de l'événement par la population.

Malgré les efforts de tous et de nombreux soutiens, malgré l'envie intarissable d'y replonger, les conditions ne sont vraiment pas réunies pour aller plus loin. Le processus décisionnel des pouvoirs publics et la construction d'une manifestation comme celle-ci n'avancent pas au même tempo. Impossible de préparer un festival sans aucune garantie, en ayant la confirmation des engagements dans le semestre même de la prochaine manifestation.

Nous tenons à remercier chaleureusement toutes celles et ceux qui, dans l'ombre, ont donné de leur énergie et de leur temps durant ces trois années : en premier lieu les bénévoles (350 en 2009) mais également les groupes, le personnel des services de la Ville et de l'Agglomération d'Angoulême, de la Préfecture de la Charente, les commerçants, les voisins et bien sûr le public.

Nous gardons à l'esprit de merveilleux souvenirs et sommes très fiers de ce qui a été accompli car nul doute, la GNP laissera des traces.

A l'image des héros du rock, Brian, Jimmy, John, Janis, Jim, Kurt ou Jeff, le festival part en pleine jeunesse,

c'est toujours mieux qu'une lente agonie."

 

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos
Quand Taylor Swift se prend pour Bree Van de Kamp
Alicia Keys, gravure de mode à Paris, star accessible pour ses fans.
Bono, Chevalier de la Légion d'Honneur, rock star et artiste peintre à ses heures perdues...