Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Mort d'Andrée Chedid : Les obsèques de l'illustre romancière célébrées mercredi.

Réactualisation : Le Carnet du jour du Figaro du 8 février 2011 annonce que les obsèques de la romancière et poète Andrée Chedid, grand officier de la Légion d'honneur, se tiendront mercredi 9 février à 10 heures, en l'église maronite, située au 17 rue d'Ulm, dans le 5e arrondissement de Paris.

Le 7 février 2011 à 14h03 : Femme de lettres et poète, Andrée Chedid a donné son dernier souffle à l'âge de 90 ans, dimanche 6 février, à Paris. Son éditeur Flammarion a annoncé la triste nouvelle de sa mort, qui a plongé dans le deuil ses proches et admirateurs de son oeuvre, comme son fils, Louis Chedid, et son petit-fils Matthieu, également connu avec l'alias M et papa d'une petite Billie, 8 ans.

D'origine libanaise chrétienne, Andrée Chedid a vu le jour dans la magistrale capitale égyptienne, Le Caire. Elle se rêve danseuse, mais écrit aussi très jeune des poèmes. Après son mariage avec un médecin, elle se rend dans le pays de ses origines en 1942, le Liban, se nourrissant toujours des parfums sensuels et magiques de l'Orient. Toutefois, quatre années plus tard, elle s'installe à Paris et commence à publier ses recueils de poésie.

Auteur du Sixième jour (1960) et de L'Autre (1969), tous deux portés à l'écran (le premier par Youssef Chahine et le second par Bernard Giraudeau), a créé en cinquante ans une oeuvre riche et variée, imprégnée d'humanisme, et inspirée en partie par sa double attache orientale et occidentale, elle qui a été élevée dans trois langues, arabe, française et anglaise. Marquée par la guerre du Liban, drame qui s'est étendu de 1975 à 1990, elle a également évoqué ce conflit dans son oeuvre.

Dans un style à la fois sobre, lyrique et fluide, Andrée Chedid s'est attachée à raconter des drames individuels et collectifs, pour dire sa foi en l'Homme, dans des ouvrages tels que La Cité fertile (1972), Les Marches de sable (1981), ou plus récemment Le Message (2000).

Au total, Andrée Chedid a publié une vingtaine de romans et de recueils de nouvelles, et son oeuvre poétique est réunie dans deux volumes : Textes pour un poème (1949-1970) et Poèmes pour un texte (1970-1991). Elle a également écrit de nombreux livres pour enfants, des pièces de théâtre (Le Montreur, Echec à la Reine), ainsi que des chansons pour son fils Louis et son petit-fils Matthieu.

C'est à elle que l'on doit la sublime chanson Je dis aime chantée par Matthieu Chedid, aux paroles intenses : "Je dis 'aime', comme un emblème, la haine, je la jette." Elle écrit également à son petit-fils Je t'aime Bonoboo et En Piste, chanson au bénéfice de Clowns sans frontière. Elle assistait à ses concerts, applaudissant celui qui l'admirait tant. Il a souvent évoqué en interview l'importance de sa grand-mère et lui a aussi dédié le titre Délivre (album Mister Mystère).

En 2009, le Printemps des poètes a vu le lancement du premier concours Andrée Chedid de poèmes chantés, qui a été reconduit pour la deuxième année lors de l'édition 2010, et Matthieu Chedid s'est laissé à de belles sessions musicales en son honneur, avec sa soeur Anna et son frère Joseph notamment.

En novembre dernier, Louis Chedid a rendu hommage à sa mère avec son seizième album, On ne dit jamais assez aux gens qu'on aime qu'on les aime, co-réalisé avec son fils Matthieu. Dans ce disque, il évoque la maladie de sa mère, atteinte d'Alzheimer, indique France-Info. Il lui avait ainsi dédié la chanson Maman, maman.

Aigle d'Or de la poésie en 1972, Goncourt de la nouvelle en 1979 et Prix Goncourt de la poésie en 2002, Grand officier de la Légion d'honneur, Andrée Chedid écrivait dans Le Sixième Jour : "La volonté d'aimer, de vivre est un arbre naturel..." Elle a aimé, vécu avec passion, usant de sa plume magnifique pour offrir des voyages de mots sublimes...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel