Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Mort de Paul Bocuse : Ces trois femmes qui ont dû partager le chef, polygame...

Paul Bocuse et sa femme Raymonde, photo d'archives.
36 photos
Lancer le diaporama
Paul Bocuse et sa femme Raymonde, photo d'archives.
Sur le tard, le chef avait décidé de rendre public son mode de vie un peu particulier et son amour pour trois femmes en même temps.

"J'ai trois étoiles. J'ai eu trois pontages. Et j'ai toujours trois femmes" : à 80 ans et le verbe toujours aussi gourmand et vert, Paul Bocuse décidait en 2005, peu après sa lourde chirurgie cardiaque, de révéler le grand secret de sa vie personnelle - la polygamie. Un secret qui n'en était pas tout à fait un dans sa région lyonnaise, mais méconnu du grand public : le héros et héraut de la cuisine française, mort ce 20 janvier 2018 à l'âge de 91 ans, était l'homme de trois femmes à la fois.

À lire aussi

J'espère qu'elles me pardonneront

Quelques lignes, quelques lignes seulement, avaient ainsi fait leur apparition en dernière minute dans Paul Bocuse, Le feu sacré (éditions Glénat), biographie sacrément bien nommée du chef rédigée par sa belle-fille Ève-Marie Zizza-Lalu, fille de Patricia, la troisième de ces drôles de dames... pour qui la situation ne le fut pas forcément, drôle. "Je ne regrette rien, sauf peut-être la peine que j'ai pu faire aux femmes de ma vie. J'espère qu'elles me pardonneront", confessait ainsi Paul Bocuse dans le très court passage, niché en plein coeur de l'ouvrage, consacré à cette révélation. "C'est Eve-Marie qui a un peu insisté pour le pardon, avait signalé après la sortie du livre la journaliste Brigitte Vittal-Durand, qui était allée enquêter pour Libération à Collonges-au-Mont-d'Or. Lui, il était très content du passage précédent" : "Il y a beaucoup de points communs entre la cuisine et le sexe. On consomme une union, on dévore des yeux, on a faim de l'autre... L'homme a toujours besoin de manger et de se reproduire, et dans les deux cas, il faut passer à la casserole." Réflexion croustillante du chef qui avait inspiré à l'envoyée spéciale de Libé le titre de son savoureux article (toujours disponible sur le site du quotidien) : Paul Bocuse. Monsieur Croque-Madames.

Il y avait Raymonde, jolie blonde de Saint-Rambert-d'Ile-Barbe - village voisin du fief des Bocuse, Collonges-au-Mont-d'Or - rencontrée à l'adolescence. Après avoir combattu lors de la Seconde Guerre mondiale, engagé volontaire au sein de l'Armée française de la Libération, Paul l'avait épousée en 1946 (année à partir de laquelle Raymonde dirigea l'établissement familial au sein duquel le chef glana ses trois étoiles au Guide Michelin) et l'année suivante était née une fille, Françoise, qui allait se marier plus tard au fils du grand chocolatier Bernachon et donner à son père une descendance qui le comblait de fierté. Deuxième femme de la vie de Bocuse, Raymone, ancienne directrice de clinique, lui donna un fils vingt-deux ans plus tard, Jérôme, qui dirige les activités américaines du groupe et a eu un fils qui porte le nom de son grand-père. Quant à Patricia, mère d'Eve-Marie, elle fait aussi partie de la galaxie Bocuse, à l'origine avec Paul de la société Produits Paul Bocuse et soucieuse de "faire briller sans relâche l'étoile Bocuse". Alias "la Fée Clochette", selon sa fille, "apparaissant à la demande, invisible quand il le faut".

Rien à déclarer

Brigitte Vittal-Durand avait bien tenté de connaître leur sentiment, à ces trois Mesdames Bocuse entre lesquelles monsieur se partageait, "déjeunant chez l'une, prenant le thé chez l'autre, dînant avec la dernière ; partant à la montagne avec l'une, au Japon avec la deuxième, restant au coin du feu avec la troisième ; élevant une fille avec la première, un fils avec la deuxième, confiant à la fille de la troisième la rédaction de ce livre testament". Chou blanc : "La première, rapportait-elle à l'époque, tailleur mauve et délicate mise en plis, traverse la salle du célèbre restaurant de Collonges-au-Mont-d'Or (Rhône), allant de convives en convives, la tête haute, naviguant entre les tables. Elle sourit. Elle n'a "rien à déclarer". La deuxième, ce n'est même pas la peine de frapper à sa porte : c'est non. La troisième aurait sans doute volontiers parlé. Mais si les deux premières ne veulent rien dire, elle ne voit pas de quel droit elle s'imposerait à être la seule à raconter."

Le plus bavard reste donc, encore une fois, Paul Bocuse lui-même, et encore. En l'occurrence, il avoue à la reporter que "c'est délicat" et, dans un silence, "se dérobe à toute explication". "Avec Eve-Marie, ça a été une très bonne collaboration. Je la connais depuis qu'elle a 5 ans. Elle est très intelligente. Elle est charmante. Sa mère aussi est charmante, elle gère le nom de Bocuse dans le monde. Elles sont charmantes toutes les deux", finit-il par éluder habilement.

135 ans de vie commune

Au final, dans Paul Bocuse, Le feu sacré, l'évocation de cette vie intime à trois pans se faisait, sans surprise, sous la forme d'un bon mot : "Si je calcule le nombre d'années où j'ai été fidèle aux trois femmes qui ont compté dans ma vie, j'arrive à 135 ans de vie commune." Jovial, épicurien, c'était Monsieur Paul.

Un grand Monsieur de la gastronomie qui fut aussi un père spirituel pour tant de chefs et d'amoureux de la cuisine, qui communiquent en masse leur émotion sur les réseaux sociaux. Voire un père d'adoption pour certains, à l'image de Régis Marcon, 61 ans : "Pour moi c'était un peu un papa, parce que j'ai perdu mon papa très jeune et c'était quelqu'un qui représentait beaucoup pour moi", a réagi, suite à l'annonce de sa mort, le chef trois étoiles, président du concours Bocuse d'Or France (qu'il remporta en 1995) et qui a baptisé son dernier fils Paul en l'honneur du chef lyonnais.

Mark Wahlberg, une superstar bien dans ses baskets
Michelle Williams : adorable baby doll aux allures de femme fatale
Hayden Panettiere complètement accro au nail art !
Scarlett Johansson : une belle américaine à Paris qui ne passe pas inaperçue...
Uma Thurman sculpturale pour sa montée des marches à Cannes
Zac Efron : un playboy débarque sur la Croisette !
Métamorphoses de stars : les préférez-vous avec les cheveux courts ou longs ?
Ces enfants stars qui ont bien grandi...
Britney Spears, Mariah Carey, Nicole Richie : les changements de poids spectaculaires des stars
Ces couples de stars qu'on avait oublié !
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel