Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Philippe Lucas sur le sentier de la guerre : "Je garde deux ou trois bombes pour les prud'hommes" ! Il vient d'être condamné ! (réactualisé)

Réactualisation de 19h30 : La cour d'appel de Versailles vient de condamner ce jour Philippe Lucas à 2000 euros d'amende (dont 1000 euros avec sursis), pour "injure publique" envers le journal l'Equipe. Il avait donné en 2007, une interview au magazine FHM ou il vilipendait le journal, mais surtout avait fait des attaques à connotation sexuelle sur les journalistes du quotidien sportif. Le tribunal a considéré que ces attaques étaient injurieuses. Il est en forme le Philippe Lucas en ce moment !

Sans réelle surprise, les dirigeants du club de natation du Canet-en-Roussillon ont eu une réaction aussi implacable qu'une vanne signée Philippe Lucas après les propos tapageurs du coach dans la presse, au début du mois : après une mise à pied, ce dernier a été tout bonnement licencié pour faute grave par ses employeurs. Délit de grande gueule... En même temps, il ne fallait pas s'attendre à ce que l'ancien entraîneur de Laure Manaudou (qui l'avait apportée avec lui au Canet, et ne cesse de la soutenir dans son exil états-unien), le plus titré de France, manie la langue de bois et fasse la planche, après cinq mois de salaires non payés et au vu d'une situation désastreuse pour ses protégés.

Mais sa sortie médiatique dans les colonnes de l'Indépendant, où il livrait sa version des faits avec la faconde de sniper qui est sa marque de fabrique, n'a pas été du goût de ses anciens patrons (que Fifi aurait bien vu dans sa propre situation : virés !) - difficile de faire bonne figure face à un tel déballage, surtout lorsqu'on a quelque chose à se reprocher. Ils lui ont donc claqué la porte au nez. Privé de bassins, le Fifi...

"Je savais que j'allais au clash, admet-il dans une interview accordée à VSD, à paraître demain. J'avais prévenu les dirigeants. J'ai des couilles et je peux faire la guerre."

Evidemment, connaissant le personnage, aussi charismatique que rugueux malgré les quelques casseroles qu'il traîne, l'histoire ne s'arrête pas là. Bonhomme hautement médiatique ("c'est important de continuer à exister médiatiquement", argumente-t-il pour couper court aux rumeurs d'un départ en Roumanie), c'est cette fois-ci dans les pages de l'hebdo que Philippe Lucas compose le chapitre suivant. Sans plus de tendresse, bien entendu. Si, pour l'instant, il fait plutôt figure de Don Quichotte des médias, se battant contre des moulins à eau, il promet : "Je vais me défendre et je garde deux ou trois bombes pour les prud'hommes".

"Je suis un entraîneur exigeant, mais j'ai besoin que mes nageurs soient bien, rappelle-t-il avant tout. Le sport de haut niveau est déjà très difficile, quand on évolue dans des conditions idéales. Imaginez ici, il n'y a plus ni kiné ni médecin pour suivre les nageurs. Le club, en fait, n'a plus les moyens. Un sponsor, un fonds de pension anglais, devait apporter de l'argent. A ce jour, il n'est toujours pas venu. Les dirigeants ont pourri la situation, et voilà où nous en sommes aujourd'hui."

Et lorsqu'on l'attaque sur ses dépenses au club du Canet ou sur ses embrouilles avec son ancien club du Cercle des Nageurs de Melun, le Rambo des bacs à eau ne bat pas en retraite : "Depuis le début de la saison, j'ai fait gagner au club près 12 000 euros de frais de compétition", avance-t-il quant au premier, et "je n'ai jamais pris un centime à ce club ; j'y suis resté 23 ans et cela m'a coûté plus d'argent que cela ne m'en a rapporté", clarifie-t-il concernant le second.

Scandalisé par la situation précaire dans laquelle se trouvent ses nageurs, lui encaisse, en attendant la suite des débats : "C'est dur, je n'ai plus le droit de me rendre sur mon lieu de travail. Là, je les entraîne dans la salle de sport d'un hôtel de Canet-en-Roussillon. Il faut s'adapter. Dans ces moments où il y a des vagues, il faut savoir prendre un peu de recul. Mais j'ai la tronche pour encaisser. (...) En revanche, mes nageurs sont plus fragiles."

Et s'il est imperturbable, Philippe Lucas, contre toute attente, se dévoile soudainement sous un jour... nostalgique, en évoquant l'âge d'or où Manaudou, Lucas et le Canet étaient au sommet, ensemble : "Le sport français ne vivra pas de sitôt une histoire comme la nôtre. Laure était comme ma fille. Nous avons fait découvrir la natation au grand public. C'était magique. Aujourd'hui, il n'y a pas d'autres Manaudou..."

G.J.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos

Samuel, grand gagnant de "Top Chef 10" (M6), se livre sur son aventure pour "Purepeople.com".
Exclu - Ingrid Chauvin encourage Clément Rémiens lors de son interview pour Purepeople.com. Novembre 2018.
Faustine Bollaert revient sur son premier rendez-vous étrange avec Maxime Chattam, qui est aujourd'hui son mari, dans "C à vous" (France 5) le 13 mai 2019.
Benjamin Castaldi dévoile casting de "Je suis une célébrité sortez moi de là" dans TPMP - vendredi 15 février 2019, C8
Faustine Bollaert, invitée des "Terriens du samedi" (C8) le 4 mai 2019, révèle avoir eu recours à la chirurgie esthétique.
Yann Moix prend la défense de Michael Jackson dans "Les Terriens du samedi" (C8) le 9 mars 2019.
Laeticia Hallyday au Vietnam avec ses filles Jade et Joy, Hélène Darroze et ses filles Charlotte et Quiterie. Vidéo publiée sur Instagram le 21 décembre 2018.
Exclu - Marion Bartoli au micro de Purepeople.com. Avril 2019
Benjamin Castaldi évoque la prostitution dans la télé-réalité - "TPMP", 11 avril 2019, sur C8
Renaud Capuçon dans C à vous, sur France 5, le 21 novembre 2018
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel