Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Princesse Marie, confidences à 40 ans : "Je me demandais si ça valait la peine"

La princesse Marie de Danemark dans l'une des photos réalisées pour son 40e anniversaire, le 6 février 2016, présentée sur le site de la cour danoise.
23 photos
Lancer le diaporama
La princesse Marie de Danemark dans l'une des photos réalisées pour son 40e anniversaire, le 6 février 2016, présentée sur le site de la cour danoise.
Une nouvelle décennie, chez les têtes couronnées, ça se fête généralement avec de nouveaux portraits officiels et, occasionnellement, une ou des interview(s). La preuve avec la belle Marie, désormais quadra !

A son tour, la princesse Marie de Danemark a rallié le club des quadragénaires, au sein duquel elle retrouve en premier lieu son époux le prince Joachim (46 ans) et son beau-frère le prince héritier Frederik (47 ans). Au lendemain du 44e anniversaire de sa belle-soeur la princesse Mary, célébré exclusivement en privé, la Parisienne de naissance et Danoise d'adoption a atteint le 6 février 2016 le cap fatidique des 40 ans, au top de sa forme. Comme si de rien n'était, bientôt huit ans après son entrée magistrale dans la famille royale...

Le site de la cour danoise lui consacre actuellement sa page d'accueil, et présente de superbes photos - des portraits officiels signés Lars Krabbe, mais aussi des photos issues d'un shooting en couple et en famille (même Apple, son bichon, participe) réalisé par l'hebdomadaire Hola!.

Tout s'est effondré...

Mère comblée de deux enfants, le prince Henrik (6 ans, "qui peut parfois être têtu", note le prince Joachim) et la princesse Athena (4 ans, "la Viking de la famille"), elle est aussi une belle-maman très proches des princes Nikolai (16 ans) et Felix (13 ans), issus du premier mariage du prince Joachim, avec la comtesse Alexandra de Frederiksborg. Et pour cause : Marie elle-même a enduré dans sa jeunesse le divorce de ses parents. C'est d'ailleurs un des thèmes intimes qu'elle aborde avec sa franchise et son aisance naturelles dans un entretien exclusif qu'elle a accordé, au motif de son anniversaire, au quotidien danois conservateur Jyllands Posten, l'un des principaux journaux du pays. "Tout s'est effondré quand ils ont divorcé", se remémore-t-elle à propos de la séparation de ses parents, Alain et Françoise.

Marie Cavallier, de son nom de jeune fille, a alors 11 ans et doit quitter Paris, sa ville natale, pour Genève, où son beau-père fait carrière dans la finance. C'est une rupture pour elle aussi, et elle la vit mal : "A cause du divorce, ma famille n'était dès lors plus le havre de paix que je connaissais jusque-là. Mon père était très triste, et ma mère avait un nouveau compagnon que je n'avais encore jamais vu. Ce n'est pas un secret que je n'étais pas ravie de la décision de ma mère. En fait, j'étais très en colère contre elle. Même si ma mère a toujours été formidable avec moi, j'ai toujours beaucoup aimé mon père, et je me suis mise à rêver de m'en aller", confie-t-elle sans tabou. Un rêve qu'elle ne tarde pas à réaliser.

Exactement ce qu'il me fallait

A 13 ans, Marie, qui est fille unique (mais a deux jeunes demi-frères à Paris et deux autres plus âgés qu'elle en Suisse), demande à partir en internat au Collège Alpin International Beau Soleil, un des établissements scolaires privés les plus réputés au monde (les fils du grand-duc Henri de Luxembourg ainsi que l'actrice Charlotte Gainsbourg y sont passés), à Villars-sur-Ollon (qui est aujourd'hui sa destination immuable de vacances aux sports d'hiver, comme un pèlerinage). "C'était mon choix, insiste-elle à propos de ce départ pour le pensionnat, et il s'est avéré que c'était exactement ce qu'il me fallait." Et ce n'est qu'une première étape... En matière d'émancipation, la suite de son parcours se pose là : départ pour les Etats-Unis et le Babson College (Massachusetts), fleuron mondial de la formation de chefs d'entreprise de haut vol, retour à Genève pour continuer ce cursus économique, puis direction New York et le Marymount Manhattan College... New York, elle y travaillera même un moment, pour une agence internationale de publicité, avant de rentrer en France et d'y occuper un poste dans le même domaine. Et enfin la Suisse à nouveau, dans une filiale de Reuters, chez REInvest et chez ING NUmismatic Group SA.

C'est à cette époque, en 2005, qu'elle rencontre lors d'une fête donnée par des amis communs le prince Joachim de Danemark, fils cadet de la reine Margrethe II. L'année de son divorce de sa première épouse, dont il est séparé depuis un an. "C'est une pure coïncidence que nous nous soyons rencontrés, témoigne le prince Joachim dans l'interview conjointe qu'ils ont accordée aux magazines Hello! / Hola! au palais Amalienborg. J'étais marié, à ce moment-là. Mais vu que nous étions les deux seuls à parler français parmi les convives du dîner, notre hôte nous avait placés l'un à côté de l'autre. Et comme Marie n'était jamais allée au Danemark, c'était amusant de lui parler. Notre romance, toutefois, n'a commencé que bien plus tard."

Tout sauf une demoiselle en détresse !

En août, ils sont repérés ensemble à Avignon, et la jolie brune qui a les faveurs du prince ne tarde pas à devenir la coqueluche des médias scandinaves. Un engouement qui s'accroît à mesure que leur histoire s'épanouit rapidement - leurs fiançailles seront annoncées le 3 octobre 2007 - et qui aurait bien pu constituer un frein à cette belle romance. "Je me suis débrouillée toute seule pendant des années, et c'était étouffant que d'un seul coup tout le monde semble avoir un avis sur moi", maugrée-t-elle. Et d'enfoncer le clou : "J'avais une vie géniale, je n'avais pas besoin qu'un prince de Danemark vienne me sauver. Dans mon coeur, il n'y avair aucun doute que je l'aimais, mais j'avais ma vie. J'étais heureuse, et j'avais ma fierté. Je n'étais tout simplement pas prête à me marier et à assumer la responsabilité qui m'incomberait en entrant dans la famille royale."

Une fois le pas franchi (et de quelle manière !), le 24 mai 2008 dans la petite église de Mogeltonder, encore fallait-il pouvoir encaisser l'attention médiatique encore démultipliée, et pas toujours bien intentionnée... "Je n'étais pas préparée à ce qu'elle puisse être aussi négative. Il y a eu quelques articles stupides. Je me suis vraiment demandé si ça en valait la peine", témoigne avec toujours autant de sincérité la néo-quadragénaire dans le Jyllands Posten, qui ne s'est pourtant jamais départie de son ravissant sourire. Prévenant, son bien-aimé a heureusement contribué à faire pencher la balance du bon côté : "Il y a une énorme différence entre être né dans une position et venir d'ailleurs, souligne-t-elle dans un entretien avec l'hebdomadaire Billed Bladet. Bien des choses ne sont pas évidentes pour moi qui sont naturelles pour Joachim. Mais il m'a montré le chemin..." Elle confirme au Jyllands Posten : "Le prince Joachim, confie-t-elle, s'est montré si compréhensif et patient pour me faire apprécier notre situation. J'ai fini par comprendre sa position et combien la famille royale est importante pour les Danois." Il n'en a pas moins à son égard : "Elle a cette capacité à toucher les gens au coeur, assure-t-il à Hola!. C'est vrai que lorsque vous la voyez en photo sur papier glacé, elle est à n'en pas douter extrêmement séduisante, mais ce n'est que le début. Quand vous lui parlez, vous vous rendez compte qu'il y a quelque chose de très profond."

Au final, le conte de fées ne s'est pas évanoui pour la jolie Française devenue une Danoise aimée de ses compatriotes. Et le souvenir des peines passées ne jette aucune ombre sur un présent radieux : "Je veux construire pour mes enfants un foyer où ils se sentent en sécurité et développent leur confiance en eux, dit-elle au Jyllands Posten. Aujourd'hui, j'ai une excellente relation avec mes parents, j'aime mon père et j'aime ma mère, et nous pouvons même nous rassembler de temps en temps, mais ce fut difficile. Tout s'est bien arrangé pour moi au bout du compte, mais, pendant longtemps, j'ai eu du mal à faire confiance aux autres."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos
Kristen Stewart et Robert Pattinson surpris en train de s'embrasser
Kate Middleton, les looks de la princesse la plus stylée !
Kim Kardashian et Kanye West : la bimbo et son homme s'éclatent à Cannes