Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Robbie Williams, papa comblé mais provoc' : ''Peut-être que je suis bisexuel''

11 photos
Lancer le diaporama

Après un long hiatus médiatique, il revient enfin sur le devant de la scène avec un 10e album, Swings Both Ways, disponible dans les bacs depuis le 18 novembre dernier. Et c'est sous un jour nouveau que Robbie Williams, trublion incontrôlable de la pop anglaise, fait son grand come-back. Il faut dire que depuis la folle époque Take That, de l'eau a coulé sous les ponts : sagesse et maturité ont fait leur travail ; aujourd'hui, le chanteur de 39 ans est avant tout un homme posé, droit dans ses bottes. Cette métamorphose spectaculaire, Robbie Williams la doit notamment à sa fille, Theodora (dite Teddy) née en septembre 2012 de ses amours avec la belle Aya Field et à qui il dédie le délicieux Go Gentle.

"J'ai été une popstar égoïste. Puis du jour au lendemain, tout d'un coup, j'ai cette vie pleine de sens. Tout a changé, confie-t-il au micro de Nikos Aliagas dans Les incontournables d'Europe 1. Go Gentle est une chanson sur Teddy, ma fille. C'est une promesse que je lui fais, je lui dis que je serai là à ses côtés, que je serai là pour elle."

Papa poule et comblé, le truculent Britannique est donc pour de bon un homme rangé. Ce qui ne l'empêche pas pour autant de cultiver un penchant particulier pour la provoc'. Ainsi, concernant le titre de son album Swings Both Ways (que l'on peut traduire en français par "aller dans les deux sens"), Robbie Williams n'hésite pas à jouer double jeu et à épaissir un certain mystère. "C'est un titre un petit peu provocant, un peu à voile et à vapeur. Peut-être que ça veut dire que je suis bisexuel", lâche-t-il.

Chassez le naturel, il revient donc au galop. D'autant que selon son avis très personnel, le chanteur estime que de nos jours "les groupes ne sont pas si agressifs, pas si vilains". "Je crois qu'il faudrait plus de perversion", livre-t-il. Alors Robbie Williams, définitivement clean ? Visiblement pas tant que ça, puisque dans une interview au journal anglais The Mirror, ce dernier assurait également consommer régulièrement du cannabis, à des fins cependant purement "relaxantes". "Depuis la naissance de Theo, je suis devenu moins intrépide. La dernière fois que j'ai bu, c'était il y a 13 ans et la dernière fois que j'étais high c'était il y a deux jours. Je ne fais pas de grosses sessions drogues, juste des petites, pour me détendre."

S'il reste au fond résolument bad boy, à 40 ans, Robbie Williams a semble avoir davantage l'intention de passer son tour - préférant de loin se consacrer à son nouveau personnage de gentleman à la fois vintage et chic, comme on peut le voir sur la pochette de Swings Both Ways. Classé numéro un des ventes en Angleterre, cet opus fait d'ailleurs la joie de l'ex-Take That qui savoure la gloire retrouvée d'une façon particulièrement apaisée. "Je sais ce que ça fait d'avoir tout à coup l'attention sur soi. C'est assez étouffant. Ça peut vous rendre fou [...] Quand j'étais au sommet de ma carrière, j'étais un homme déprimé. J'étais malheureux, raconte-t-il à Nikos Aliagas. Aujourd'hui j'en profite. Maintenant que je suis papa, que j'ai ma famille, j'ai une raison de faire tout ce que je fais. C'est vraiment magique."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel