Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Roland-Garros, Gaël Monfils : Un exploit magique, le plein d'émotions en famille

Gaël Monfils a réalisé le premier exploit de Roland-Garros en s'imposant face au cinquième joueur mondial Tomas Berdych lors du premier tour des internationaux de France, le 27 mai 2013 (7-6 [8], 6-4, 6-7 [3], 6-7 [4], 7-5)
10 photos
Lancer le diaporama
Gaël Monfils a réalisé le premier exploit de Roland-Garros en s'imposant face au cinquième joueur mondial Tomas Berdych lors du premier tour des internationaux de France, le 27 mai 2013 (7-6 [8], 6-4, 6-7 [3], 6-7 [4], 7-5)

Gaël Monfils l'avait annoncé juste avant le début de Roland-Garros 2013 : "Ici, je suis un peu comme un enfant. Je m'inquiète mais dans les grands matchs, on peut se transcender." Ce lundi 27 mai, pour son entrée en lice, le Tricolore a tenu parole. Et réalisé le premier exploit de cette quinzaine, qui en appelle d'autres.

81e mondial, de retour après une année de galère qui l'a vu traîner son spleen sur les courts, Gaël Monfils débutait son tournoi par un sacré morceau. Tomas Berdych, tête de série numéro cinq, débarquait comme le favori dans un court Philippe-Chatrier plein à craquer. Et si on pouvait s'attendre à ce que La Monf craque, il n'en fut rien. Brillant lors des deux premiers sets, porté par un public acquis à sa cause, le Français a fait dérailler la belle machine du Tchèque. Mais ce dernier ne fait pas partie du Top 5 pour rien. Les deux sets suivants tombèrent dans l'escarcelle de Tomas Berdych, malgré une belle résistance de Gaël Monfils. On avait pourtant craint le pire au troisième set, alors que les jeux défilaient en faveur du Tchèque. Mais il était dit que Gaël Monfils ne perdrait pas. Serein, physiquement au point, relâché et sûr de son tennis, ce dernier décrochait le dernier set pour finalement s'imposer au terme d'un match plein d'assurance en 4h02 (7-6 [8], 6-4, 6-7 [3], 6-7 [4], 7-5). L'exploit était là, Gaël Monfils pouvait exulter et communier avec un public qui l'avait soutenu jusqu'au bout.

"C'est un moment forcément unique parce que ça faisait longtemps que je n'avais pas gagné de grand match, longtemps que je ne m'étais pas dépassé vraiment, mentalement comme physiquement", a-t-il ainsi confié en conférence de presse, un large sourire lui barrant le visage. Une fois de plus, Gaël Monfils en a profité pour rendre hommage à Roland-Garros, un tournoi si spécial à ses yeux : "Ici, c'est hyper bizarre mais Il y a de la magie, c'est un endroit où je me sens vraiment bien, où j'arrive à me transcender, à sortir des choses dont moi-même je ne me sais pas capable."

Alors qu'il était critiqué pour ne pas avoir trouvé d'entraîneur, que certains (nombreux) ne le voyaient pas passer le premier tour, Gaël Monfils a tenu à rappeler à tous qu'il était encore là, et que ce résultat n'était pas le fruit du hasard. Un résultat acquis notamment grâce à deux coachs exceptionnels, son père Rufin et sa maman Sylvette : "Quand ils sont là, j'ai une énergie différente, je me sens bien. Mon père, je le vois avant comme après le match. Il me permet de me changer les idées, il fait des bonnes blagues, il fait à bouffer (rires), il me soutient moralement tout au long de l'année. Il a toujours été mon mentor, mon facteur de motivation pour jouer au tennis, il m'apporte beaucoup de sagesse. Ce n'est pas mon coach. Mon seul coach, c'est moi-même. Il ne dit pas grand-chose. Son secret ? Il aime les coups droits gagnants ! Quand je suis sur le terrain, à l'échauffement, et que je lâche une 'mine', il me dit : 'ah ouais, le coup droit là, pfff, j'aime ça ! Tu te rappelles quand t'avais 14 ans, ce match-là ?! Pfouuu !' (rires) Ma mère, c'est encore pire. Elle me lance : 'quand tu fais ton jeu de jambes, là, quand j'entends 'quitchikquitchikquitchik' (sic), je sais que tu vas être dur à battre. Et quand tu lâches tes petits cris 'ouahé', là je retrouve mon Gaël !' J'ai deux coachs pas mal. Ils n'ont pas tort mais c'est tous les jours la même chose, quel que soit l'adversaire (rires) !"

Prochain exploit attendu : face à Ernest Gulbis pour poursuivre un retour déjà réussi.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos
Nadal superstar : le champion pose une année de plus avec sa coupe de Roland Garros