Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Smaïn revient sur le "choc" de son adoption : "C'était d'une violence inouïe"

L'humoriste s'est confié sur le jour où il a appris qu'il était un enfant adopté.

En tournée avec son spectacle Je reviens me chercher, nom qu'il avait également attribué à son autobiographie sortie en 2011 (éditions Michel Lafon), Smaïn a profité d'un entretien avec Paris Match pour revenir sur le jour où il a appris qu'il était un enfant adopté.

Celui qui a débuté sa carrière de café-théâtre au début des années 1980 était seulement un préadolescent lorsque sa maîtresse, alors décidée à le corriger après qu'il eut fait "le pitre", lui a révélé ce qu'il avait toujours soupçonné. "Elle m'attrape un jour par l'oreille et me révèle, à l'écart de mes camarades : 'Tu devrais être sage et bien travailler car tes parents ne sont pas tes vrais parents !' Des propos d'une violence inouïe ! Du haut de mes 11 ans, je suis sous le choc, groggy. Mais, dans le même temps, j'ai soudain la confirmation de ce que je redoutais dans un coin de ma tête du fait de l'âge avancé de mes parents", a-t-il confié.

Né de parents inconnus à Constantine, en Algérie, l'humoriste de 59 ans avait passé les deux premières années de sa vie dans un orphelinat catholique qui dépendait de l'hôpital de sa ville de naissance. En 1960, il avait à peine 3 ans lorsqu'il est arrivé en France. "Je débarque à Paris dans les bras d'une femme juive qui me remet quelques heures plus tard dans deux de ma famille d'accueil, musulmane. (...) Après avoir été trimballé d'odeur en odeur, de main en main, d'amour momentané en amour momentané, je suis enfin désiré !", a-t-il raconté.

À découvrir en vidéos

Avec mes parents adoptifs, je ne vais vivre qu'une dizaine d'années

Malheureusement, cet équilibre familial n'a pas perduré. "Avec mes parents adoptifs, je ne vais vivre qu'une dizaine d'années. De ce couple aimant, je reçois un précieux héritage de savoir-vivre que je transmettrai plus tard à mes enfants, notamment la règle d'or de toujours bien se couper les ongles ! (...) Ils vont décéder alors que je ne suis encore qu'un préadolescent."

Après la mort de ses parents, Smaïn s'est retrouvé livré à lui-même. Devenu enfant de la Ddass, il garde des souvenirs "à la fois douloureux et positifs, symboles d'une véritable école de la vie. (...) C'est là que je me suis construit", a-t-il ajouté. La suite est connue. "J'ai pu combler un manque grâce au public que je perçois comme une famille, et les applaudissements sont pour moi une reconnaissance." Dans son autobiographie, il avait par ailleurs expliqué qu'il regrettait que ses parents n'aient pas assisté à ses débuts. "Ils regardaient avec méfiance le monde des artistes. Ils me répétaient sans cesse qu'il y a beaucoup d'appelés et peu d'élus... Mais mon désir a vite eu raison de leurs conseils ! Malheureusement, ils sont morts trop tôt pour pouvoir profiter de ma réussite. Mais j'espère qu'ils en auraient été fiers !", avait-il écrit, touchant.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos
Redécouvrez "la dame qui ne connaît pas Kanye West" !
Gad Elmaleh, l'humoriste préféré des Français fait son show