Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Vincent Lagaf' a pété les plombs pendant le Bigdil : "J'ai pris la grosse tête"

8 photos
Lancer le diaporama
Un succès qui a emporté l'animateur...

De février 1998 à juillet 2004, Vincent Lagaf' faisait sensation sur TF1 en animant le jeu inoubliable Le Bigdil. Interrogé ce 5 avril 2017 dans Le Gros Journal de Canal+, l'animateur de 57 ans est revenu sur son incroyable succès de l'époque... et son pétage de plombs qui en a découlé !

À lire aussi

"À la très belle époque du Bigdil, on rendait l'antenne entre 7 et 9 millions de téléspectateurs. Quand on a fait la 1000e, pendant deux jours d'affilée, on faisait 11 millions de téléspectateurs. C'est des trucs extraordinaires ! J'espère que quelqu'un aura la chance de le refaire... C'est grisant !", s'est-il souvenu. Des chiffres incroyables à faire pâlir d'envie les animateurs en vogue du moment...

Cependant, face à ce succès gigantesque, Vincent Lagaf' n'a pas toujours su garder les pieds sur terre. Comme il l'a confié à Mouloud Achour, il a sacrément pris la grosse tête à un moment donné ! "Ouais, moi j'ai pété un peu un câble ! J'ai pris la grosse tête (...) C'est comme un joueur de football, tu passes de 'T'as pas une thune' à 'T'es pété de thunes'. Donc t'as un petit peu tendance à penser que le monde est à toi, que c'est arrivé, que c'est pour la vie", a-t-il commenté avant de révéler ses plus grosses folies d'alors : "J'étais capable de n'importe quoi, j'étais capable d'acheter une pizzeria parce que le pizzaïolo me gonflait... J'ai pété les plombs avec les biens matériels, je me suis lâché. J'allais sur le salon de Cannes, je voyais un bateau qui me plaisait je l'achetais, et l'autre à côté aussi. C'était ce besoin d'avoir, de reconnaissance. De fil en aiguille, je me suis aperçu que c'était pas d'avoir qui comptait mais de se dire ce que tu pourrais faire si tu en avais envie."

Une séquence à retrouver dès à présent dans notre player !

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel