Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

X Factor:Florian éliminé, sa girlfriend et maman Véro bouleversées, ça plafonne!

64 photos
Lancer le diaporama
Florian Giustiniani va retourner à ses pizzas avec une belle petite notoriété : il échoue aux portes des quarts-de-finale de X Factor, saison 2, éliminé à l'issue du prime diu 7 juin 2011.

Réactualisation : X Factor tentait une fois encore d'élever le niveau et de s'envoler vers les cîmes de l'audimat mardi 7 juin. Mais si Maryvette Lair a pris de la hauteur et offert quelques vertiges au télé-crochet en performant perchée sur un trapèze à plusieurs mètres du sol, l'enfant de la balle n'a pas été imitée par les scores d'audience, qui ne décollent pas. Quelques dizaines de milliers de curieux à peine sont revenus depuis la semaine passée (et c'est assez inespéré, car l'élimination de Raphaël Herrerias, un des postulants les plus intéressants, avait refroidi bien des ardeurs), puisque 2 231 000 téléspectateurs étaient fidèles au rendez-vous de M6, qui stagne irrémédiablement sur la barre des 10% de part de marché et au quatrième rang des audiences derrière les rivales TF1, France 2 et France 3.

Un jury trop tendre et trop prompt à l'extase, des candidats trop lisses et trop verts, des interprétations d'une qualité qui confine parfois au karaoké et plombe un show pourtant doté de quelques effets de mise en scène volontaires (notamment les tableaux chorégraphiques de Zach Kreese) : le programme paye le prix fort pour ses faiblesses, à l'heure où l'intérêt pour les télé-crochets a tôt fait de s'éroder à moins d'offrir de l'exceptionnel.

Les vidéos de l'émission et les séquences inédites du programme Fan factor sont à retrouver sur M6bonus.fr.

P.S. : Pardon à tous les Vauclusiens.

Compte-rendu du prime du 7 juin 2011 :

On y est : après des semaines d'auditions et sept primes en live, X Factor saison 2 entrait mardi 7 juin dans le sprint final, la ligne d'arrivée du 28 juin étant désormais en vue pour les cinq candidats encore en lice. Evidemment, seuls quatre d'entre eux devaient décrocher leur ticket pour le dernier carré et le quart-de-finale du mardi 14 juin.

Si Henry Padovani est hors concours depuis l'élimination de ses derniers représentants de la catégorie des groupes, Seconde Nature, et peut désormais se concentrer, libéré et regonflé, sur ses analyses autant que sur les piques qu'il envoie à son meilleur ennemi Olivier Schultheis, Véronic DiCaire espérait sans doute ne pas connaître la même déconvenue que la semaine précédente, avec la première élimination d'un de ses candidats chez les plus de 25 ans, Raphaël Herrerias ayant été évincé du concours. "Un beau papillon qui s'envole vers sa route" : c'étaient les termes de son adieu à Raphaël. C'est beau, non ? Non?

La punchline du jour est à verser au crédit de Christophe Willem, qui tient bon depuis plusieurs semaines avec sa toute dernière protégée chez les plus de 25 ans, Maryvette Lair : "Le talent, c'est bien mais il faut aller au-delà du talent." Déjà qu'il reste encore à prouver que les X Factoriens ont du talent, mais s'ils peuvent brûler les étapes et aller beaucoup plus loin, on n'est pas contre. Les audiences du télé-crochet, pas à la noce, les en remercieraient.

Sandrine Corman fait son entrée au son du libidineux I like it d'Enrique Iglesias, l'exemple même d'un performeur qui excelle et remplit des salles sans pour être autant un bon chanteur, qui viendra faire une démonstration sur le plateau, tout comme Christophe Maé et la troupe de Mamma Mia!. Autre guest star par intermittence, James Blunt, déjà passé par le studio du Lendit, a dispensé ses conseils aux candidats au cours de la semaine passée.

Une "Survivor" qui déménage !

Sarah Manesse, rescapée de trois ballotages, est parvenue à émouvoir, durant la semaine passée, le coach spécial de X Factor : James Blunt. "Survivor", la surnomme Henry.

Sur son medley galvanisant de Sweet Dreams (Eurythmics) et Shout (Tears for fears), Sarah fait une fois de plus étal de cette facette de rockeuse qui lui sied. Sa voix, malheureusement, a toujours autant de mal à surnager dans ces environnement chargés, submergée par les choeurs enregistrés, et partant parfois en un vibrato trop prononcé pour être honnête.

"C'est une chanson qui te convient parfaitement, peut-être ta meilleure prestation depuis le début." Henry

"Mon Dieu, on va te faire commencer les shows toutes les semaines, si c'est pour que tu t'éclates comme ça." Véronic

"T'as déménagé, ça pète, c'est pour moi la meilleure chose que tu ais faite." Christophe

"Yes, ça fait plaisir, les amis. Quel style, quel voix ! T'as la grande classe, j'ai adoré." Olivier

La revanche de Florian ?

"Super chiant", "la chance aux chansons", "dur à encaisser", "un mauvais moment" : écouter Florian, c'était un calvaire pour les jurés, la semaine dernière. Florian Giustiniani a prouvé en coulisses, vexé par ces critiques, que, non content d'avoir zéro talent, il commence à prendre le melon à force d'être maintenu dans le concours par des votantes acquises à la cause de son joli minois : "c'est un bras d'honneur aux jurés", s'amusait-t-il en ajoutant un clin d'oeil de mauvais goût (qui devient un tic semaine après semaine). Cette semaine, il va falloir leur chanter : J'te l'dis quand même, de Patrick Bruel.

"C'est marrant, Florian fait du Patrick Bruel", ironise Henry. "Ce soir, je me fixe un défi par rapport au public, pas par rapport au jury parce que de toute façon ils vont toujours me casser", annonce Florian. Que d'ambition... Son capital sympathie risque de s'évaporer à ce rythme-là...

Dans le public, une minette de 12 ans et demi forme un coeur avec ses doigts : tout un symbole. La sérénade de Florian, en duo guitare-voix, est mignonnette et n'apporte strictement rien au titre version Bruel. Hereusement pas larmoyante. Regard moite et sourires mièvres dignes d'AB Productions, Florian, avec des airs d'adolescent en quête d'un premier baiser, chante juste et délicatement. C'est tout. Et le public l'ovationne.

"J'ai trouvé le titre bien et ça m'a embarqué. Ma soeur chantait ça à tue-tête, en plus tu l'as chantée très bien." Christophe

"Tu es un battant, quelqu'un d'adorable, tu lâches rien. Pour ça, c'est grand respect, et j'ai passé un moment pas désagréable." Olivier

"On te critique souvent, mais il ne tient qu'à toi que ça change. Là j'ai ressenti une émotion et c'était vachement bien." Henry

"C'est vrai que tu es un battant, tu te relèves à chaque fois." Véronic

Maryvette Lair fait péter les plombs à Christophe, ce tricheur !

Christophe en soupire d'extase en la présentant, et ces deux-là semblent s'être bien trouvés, fantasques au possible. Petit magnéto mettant en valeur les dons de comédienne-imitatrice de Maryvette Lair, qui a bien cerné les tics et trucs des différents jurés, des exclamations de Véronic aux onomatopées de Christophe.

Maryvette avait du mal avec le simple titre de sa première chanson du soir, Can't get you out of my head, de Kylie Minogue. Heureusement, elle s'en sort mieux quand vient le moment de l'interpréter : lors de la première minute, c'est une relecture dépouillée en guitare-voix qu'elle propose, dos à dos avec son accompagnateur, livrant de superbes notes planantes dignes de figurer avec Bang Bang dans Kill Bill. En revanche, son timbre pointu et nasillard car forcé pointe déjà le bout de son... nez. Et quand la bande démarre, déclenchant la version Kylie, Maryvette appuie encore plus sur ses notes pour dominer l'enregistrement. Le résultat est commun. Et moche. Les na-na-na assortis de regards de braise sont un vrai calvaire.

"Au niveau où on est, on passe un très bon moment, tu chantes très bien. Mais je connais très bien la personne à ma droite, je connais son amour démesuré pour Kylie Minogue, et j'ai l'impression que tu as chanté un peu comme Christophe. Je ne dis pas que tu l'imites, mais je ne reconnais pas ton empreinte." Olivier

"Je vais aller vite, parce que je mets du temps à répondre (rires). Je vais rejoindre Olivier, ben oui Christophe. Tu sais que je t'adore, mais c'est une des rares fois où je n'ai pas été embarqué dans un univers Maryvette, c'était banal." Henry

"J'ai adoré le début, c'était très Maryvette, mais quand le beat est arrivé, j'ai moins aimé. C'était pas ton style." Véronic

Christophe Willem pète les plombs, se lève en courant, fonce comme un boulet sur scène pour prendre sa protégée par le bras et faire du lobbying (Olivier, médusé par cette entorse au règlement, n'arrive pas à en placer une) en disant combien elle est merveilleuse. Vraiment dingo, ce Christophe... Après avoir annoncé un second passage très hot pour Florian, Sandrine Corman prédit une grosse surprise de la part de Maryvette pour son retour... Ah, ah, on veut garder son audience en haleine jusqu'à la fin ?!

Nothing compares 2... Matthew Raymond-Barker

Un beau compliment fait par James Blunt : "Si j'entends ta voix dans un an, je saurai que c'est toi." Dans la douleur, Matthew Raymond-Barker s'est imposé comme un outsider tenace. Ses progrès vocaux, ajoutés à son charisme, lui ont permis de figurer à ce niveau du jeu, et il peut encore surprendre.

Pari risqué, c'est sur une chanson à voix, riche en notes tenues et en envolées, qu'il effectue son premier tour de chant : Nothing compares 2 you de Sinéad O'Connor. Si les premières notes sont un peu égratignées, la suite est quasiment irréprochable : pour une fois, Matthew n'est pas lancé dans un numéro dynamique. Assis, il se concentre sur son chant, et rend, malgré un petit problème technique, une copie qui aurait été très élégante sans quelques grossièretés par-ci par-là (vibes loupées, sons forcés). Il a encore démontré quelque chose.

"J'suis fan, ça fait plusieurs semaines que je dis que tu peux gagné l'émission. Et là, on a pu entendre l'étendue de ta voix." Christophe

"C'était irrégulier. Il y a eu des moments où tu es sorti de ta chanson, mais il y a eu une grosse partie de voix, bravo." Olivier

"Après quelques secondes, j'ai commencé à avoir les poils, tu as une superbe voix." Henry

"You did it [c'est plus fort qu'elle, ne lui en veuillez pas !, NDLR]. Tu as prouvé que tu étais fait pour ce métier." Véronic

Maé-Schultheis, les retrouvailles dix ans après...

Ce mardi soir, il y a un autre Christophe que Willem pour faire le show : Christophe Maé. Le Vauclusien, avec sa recette musicale bien huilée, ne tarde pas à tirer un sourire conquis à Olivier Schultheis, qui se détend devant les pas de danse du zébulon Maé, et à donner envie au public de frapper dans les mains en rythme. Après sa chanson, Maé profite de sa présence pour remercier Olivier, qui l'a introduit dans le métier il y a une dizaine d'années alors qu'il faisait la manche sur la Côte d'Azur.

Marina D'Amico ouvre la porte...

Pour la deuxième fois de la soirée, Olivier Schultheis paye la note pour ses yeux plissés, qui le font ressembler à... un hamster. Ca sort de l'imaginaire d'une apprentie X Factorienne de 17 ans, Marina D'Amico. SI Olivier était une danse ? La Tektonik, ou plutôt la Schultonik. Rassurez-vous, Christophe et Henry en prennent aussi pour leur grade : ce soir, les élèves régalent, les maîtres trinquent !

D'abord assise au piano, la benjamine du concours entonne F**kin' perfect de Pink avec grâce, visiblement stressée. Après cette intro acoustique, Marina se lève et les choses dérapent : dans les graves, elle peine à assurer les notes, et comme la chanson, répétitive, ne monte que peu dans les aigus, on tourne en rond. Dans sa version originale, F**kin' perfect ne tient que par l'énergie dantesque de son interprète, Pink. Une énergie que n'atteint pas Marina, même si, vocalement, elle a évidemment du potentiel. Un vrai morceau de bravoure toutefois : un passage rappé sous le nez du jury, qui fait grimacer d'enthousiasme la très expressive Véronic.

"C'était génial, tu chantais bien, tu dansais bien." Henry

"Y a quelque chose qui vient de sortir, waow. Pour moi, cette performance était fuckin' perfect." Véronic

"Ma chérie, t'as cassé la baraque. J'ai surkiffé", s'auto-parodie Christophe, signalant une des plus grosses performances de la jeune femme.

Le jury est extatique. En bonus, Marina reprend le refrain a cappella pour que nos quatre compères agitent la tête en rythme, tels des chiens-gadgets sur le tableau de bord.

ROUND 2

Sarah Manesse, une Ferrari qui ronronne...

Ce que retient Sarah des séances de travail avec Olivier : "trop de grimaces quand tu joues du piano." Henry lui fait de la peine, doit kiffer Rage against the machine, et lui inspire un mot : "Grognon." Pas vraiment comme Véronic, qui serait bien... un moineau.

Sarah défend ses chances pour la deuxième fois ce soir, avec, non pas Une femme avec toi de Nicole Croisille, comme annoncé précédemment, mais avec Ma plus belle histoire d'amour, ineffable tendresse de Barbara que tout public peut s'approprier. Un changement de programme qui ne lui simplifie pas la tache. Le tableau est gracieux : Sarah, dans une robe rose passé au charme désuet, appliquée, chante avec eaucoup de délicatesse, le regard vivant. On ne peut pas être aussi extatique concernant sa performance vocale : son timbre nasillard est exploité à l'extrême, la jeune femme faisant remonter le son autant que possible pour l'emmitoufler, lui donner cet aspect suave et retenu, mais le résultat est déplaisant à la longue. Belle intention, exécution à affiner.

"C'était tout en finesse, tout en grâce, c'était vraiment magnifique, et c'est comme ça que cette chanson doit être chantée." Henry

"Ta voix ressort, avec toute la sensibilité en piano-voix." Véronic

"Sublime, c'était d'une grande maturité, très pur." Christophe

"Le silence, c'est aussi électrique. Il y avait une tension. J'ai croisé beaucoup d'artistes, et tu fais partie des grandes, tu as vraiment ta place dans notre métier, j'ai pas souvent une Ferrari comme ça entre les mains. C'était magnifique, j'ai envie que les gens votent pour toi, j'en ai marre des ballottages, tu mérites mieux que ça." Olivier

Entouré de danseuses dénudées, Florian veut donner la fièvre...

Christophe est un coq, Henry un Labrador (parce qu'il aboie beaucoup - pas la meilleure image). Florian et Véronic s'y mettent à deux pour vanner Henry et lui réclamer des compliments pour Florian, qu'il a déjà affublé de sobriquets comme Florian Bieberon ou Pastis Smith.

On pouvait craindre un nouveau tour de crooner à la manque avec la reprise par Florian du multi-repris Fever de Peggy Lee. A la rescousse pour éviter le naufrage : une danseuse en petite tenue et résille, dont le jeunot ose caresser la peau durant les premières mesures, tout en mettant pas mal d'intensité dans son chant. La suite est plus discutable : le chant, certes propre, redevient un peu caricatural, et, dès lors qu'il n'a plus de contact direct avec les danseuses, Florian oublie complètement de jouer son personnage, sauf quand l'une des charnelles créatures vient le provoquer. De bonnes intentions, mais c'est un peu vert, ça manque de ressort, d'aisance et de testostérone, tout ça... Véronic, elle, semble au bord de l'orgasme.

"Ca fait deux fois ce soir que je trouve tes prestations très bonnes. La mise en scène, hyper chorégraphiée, c'était très beau, et au niveau de l'oreille c'était agréable aussi." Christophe

"C'est ce qu'on appelle vivre un rêve éveillé, je veux que Zack me fasse des choré comme ça. C'était agréable, mais le visuel l'emporte largement sur ce que je retiens musicalement, il me manque du groove. Après, c'est difficile de chanter dans ces conditions là." Olivier

"J'ai trouvé ça très bien, dès que tu bouges, c'est bien. Tu me fais penser à Yves montand. C'était un super tableau. Quand tu fais ça, j'aime." Henry. Florian le taquine : "C'est sincère, ou tu veux une figadelle ?", rigole-t-il avec le Corse.

S'ensuit une petite page promo pour le show - sincèrement immanquable - de Véronic DiCaire, auquel les candidats ont été conviés dans le courant de la semaine.

Enrique Iglesias prend ensuite d'assaut la scène. C'est du moins ce qu'il aurait fait sans un "aléa du direct" qui laisse planer quelques instants de flottement. Le plus caliente des Espagnols ne tarde pas à compenser cette petite attente en interprétant un medley à base de Dirty Dancer et Tonight I'm lovin' you (la version soft, donc...). Même Sandrine Corman, qui a progressé en anglais, en perd son latin au moment de lancer la pub, sous le regard incrédule de son invité.

Maryvette en l'air

Sandrine Corman aide Christophe Willem à survendre sa Maryvette, en nous annonçant du jamais vu et du haut vol pour son deuxième passage. "Une raconteuse d'histoires" et quelqu'un qui "reste soi-même", loue James Blunt.

"C'est toujours la même chose, ça commence à être fatigant", anticipe Olivier quant à la performance de la protégée de Christophe sur le Déshabillez-moi de Juliette Gréco. Henry, lui, craque par avance : "si en plus elle est sexy..." Et Christophe explose : "Enoooooorme !"

On s'attend évidemment à un sketch de la part de cette chansonnière-née. Pour la première fois, elle use d'un de ses atouts : sa spécialité, la voltige. Voilà ce qu'il fallait deviner derrière la "grosse surprise" et le "haut vol" : Maryvette la trapéziste fait sa prestation perchée sur son trapèze, acrobaties incluses. Un vrai tour de force de cumuler son interprétation et ses cabrioles, et un effet de scène qui rappelle que le spectacle, ce soir, a été bien soigné dans l'ensemble, en chorégraphies ou en scénographie ! Cela n'occulte toutefois pas son penchant vraiment trop marqué à jouer la comédie plutôt qu'à interpréter des chansons. Hors sujet.

"Bravo pour tes prouesses, c'est très impressionnant vu de près. Mais la version musicale de cette chanson, c'est une catastrophe pour moi, même si tu arrives toujours à mettre de la grâce." Olivier

"Là, Olivier, pour la première fois ce soir, on va pas être d'accord. J'ai écouté, et tu as très bien chanté, Maryvette." Henry. Olivier précise qu'il parlait du playback, gênant, pas de l'interprétation.

"C'était fait avec grâce, et à un moment, j'ai réussi malgré ma peur à rentre dans la chanson. Et je reste dans ma parole de la semaine passée : t'es vraiment folle." Véronic

"C'est la première fois, on s'est renseigné, que quelqu'un fait un numéro de trapèze à la télé tout en chantant, avec un micro-casque. T'es au-delà d'une artiste, t'es une magicienne." Christophe

Matthew s'emmêle dans la prose d'Ophélaï

Fan de sa coach Véro, Matthew la voit comme la samba : sexy, tropical... "Tout ce qui est du Canada", ironise Véro. Christophe ? La vague. Henry ? Le tango. Après exercice de prononciation sur le nim d'Ophélie Winter, place à la "compétichon" pour Matthew, qui a choisi ce bon vieux tube, DIeu m'a donné la foi, afin de pouvoir laisser libre cours à sa bougeotte. Des spots rose et jaunes, des danseurs fringués vintage, welcome back à l'âge d'or du Hit Machine ! Manifestement, Matthew s'éclate, et, malgré quelques irrégularités de rendu, on note un bel effort sur le texte et un beau rattrapage lorsqu'il s'emmêle dedans. Le tout semble pourtant rester un peu en-deçà de l'explosivité qu'on a déjà constatée chez lui...

"J'adore. Après, je vous ai à l'oeil, Matthew, T'as dansé le jerk sur les paroles. Moi je connais par coeur, et tu t'es trompé, mais c'est pas grave parce que tu as fait le show." Christophe

"Tu peux mieux faire que ça, continue à bosser. Je n'ai pas compris un mot de ce que tu m'as dit. Mais une bonne énergie." Olivier

"Je pense qu'en français, tu as trouvé ton style. Et en plus tu sais danser. Ca c'est ton style, c'était super." Henry

"Oh my god, on est loin du début. T'as pas lâché, c'est l'expérience, et franchement tu m'épates." Véronic

Si Marina était un homme...

"Le niveau était très élevé ce soir, et je pense qu'on va monter encore un peu", s'enorgueillit par avance Olivier Schultheis tandis qu'un magnéto met en scène les doutes de l'adolescente après son prime en partie loupé la semaine passée. Problème majeur de Marina jusqu'à maintenant, son incapacité à faire exister ce qu'elle chante. Et Olivier n'hésite pas à l'envoyer au charbon sur une chanson de femme, une chanson de tragédienne, une chanson de vie : Si j'étais un homme, de Diane Tell. Risqué, comme cap...

Les premières mesures sont assez révélatrices : Marina chante bien, c'est un fait acquis. Mais sa voix, lisse et juvénile, ne fait pas le poids face au souvenir sonore de celle de Diane Tell. Trop dur de refaire cette chanson sans la changer d'univers, trop dur de se prendre pour Diane Tell. Une des seules options de Marina pour faire la différence : forcer sur certaines notes ou intentions, notamment la rage surjouée sur "ces histoires d'amour démodées". Encore une fois, c'est une interprétation honorable techniquement, mais pas crédible : pas assez de changements de tonalité dans l'utopie de cette sublime chanson, des intentions de jeu sur le texte artificielles...

"Tu l'as chantée parfaitement, techniquement. A certains moments ça m'a touché, je te sens sur une bonne voie. Lorsque tu donneras tout, ce sera génial." Henry

"La porte vient de s'ouvrir, je sens que ça s'ouvre, et ça me touche vraiment, je commence à voir l'interprète." Véronic

"J'étais en panique quand j'ai connu le titre, mais comme Véronic, j'ai trouvé qu'il y avait une ouverture." Christophe

"Tu es vraiment sur la bonne voie, tu as bien travaillé. Bravo." Olivier

Le medley proposé ensuite par la troupe de Mamma Mia! fait, sans surprise, se dandiner la pile électrique Christophe, sous les regards amusés et les sourcils perplexes d'Olivier.

Après un numéro collégial sympathique et très kermesse de fin d'année sur Ensemble de Sinclair, les jurés sont priés de livrer leur petit top/flop :

Henry : Matthew au top, Florian au flop
Véronic : Boycott
Christophe : Moi je me suis trouvé à chier, vous, Sandrine je vous ai trouvée incroyable.
Olivier : boycott... après un compliment à son ami Henry.

Accèdent directement au quart-de-finale : Maryvette Lair (Christophe reste donc en lice), Marina D'Amico, Sarah Manesse. On perd donc un garçon ce soir, puisque Florian et Matthew, les deux candidats de Véronic, s'affrontent dans le duel à mort...

Florian Giustiniani défend sa peau avec Toi et moi, de Guillaume Grand. L'original est fort du timbre éraillé de son interprète, la version de Florian s'appuie sur l'aspect lisse de sa voix. C'est encore un cliché... Le jeune Sudiste de 19 ans retient sa voix, qu'on sait pourtant capable de beaucoup depuis son exceptionnel SOS d'un Terrien en détresse, et chante avec sensiblerie, la bouche de travers. Pas vraiment une démonstration...

Matthew Raymond-Barker a choisi pour sa part un excellent titre des Kings of Leon, Use somebody, qu'il interprète superbement sous le regard d'une Véronic bouleversée.

Florian Giustiniani éliminé !

Henry donne sa voix à Matthew, Véronic, sommée de donner son choix en second, refuse de se prononcer quant au sort de ses enfants. Christophe souhaite également garder Matthew. Olivier tient la décision : il élimine Florian Giustiniani, qui finit en larmes après avoir remerciés les jurés pour leurs critiques et sa petite amie Vanessa pour l'avoir soutenu depuis le début !

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel