Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Andre Agassi, soutenu par ses sponsors, accablé par les joueurs : l'anti-Kate Moss ?

Depuis les révélations d'Andre Agassi sur son passé de champion de tennis et de consommateur de drogues, les réactions n'ont pas attendu. Dans son autobiographie, Open, à paraître le 9 novembre prochain, le joueur expliquait qu'il consommait des méthamphétamines. En 1997, il est contrôlé positif et après l'envoi d'une lettre à l'Association des joueurs de tennis professionnels (ATP) dans laquelle il explique avoir pris la drogue par accident, aucune sanction n'est prise à son encontre.

Dans le monde du tennis mondial, cette confession a fait l'effet d'une bombe. Pour Rafael Nadal, si "l'ATP a couvert Agassi un jour, cela me paraît très mal. Si, à cet instant, on a couvert ce joueur, alors que l'on a sanctionné ceux qui ont fait de même, cela me semble être un manque de respect à tous les sportifs."

L'actuel numéro un mondial, Roger Federer, a quant à lui déclaré : "J'ai été déçu d'apprendre ça, c'est un peu dommage pour sa légende. Il avait sans doute ses raisons de dévoiler tout ça, mais c'est un coup dur pour notre sport. Mais le tennis est assez fort, il s'en remettra."

Gilles Simon est encore plus dur : "C'est toujours déplaisant quand un type qui a été une icône du tennis vous explique, une fois à la retraite, qu'il détestait ce jeu (...) Quand j'ai appris son histoire de drogue, je n'ai pas été étonné."

Le journal L'Équipe publie aujourd'hui un très intéressant article sur Andre Agassi, faisant réagir à leur tour les sponsors du joueurs. Chez Adidas, dont Agassi est l'un des ambassadeurs, le discours est sensiblement différent de celui des autres joueurs. Emmanuelle Gaye, représentant la célèbre marque aux trois bandes, témoigne : "Les faits qu'ils évoquent remontent à 1997. Il n'est en contrat avec nous que depuis deux ans. Pour nous, ça ne change rien à son contrat d'ambassadeur, qui porte sur le développement du tennis au travers de la fondation qu'il a créée avec Steffi Graf (l'ancienne numéro un mondiale a épousé Agassi en 2001, NDLR). "L'honnêteté de ses aveux montre bien l'homme qu'il est devenu."

De fait, il est aujourd'hui question de rédemption. Et les spécialistes de s'en donner à coeur joie sur le "cas" Agassi. Pour Claire Carrier, psychiatre et spécialiste de la médecine du sport, Agassi "dénonce le fait d'avoir été un jouet social, un jouet publicitaire. Il s'adresse à tous les gens qui se sont fait du fric sur son image en sachant que son humanité n'était pas reconnue. Il se réapproprie son histoire. Il fait de l'éducation populaire par rapport aux mythes tout créés, à l'identité virtuelle du sport business."

L'avis d'expert que nous préférons, c'est celui d'Éric Tong Cuong, président de l'agence La Chose. Pragmatique au possible pour ne pas dire un poil cynique, ce spécialiste de l'image y va de sa comparaison avec Kate Moss : "Les aveux d'Agassi le rendent plus fragile, plus humain, plus comme tout le monde, plus touchant (...) En revanche qui va s'intéresser à Lendl qui était très lisse pendant sa carrière et auquel il n'est rien arrivé depuis sa retraite ? Ça me rappelle un peu le cas Kate Moss, dont la photo en train de prendre de la cocaïne avait fait le tour de la presse anglaise et qui avait été lâchée par les marques dont elle était l'emblème. Jusqu'au jour où le couturier Alexander McQueen a passé son hologramme dans son défilé de mode et qu'il y a eu une standing ovation." Si Kate a perdu ses contrats, ses collègues mannequins l'ont toujours soutenue. Exactement l'inverse de ce qu'il se passe aujourd'hui avec Andre Agassi.

L'année qui a suivi l'affaire, les revenus de Kate Moss ont explosé... Trois ans après, elle est toujours partout. Mais le milieu de la mode - qui s'est toujours plus ou moins arrangé avec les sujets tabous, rappelez-vous des tendances "heroïne chic" et "porno chic" dans les années 90 - et celui du sport n'ont pas grand-chose à voir. Ainsi Martina Hingis et Jan Ullrich ont perdu leurs contrats avec Adidas pour des faits similaires. La différence avec Agassi, c'est que les faits remontent à dix ans et qu'il n'est plus sur les cours.

Chez un autre de ses sponsors, Longines, le discours est le même que chez Adidas : "Nous faisons tous des erreurs", souligne M. von Känel, président de la marque d'horlogerie suisse. "Nous ne sommes pas là pour juger le passé d'Andre (...) Avoir la force d'admettre une erreur renforce encore une image positive."

Si l'on résume, Agassi déplaît fortement à ses anciens collègues. Tous ceux qui ont évoqué le dopage ou la drogue dans le sport ont subi le même rejet. En revanche, quand Kate Moss devient rock'n'roll et ultra tendance, lui devient un "modèle" de rédemption qui dénonce le "sport business." A noter que, pour les confessions du kid, l'éditeur aurait versé un acompte d'un montant de 5 millions de dollars.

Kate Moss a annoncé en mai dernier qu'elle écrivait son autobiographie... Racontera-t-elle tous ses excès ?

A.D.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos

Kim Kardashian dévoile l'aire de jeux de ses enfants dans de rares images de sa maison, le 12 février 2020 sur Instagram.
Le rappeur Juice Wrld est décédé le 8 décembre à Chicago à l'âge de 21 ans.
Billie Eilish en vacances à Hawaï, le 10 janvier 2020 sur Instagram.
Heidi Klum explique avoir les mêmes symptômes que ceux causés par le Covid-19, le 13 mars 2020.
M. Pokora en confinement avec Christina Milian le 21 mars 2020.
La célèbre statuette des Oscars regorge de secrets...
Le rappeur Juice Wrld est décédé le 8 décembre à Chicago à l'âge de 21 ans.
Violet Madison avec son petit frère Isaiah le 28 mars 2020, Instagram.
James Van Der Beek explique la série "Dawson" à sa fille Olivia. Instagram. Le 26 février 2020.
David et Victoria Beckham dans un restaurant à Paris le 17 janvier 2020.
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel