Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Arrestation de Roman Polanski : Un piège diabolique lui a été tendu !... Que va-t-il se passer maintenant ? Il vient de refuser son extradition...

Réactualisation de 15h05 : Maitre Hervé Temime, l'avocat de Roman Polanski vient de confirmer que le cinéaste a refusé officellement la demande d'extradiction dont il est l'objet de la part des Etats-Unis. Dans son communiqué, l'avocat a déclaré "Compte tenu des circonstances extravagantes de son arrestation, son avocat suisse sollicitera sans délai sa remise en liberté, éventuellement sous conditions" - ce qui veut dire sous caution ndlr - Sur Canal + à 12h15 pendant l'édition spéciale, Bruce Toussaint et ses chroniqueurs ont été très surpris de la réaction de tous les français interrogés. Ils sont offusqués que la défense de Roman Polanski soit prise et estiment qu'il doit être extradé et condamné... Comme quoi, même 30 ans après, ce genre de dossier sensible ne passe pas, quelque soit les conditions de l'arrestation...

Roman Polanski est depuis samedi en détention provisoire en Suisse, où il a été arrêté dès son arrivée, en vue d'une possible extradition vers les États-Unis.

Les autorités américaines ont déposé en 2005 un mandat d'arrêt international à l'encontre du cinéaste pour une affaire de moeurs de plus de trente ans. Polanski est accusé du viol de Samantha Geimer, âgée de 13 ans à l'époque des faits, en 1977. Si Polanski avait plaidé coupable pour "relations sexuelles sur mineur", il a toujours fermement nié le viol.

Depuis son arrestation, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer l'acharnement que subit le cinéaste et les circonstances particulières de son arrestation alors qu'il devait recevoir un prix lors du festival du film de Zurich. Selon la ministre suisse de la Justice, Eveline Widmer-Schlumpf, la Suisse "n'avait pas d'autre solution" que d'arrêter Roman Polanski.

Pourtant, le cinéaste franco-polonais se rendait régulièrement en Suisse où, selon son avocat, maître Hervé Témine, "il est propriétaire d'un chalet à Gstaad à son nom", et où il a encore "séjourné trois mois cette année."

Toujours selon la ministre suisse, les autorités n'avaient pu arrêter le cinéaste plus tôt car c'est la première fois que Berne savait à l'avance que le cinéaste allait venir en Suisse. Elle a même précisé qu'ils l'avaient loupé... deux fois, Roman Polanski se serait méfié ! Quelle sottise ! Comme si il savait qu'il était dangereux pour lui d'aller en Suisse.

Pourquoi Polanski a-t-il été arrêté ce week-end ? Certains émettent l'hypothèse que la Suisse a voulu faire bonne figure auprès des États-Unis, lesquels exercent une pression sur le petit état pour qu'il lève son secret bancaire. L'idée est... attirante et la question mérite d'être posée. Ce qui est étonnant, c'est que la ministre de la justice dément avoir subi des pressions des USA, alors qu'on ne lui demandait rien ! L'avocat de Roman Polanski déclarait ce matin dans Le Parisien: "Je ne crois pas que cela soit le cas, mais on ne peut rien exclure pour l'instant. Je n'ai aucune explication."

Autre hypothèse : les Suisses ont, depuis un an, deux ressortissants assignés à résidence en Libye. Le gouvernement helvétique a-t-il besoin de l'aide américaine pour faire pression sur Khadafi et a-t-il décidé de leur livrer Polanski en gage de bonne volonté ?

Cette arrestation intervient un an après la diffusion outre-Atlantique d'un documentaire qui met en lumière l'acharnement dont a été victime Polanski dans cette affaire et le mauvais fonctionnement de la justice à cette époque. Roman Polanski : Wanted And Desired, de Marina Zenovich, fait état de discussions illégales entre le juge et le procureur du comté. Elle évoque un procès inéquitable - on vous laisse découvrir la bande-annonce ci-dessus.

Samantha Geimer, la victime de l'affaire Polanski, a déclaré en début d'année vouloir tourner la page. Elle a expliqué que l'insistance avec laquelle le parquet de la ville exigeait le retour du cinéaste aux Etats-Unis tenait de la "mauvaise blaque", déclarant : "J'ai survécu, j'ai même surmonté cette épreuve et guéri de tous les maux que M. Polanski a pu m'infliger lorsque j'étais enfant", dit-elle, ajoutant qu'il est temps que "ce chapitre se termine".

Au début de l'année 2009, Samantha Geimer, aujourd'hui âgé de 45 ans et mère de famille, dépose plusieurs recours pour que la justice américaine abandonne sa plainte. Le 7 mai, le juge qui demandait la présence de Polanski - qui n'a pas pris le risque de s'y rendre - a donc rejeté la demande de Samantha Geimer. Elle avait pourtant déclaré : "Je ne souhaite pas que Polanski, qui n'a pas été traité avec justice, subisse de nouveaux châtiments."

Toujours est-il que le parquet de Los Angeles a indiqué avoir planifié l'arrestation la semaine dernière et dispose de 40 jours pour déposer une demande d'extradition en règle. Polanski va déjà faire appel de cette décision auprès des autorités suisses.

Les événements de ce week-end ont soulevé une vague de consternation en France comme en Pologne, mais aussi dans le monde culturel. Effectivement, le réalisateur et metteur en scène possède la double nationalité française et polonaise et les ministres de la Justice des pays respectifs vont également s'opposer à l'extradition.

En France, le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand s'est dit "stupéfait", dénonçant un "piège" et fustigeant "une certaine Amérique qui fait peur". Nicolas Sarkozy suivrait le dossier "avec la plus grande attention". Il a le droit, nous l'avons déjà dit hier, de passer un coup de fil à son pote Obama, parce que là, c'est un peu fort de café !

Hier, des cinéastes et artistes du monde entier, parmi lesquels Costa-Gavras, Wong Kar Wai, ou encore Monica Bellucci, ont dénoncé un "traquenard policier" et exigé sa "remise en liberté immédiate". Ils ont signé une pétition à cette fin. Parmi les premiers signataires figurent également Fanny Ardant, Pierre Jolivet, Gilles Jacob, Bertrand Tavernier mais aussi la Cinémathèque Française et le Festival de Cannes.

Roman Polanski est aujourd'hui âgé de 76 ans. Il est considéré par beaucoup comme un cinéaste de premier ordre offrant des films aussi marquants que Rosemary' baby, Chinatown et Le Pianiste, Palme d'or en 2002. Son destin aura été marqué par des épreuves toutes plus douleureuses les unes que les autres. Enfance dans le ghetto de Varsovie, assassinat sauvage de sa première femme, Sharon Tate, alors qu'elle était enceinte (et dont l'une des meurtrières vient de mourir)... Polanski est, à bien des égards, un survivant. Il est depuis plus de 20 ans l'époux d'Emmanuelle Seigner, avec qui il a eu deux enfants : Morgane, 16 ans, et Elvis, 11 ans. L'actrice et chanteuse a été prévenue par son mari dès son arrestation le samedi soir. Elle est partie hier en Suisse avec son avocat Hervé Témine.

Au cinéma, il vient de tourner en Allemagne The Gosht adapté d'un roman de l'écrivain britannique Robert Harris, qui réunit Ewan McGregor, Pierce Brosnan et Kim Cattral.

Ses avocats vont tout faire pour lui éviter la prison et surtout une extradition, qui serait sans aucun doute dramatique. Au moins, le temps que cette affaire se décante, il paraîtrait plus que normal que les Suisses le laissent en liberté !

A.D.

 

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel