Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Chloé Mons raconte la dernière année de Bashung : "Après tout, ce n'est qu'un homme"... Ecoutez son interview !

2 photos
Lancer le diaporama

Douze ans après leur coup de foudre sur le tournage du clip de La nuit je mens, récompensé quelques mois plus tard par une Victoire de la Musique, Chloé Mons partageait ce matin, au micro d'Europe 1, la dernière année d'Alain Bashung, emporté le 14 mars dernier par le cancer du poumon dont il était atteint.

La compagne du rockeur, sa femme depuis 2001 (mariage qui engendra l'enregistrement de leur Cantique des Cantiques) et maman de leur fille de 8 ans (Poppée), avait accepté l'invitation de Marc-Olivier Fogiel. A quelques semaines de la sortie de son cinquième album à elle, programmée le 1er juin, elle a eu envie de "raconter Alain". "Cette rencontre, ces douze ans avec lui n'ont été que des réponses, c'est vrai", constatera-t-elle en fin d'entretien.

Dès hier soir, nous vous dévoilions quelques moments forts de cet entretien, au cours duquel elle a notamment répété avec une sérénité palpable que, après avoir eu "l'impression de niquer la maladie", Alain était parti "au bon moment" : "Il est parti au sommet de sa gloire, Alain. Et il est parti en étant vraiment ce qu'il avait toujours rêvé d'être. C'est quand même magnifique de partir dans cette lumière-là ! Aux Victoires de la Musique, se souvient-elle, on ne savait pas s'il allait arriver à finir de chanter sa chanson (...) C'était un moment émouvant." Et après sa performance : "Il était fier. Fatigué et fier", lâche-t-elle, un sourire encore extatique dans la voix.

Après l'ultime voyage de Bashung, ses obsèques à Saint-Germain-des-Prés et son inhumation au Père-Lachaise, elle est passée "au travers des mailles du filet" médiatique et de l'effusion générale : "Je suis partie dès le lendemain de l'enterrement au Maroc avec ma fille pour échapper à tout cela, parce que c'était trop douloureux (...) J'avais besoin d'être dans l'essentiel, ma fille, moi, on est dans la vie, donc autant être dans la vie vraiment."

Car, ces derniers mois, la vie était hantée par la mort : "Elle était présente de toute façon, on vit un peu avec la mort, avec un cancer. C'était quelqu'un d'extrêmement fort, et en même temps extrêmement modeste. Quelqu'un de très bien, très digne, toujours, même malade, même en plein succès, toujours cette espèce de distance très belle." D'ailleurs, à propos du cancer en lui-même, du fait de vivre à deux la maladie d'un seul : "On n'en parlait pas, on la vivait, pose-t-elle. C'est quelque chose qui prend tellement de place déjà, que si on en parle, c'est l'enfer."

Du coup, rien ne viendra, jusqu'au bout, entraver la complicité du rockeur sophistiqué et de sa muse. "Il était toujours très excité que je fasse mes trucs, il aimait bien écouter, il me disait toujours 'mon lapin, t'es fou'", raconte avec tendresse Chloé à propos de son propre parcours musical. Quant à ce nouvel album à paraître, Bashung l'a entendu, évidemment. "Il l'a même dans sa poche au Père Lachaise", lâche avec une désinvolture rieuse sa veuve, stupéfiant son intervieweur. Complétant, dans une veine plus intime, plus sensible, en évoquant la chanson qu'il préférait : "'Poreuse', c'est bien. Ça parle de cette séparation-là, en ce moment entre nous, qui ne durera qu'un temps, puisque un jour je le rejoindrai par la rivière, c'est ce que je dis."

C'est finalement dans les mots de leur fillette de 8 ans que Chloé Mons trouve le meilleur raccourci, lorsque Poppée, au lendemain de la disparition de son père, lâchait cette sagesse d'enfant : "Après tout, ce n'est qu'un homme".

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel