Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Emilie Simon : En plein deuil, la jolie virtuose présente sa Big Machine et son Dreamland. Magnifique... Regardez !

7 photos
Lancer le diaporama

Une basse obstinée funestement martelée au piano : les premiers instants du nouveau single d'Emilie Simon, coïncidence troublante et bouleversante, résonnent comme le glas, alors que la brillante jeune femme vient d'avoir la douleur de perdre tragiquement son compagnon, décédé en Grèce, où ils passaient leurs vacances, de complications survenues après qu'il eut été infecté de la grippe A.

La jolie Montpelliéraine de 31 ans, qui vit désormais à New York, s'apprête à vivre une rentrée qu'on imagine aisément difficile, avec la sortie, dès demain (et depuis une semaine en digital), de son quatrième album studio, The Big Machine.

Un opus intégralement anglophone dont cinq des textes sont nés de la plume du romancier britannique et maître du fantasy Graham Joyce (Leningrad Nights, The Facts of Life), et qui, au regard de sa fusion définitivement hyper-esthétique des registres électroniques qu'explore la jeune virtuose depuis quelques années (trip hop, synthpop, IDM, électronica, ambient, etc.), pourrait bien connaître un destin aussi remarqué que ses prédécesseurs, tous récompensés - l'éponyme Emilie Simon (Prix Constantin et Victoire de la musique en 2004 dans la catégorie Musique électronique), la bande originale de La Marche de l'Empereur (un César et une Victoire), et Végétal (Victoire en 2007).

Mixé par Renaud Letang, le très lyrique album The Big Machine avait été produit par Mark Plati et François Chevallier, le compagnon de la chanteuse... Dreamland, son premier single, allie à la luxuriance des arrangements et pérégrinations électroniques d'Emilie Simon une ligne vocale et un son très eighties, héritage synthpop bien intégré... Un univers illustré somptueusement par un clip aux confins du morbido-féérique, dans lequel Helena Bonham Carter, version Tim Burton ou version Bellatrix Lestrange dans Harry Potter, aurait aussi trouvé sa place.

Quant à Emilie Simon, on lui souhaite de tout coeur de réussir à s'extirper du cauchemar qu'elle vit pour regagner bientôt son Dreamland...

Guillaume Joffroy

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel