Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Jennifer Lawrence : Délurée dans American Bluff, elle s'essaie au air guitar

7 photos
Lancer le diaporama

Nommée à l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour le film American Bluff, Jennifer Lawrence avait encore surpris son petit monde dans un tout nouveau costume où la jeune comédienne exploite ses tendances névrotiques. Explosive et délirante, J-Law livrait une composition pour le moins étonnante, éclipsant en une séquence la sexy Amy Adams, sa rivale féminine dans le film de David O. Russell.

Parmi les quelques séquences de l'actrice pouvant justifier une entrée en course pour un second Oscar, cette scène de nettoyage où l'improvisée housewife Jennifer Lawrence interprétait Live and Let Die, de The Wings & Paul McCartney (chanson extraite d'une BO de James Bond, Vivre et laisser mourir) devant son jeune fils de fiction. Complètement délurée et transcendée par la musique, l'actrice se laissait aller devant la caméra de David O. Russell qui n'a eu aucun mal à capter le génie de l'actrice la plus cool de tout Hollywood.

On apprend aujourd'hui, à quelques encablures de la sortie du DVD aux États-Unis, que le réalisateur a coupé une autre scène du même acabit. Remplacez Live and Let Die par Evil Ways, un standard du rock signé Santana, et vous obtenez un plan-séquence d'environ quatre minutes pendant lesquelles Jennifer Lawrence se donne à fond, choucroute sur la tête en guise de coiffure, gants de ménage et aspirateur rétro façon I Want to Break Free (l'un des titres cultes du groupe Queen) à la main. La scène, absolument improbable pour une star comme Jennifer Lawrence, voit l'actrice, tout en autodérision, verser à la fin dans un exercice d'air guitar qui pourrait rendre jaloux le groupe de Gunther Love, Airnadette.

Ajoutez à cela que l'utilisation d'Evil Ways (certes bien moins rythmé que Live and Let Die) a du sens face au scénario d'American Bluff. Jennifer Lawrence campant une névrosée égocentrique, manipulatrice et ultra jalouse, Evil Ways raconte l'histoire d'une femme malveillante qui néglige son boyfriend en préférant passer plus de temps avec ses amis. Tout ce que son personnage, Rosalyn Rosenfeld, reproche à son époux, Irving (campé par Christian Bale).

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image