Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Jennifer Lawrence 'esclave' dans Hunger Games : David O. Russell dérape...

Avec Happiness Therapy (Oscar de la meilleure actrice) et American Bluff (Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle), Jennifer Lawrence est devenue le porte-bonheur, et plus officiellement la muse, de David O. Russell, son metteur en scène dans ces deux films. Si bien que ce dernier la protège... au point de déraper.

"Je pense personnellement qu'ils devraient la laisser respirer, parce que les films sont de véritables machines à fric. Mais (Jennifer) est un être humain... Je vais vous dire, douze ans d'esclavage, voilà ce qu'est la franchise [Hunger Games] à mes yeux. Je vais avoir des problèmes rien que pour avoir dit ça...", a-t-il déclaré au New York Daily News lors des Australian Academy's AACTA Awards, vendredi dernier. Effectivement, David O. Russell a eu des problèmes.

Le metteur en scène, à qui l'on doit notamment un autre film à Oscars (Fighter), s'est empressé de rectifier le tir, avec cette malheureuse référence à 12 Years A Slave (Golden Globe du meilleur film dramatique). "De toute évidence, j'ai utilisé une analogie stupide dans une vaine tentative de faire de l'humour. Je m'en suis rendu compte presque aussitôt et je suis vraiment désolé", s'excuse le cinéaste tant apprécié à Hollywood, via un communiqué.

Lors de cette saison des prix, le duel à distance entre American Bluff et 12 Years A Slave se déroule également entre les deux actrices respectives des films en course, Jennifer Lawrence et Lupita Nyong'o. En pleine campagne, il serait donc bien dommageable pour David O. Russell de griller une carte et ternir l'image d'American Bluff, divertissement glamour et rythmé porté par un casting extra.

Mais au-delà de la référence à 12 Years A Slave, David O. Russell visait bien la cadence infernale suivie par Hunger Games, en tournage comme en promo, et dont Jennifer Lawrence est la principale victime selon le réalisateur. Aux Golden Globes, très émue, Jennifer Lawrence avait remercié David O. Russell d'avoir "fait de (sa) carrière ce qu'elle est aujourd'hui".

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel