Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

K'Naan, la révélation hip hop/world music sort du studio de Bob Marley : un troubadour des temps modernes ! Regardez le clip de "ABC's" !

7 photos
Lancer le diaporama

En plein coeur de l'album Troubadour, K'naan nous immerge coup sur coup (pistes 8 et 9) dans Africa, puis America. Une juxtaposition qui ne doit rien au hasard et résume - dans le bon ordre chronologique - l'incroyable proximité et l'irréductible différence entre sa Somalie natale et son Occident d'adoption (de Harlem à Toronto) : racines d'un métissage artistique fulgurant.

Un noyau dur éloquent dans un opus qui s'ouvre sur T.I.A. (This is Africa) et s'achève sur People like me : Kanaan Warsame, réinventeur de hip hop, porte par devers lui le poids de son voyage : d'où le nom de scène K'naan, qui signifie "voyageur" et nous entraîne d'emblée sur la piste d'un homo viator (l'homme voyageur), tel que le portraiturait le philosophe Gabriel Marcel. Auteur d'un rap lyrique et qui préfère le reportage au message, K'naan se meut dans une forme d'existentialisme musical conscient que c'est la façon dont l'homme habite le monde qui le modèle.

Né à Mogadiscio en 1978, K'naan est génétiquement sensible à la musique des mots autant que celle des sons (son grand-père, Haji Mohamed, était un poète notoire, et sa tante, Magool, une des chanteuses les plus en vue de Somalie). En 1991, la guerre civile qui fait rage pousse sa famille à fuir urgemment : consciente qu'il ne s'agissait qu'une question de temps avant que sa famille ne connaisse le même sort que les amis de son fils (abattus lors d'une traque dont K'naan est sorti vivant), la mère de K'Naan faisait tous les jours la route jusqu'à l'ambassade des Etats-Unis, en évitant les balles perdues, dans l'espoir d'obtenir des visas pour elle et ses proches. Malgré les refus quotidiens, elle s'obstina et, le dernier jour de la présence de l'ambassade sur le sol somalien, réussit à obtenir les précieux visas pour partir en Amérique. "Il n'y a pas de mot pour décrire ça", se souvient K'Naan, "c'est le sentiment le plus fort, le plus libérateur. Il y avait un monde plein d'espoir qui s'ouvrait enfin à nous. C'est à ce moment que j'ai pris conscience de la valeur de la vie, quelque chose qui ne m'avait même pas effleuré avant". Avec quasiment rien dans les poches et aucune connaissance de l'anglais, K'Naan et sa famille ont pris le dernier vol de Mogadiscio vers New York et Harlem, où son père, parti avant eux, était chauffeur de taxi. C'est depuis Big Apple que son paternel lui expédiait des cassettes de rap : "J'ai été un des premiers à écouter du hip hop à Mogadiscio. J'apprenais le rythme, le flow, alors que je ne savais pas encore l'anglais", se remémore l'artiste.

Si la famille ne fera qu'une transition de quelques mois à New York, avant d'aller s'installer à Toronto, c'est bien au coeur de la mégalopole américaine que K'naan s'imposera comme un poète musical hors norme : en 1999, lors d'un concert pour l'anniversaire du Haut Commissariat aux Réfugiés, il déclame un slam acerbe envers l'action (ou l'absence d'action de l'ONG) en Somalie au siège new-yorkais de l'ONU. Une performance qui fascinera un membre de l'assistance : un certain... Youssou N'Dour. Le chanteur sénégalais prend le jeune Somalien dans ses bagages pour l'album Building Bridges (2001). Dès lors, les événements s'enchaînent, les festivals asseoient sa notoriété et il sort en 2005 son premier album, The dusty foot philosopher : un succès critique unanime, récompensé par - entre autres - un Juno du meilleur album de rap.

K'naan nous revient en 2009 avec Troubadour, un album paru en France le 25 mai, et dont le titre synthétise l'ensemble des expériences de son auteur. Effectivement, ce "voyageur" est un troubadour : ses récits de voyage, les tableaux quasi romantiques de sa Somalie, il les met en musique dans une langue vivace et brûlante. "Je pense qu'il y a aussi des gens qui se battent pour survivre dans des quartiers au Canada et aux Etats-Unis, mais c'est tellement plus dur et tellement plus violent en Somalie", analyse K'Naan. "Si tu veux la jouer 'Je viens du ghetto, je suis un dur', il faut savoir aussi qu'il existe une alternative. Je parle ce même langage du hip hop, qui parle de la vie dans les quartiers durs. Mais là d'où je viens, ce n'est pas un quartier dur, c'est LE quartier LE PLUS dur".

"Mon job est d'écrire ce que je vois / Je suis un sténographe de l'image", se décrit-il dans "I Come Prepared". Bien sûr, K'Naan n'est pas sans opinions, loin s'en faut, mais dans l'album Troubadour, le songwriting passe toujours avant les speech.

Certes, il est troubadour, au sens de ce qu'il façonne un rap poétique et mélodique, flamboyant d'une langue ardente et volubile, et pétri au creuset d'une histoire personnelle qui rejoint une Histoire universelle. Mais ce faisceau d'expériences, on l'identifie également d'un point de vue musical : l'essence de son art réside dans la création d'un hip hop cosmopolite, fusion magmatique des genres, de la world music au rock en passant par la soul, le tout habité de samples, d'instrumentations est-africaines et de choeurs.

Enregistré en grande partie à Kingston, Jamaïque, où K'Naan s'est vu ouvrir par ses amis Stephen et Damian Marley les portes du home studio personnel de Bob Marley ainsi que celles du légendaire Tuff Gong Studio, ce Troubadour est l'oeuvre d'un griot du hip hop.

"L'utopie du 'Imagine' de John Lennon a enfin son pendant hip hop", assène le magazine Rolling Stone. Mais une réalité musicale à vivre sans tarder.

Voici le clip de ABC's. Le B-A BA de K'naan pour en rester bouche bée.

Guillaume Joffroy

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel