Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Lady Gaga : Regardez le clip mon-stru-eux de Bad Romance... et jouez !

Lady Gaga,  Bad Romance  (image du clip)
41 photos
Lancer le diaporama
Lady Gaga, Bad Romance (image du clip)

A Gaga-titude exponentielle, révolution permanente in progress : élue récemment Rising Star of the Year, Lady Gaga atteint, avec le clip de Bad Romance qu'elle vient de dévoiler (et que nous vous présentons ci-dessus avec force captures d'écran), la dimension olympienne de First Lady of Pop. D'une manière intelligemment sulfureuse, évidemment.

Excentrique, extravagante, excitante et excitée : les qualificatifs les plus forts en adrénaline ne suffisent plus à décrire la culture du total show, musical et visuel, qui a permis à la jeune New-Yorkaise d'acquérir, de façon fulgurante, une aura dévastatrice et unique. Mais derrière la façade de la provoc'mania, tant dans le comportement que dans l'oeuvre artistique, c'est un impressionnant édifice de culture pop-électrochoc qui s'est érigé. Première artiste la plus visionnée sur Youtube, troisième personnalité la plus populaire sur Facebook (après Michael Jackson et Obama), pastichée par South Park, celle que Madonna estime et voit comme son héritière (elle déclarait récemment qu'elle se retrouvait en Lady Gaga) a toutes les armes pour égaler l'impact culturel de sa devancière, voire le surpasser. Et pour cause.

Un clip... psychotique à l'extrême

Après Paparazzi, une pure merveille pop-art signée Jonas Akerlund logiquement récompensée aux derniers MTV Video Music Awards, Lady Gaga repousse encore les limites de l'imaginable clipographique. Pour Bad Romance, premier single inédit extrait de la réédition de son glorieux album The Fame en The Fame Monster (disponible le 23 novembre 2009, contenant la participation de Beyoncé sur Telephone), l'artiste avait ses exigences : "Il me fallait quelqu'un qui soit doté d'un sens extraordinaire de la façon dont on réalise une vidéo pop, car le plus grand défi, quand je travaille avec des réalisateurs, c'est que c'est moi la réalisatrice, et c'est moi qui écris les séquences, et c'est moi qui m'occupe du style, et c'est moi qui décide ; c'est très difficile de trouver des réalisateurs prêts à accepter la contribution de l'artiste".

Celui qui a relevé le défi n'est autre que Francis Lawrence, cinéaste auteur des apocalyptiques Constantine (avec Keanu Reeves) et I Am Legend (avec Will Smith), et réalisateur de clips pour Britney Spears (Circus, Slave 4 U), Justin Timberlake (Rock your body)... : "Francis et moi avons travaillé ensemble. C'était une collaboration. C'est réellement un réalisateur de vidéos pop et de films. Il a réalisé I Am Legend, et je suis une grande fan de Will Smith, donc je savais qu'il pourrait diriger une vidéo où je lui donnerais mes idées les plus bizarroïdes, les plus psychotiques..." Ce qu'elle a effectivement fait, vec la complicité de son équipe créative Haus of Gaga, pour le résultat que vous avez sous les yeux : un univers visuel laqué blanc traversé par de rares pénombres esthétisées, une multitude de costumes et d'accessoires pop/sci-fi (des lunettes lames de rasoir à la peau d'ours, en passant par ses fameux "tétons flingueurs", de retour pour le final), des chorégraphies torturées... Mais aussi, une étonnante mise à nu, lorsque son visage et ses yeux baignés de larmes apparaissent presque sans fard (au passage, une frappante ressemblance avec une certaine Felicity Huffman, de Desperate Housewives !). Trop pour une description, suffisamment pour une thèse.

Un tube... monstrueux

Le premier des monstres (le mot "monster" apparaît d'ailleurs sur le caisson-cercueil digne d'un film d'anticipation d'où Lady Gaga surgit au début de la vidéo) de la chanteuse, né des aspects sordides de la notoriété (the fame), est lâché : "Pour la réédition The Fame Monster, j'ai écrit tout ce que je n'avais pas écrit pour The Fame. Au cours de mes voyages planétaires, ces deux dernières années, j'ai rencontré plusieurs monstres, chacun étant matérialisé par une de mes nouvelles chansons : ma peur du Sex Monster, de l'Alcohol Monster, du Love Monster, du Death Monster, du Loneliness Monster..." On vous laisse identifier le monstre de Bad Romance, comprenant par ailleurs un passage en français qui ravira ceux qui avaient adoré l'improvisation de la Gaga sur le plateau de Taratata...

Musicalement, Bad Romance, produit une nouvelle fois par le hitmaker attitré de l'artiste, RedOne, s'inscrit dans la droite lignée des tubes extraits de The Fame, avec de puissantes nappes de synthés rappelant celles de Just Dance, des riffs électro tels que ceux qui ont fait le succès de Poker Face et une structure d'école aussi catchy que Paparazzi transcendée par un refrain imparable... Sur ce travail musical qui associe synthpop mélancolique très eighties et épaisseur mélodique et beat de la dance des années 1990, Lady Gaga opte pour une hauteur vocale qui lui sied le mieux. Ajoutez encore ce soupçon de mysticisme festif et de transe ("Rah rah ah-ah-ah!/Ro mah ro-mah-mah/Gaga Oo-la-la!"), et la messe est dite pour un nouveau record.

Jeu-concours événement

Même si Lady Gaga sera en tournée aux USA lors de la sortie de The Fame Monster, elle a souhaité que tous ses fans puissent quand même faire la fête en France et célébrer l'événement via une soirée de lancement au Queen. A cette occasion, Lady Gaga a missionné un de ses DJ/remixeur attitré : Guéna LG (Glam As You), connu pour avoir signé plusieurs excellents remixes pour les plus grandes pop stars internationales (The Black Eyed Peas, Pussycat Dolls, Gwen Stefanie, Britney Spears, Kylie, Enrique Iglesias, Nelly Furtado...et Lady Gaga). C'est en exclusivité qu'il viendra pour la première fois mixer au Queen, dimanche 22 novembre 2009 dès minuit... pour une Over Kitsch 100% Gaga. Gagnez vos albums The Fame Monster et vos lots de 2 places pour la soirée avec Polydor (Universal) et Purepeople... en cliquant ici !

Et afin que le lancement soit encore plus monstrueux, un nouveau jeu concours vient d'être mis en ligne sur le site www.ladygaga.fr ! Une fois inscrit en ligne, chaque participant devra réaliser une série d'actions en ligne ou sur le terrain pour gagner une foule de cadeaux : des places pour la soirée au Queen, des casques Heart Beat By Lady Gaga, des jeux U-Sing sur Wii, des places de concerts pour la prochaine tournée, des albums The Fame Monster, etc. Un dispositif exceptionnel et un lifting pour le site officiel de la chanteuse, qui s'ouvre sur une rue de New York et une galerie d'art, à découvrir de toute urgence en créant votre avatar afin de visiter les sections Le club, La Galerie D'Art section "Art Plastique", La Galerie d'Art section "Films d'art et d'essai", Concours de flash mob, et Invasion de Lady Gaga.

Guillaume Joffroy

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel