Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Laure Manaudou, enceinte, met un terme à sa carrière... Ses partenaires commerciaux aussi ! Pas cool...

Laure Manaudou, enceinte, met un terme à sa carrière
Laure Manaudou, enceinte, met un terme à sa carrière

Laure Manaudou, la plus grande championne que la natation française ait connue à ce jour, a annoncé officiellement sa retraite, à l'âge de... 22 ans. Une nouvelle vie s'annonce, à plus d'un titre : la jeune femme attend son premier enfant !

Hier, son amie Esther Baron, compagne de calvaire lors des entraînements harassants dispensés par Philippe Lucas à Melun, annonçait son retrait définitif des bassins, à 22 ans seulement. Ecoeurée.

Et si Paul Leccia, président du Cercle des Nageurs de Marseille où les deux nageuses étaient dernièrement licenciées, évoquait timidement, commentant l'annonce, un hypothétique retour de Laure Manaudou, le sort de la carrière la plus fulgurante et la plus primée de la natation française était déjà scellé : à 22 ans, Laure Manaudou dit stop.

Broyée par des années de sacrifice, éreintée par la pression médiatique, coulée par l'étalage de sa vie de jeune femme - la paparazzade de "la fausse Manaudou" accompagnant une interview accordée au journal L'Equipe l'a profondément meurtrie, plus encore que le scandale de ses photos intimes. Ecoeurée.

La swimming machine est cassée : "C'est décidé, j'arrête"

En janvier 2009, quelques semaines après avoir fait sa rentrée au Cercle des Nageurs de Marseille suite à des J.O. qu'on ne pouvait pas rêver pires, Laure Manaudou déclarait vouloir faire un break. Dont acte. Elle part vivre aux Etats-Unis avec son compagnon Frédérick Bousquet, obéissant ainsi une fois de plus à la pulsion sentimentale qui a guidé ses choix, avec des fortunes diverses, des deux dernières années. Depuis, concrètement, sa séparation d'avec son entraîneur Philippe Lucas : "J'ai compris que c'était à ce moment-là que j'avais perdu le plaisir de nager", a-t-elle mis deux ans à s'avouer. "Après, tout est moins magique, tout est plus compliqué".

"Plus d'envie" en janvier, et aucune once de regain au cours des longs mois qui ont suivi, parsemés de propos lapidaires du même tonneau, jusqu'à cette issue qui paraissait raisonnablement inéluctable : c'est fini. La winning machine était cassée depuis un bout de temps ; la swimming machine est irrémédiablement déboulonnée.

"C'est décidé, j'arrête", pose-t-elle sans un frémissement, dans une interview accordée en exclusivité au Parisien, confirmant que cette issue était prévisible : "Cela n'a pas été une décision difficile à prendre. Elle s'est imposée à moi petit à petit. Ce n'est pas un coup de tête, tout ça a mûri doucement (...) L'envie n'est pas revenue. J'ai aujourd'hui d'autres centres d'intérêt, d'autres passions. Depuis janvier, j'ai appris à prendre soin de moi, je profite de la vie que je n'ai pas eue avant. C'est bête, mais prendre le temps de me maquiller ou de me coiffer, ce sont des choses que je ne pouvais quasiment pas faire quand je nageais deux fois par jour."

La naissance d'une femme

Comme un symbole insubmersible, l'annonce de la grossesse de Laure Manaudou coïncide avec la fin du chapitre natation et le début d'un nouveau chapitre. La femme qui n'a pas encore vécu a fini par se révolter dans l'enveloppe de la championne : restait encore à assumer cette "renaissance", qui a nécessité une gestation de près de 9 mois... "De toute façon, je savais qu'à un moment ou à un autre, il faudrait que je m'explique".

Evidemment, à cet accouchement douloureux mais naturel succède un véritable sentiment de soulagement : "[Je me sens] Libérée ! J'espère qu'on va me laisser tranquille, que certains médias arrêteront de chercher la petite bête (...) Quoi que je fasse, je suis toujours épiée. On en rajoute et ça, je ne le supporte plus (...) On dit tout et n'importe quoi sur moi, comme, par exemple, que je veux devenir décoratrice d'intérieur. En fait, je veux entamer une formation pour mon plaisir." Pour grandir normalement, se chercher, se trouver. La quête de maturité est d'ailleurs bien amorcée, quitte à "materner" les jeunes générations : "Qu'ils vivent leur passion... mais qu'ils n'arrêtent pas les études. C'est important pour se construire, s'évader, penser à autre chose. Moi, j'ai regretté d'avoir arrêté les cours. J'aurais eu besoin parfois d'avoir quelque chose à côté de la natation. Donc, c'est important d'écouter ses parents ! Ce serait bête que des jeunes s'identifient à moi et commettent la même erreur. Même si je suis devenue championne olympique." Moralité : championne olympique, ce n'est pas une vie.

Alors qu'elle "ne regrette pas d'avoir bossé" pour obtenir des "résultats exceptionnels, plus que dans [s]es rêves", et fait remarquer qu'elle est "restée quatre ans au plus haut niveau", les personnalités de la discipline sont évidemment attristées par l'arrêt de celle qui révolutionna la discipine en France, tant du point de vue de la notoriété que de la culture de la performance. L'ancienne championne du monde (et bête noire d'Esther Baron) Roxanna Maracineanu, notamment, s'est émue : "C'était la meilleure nageuse de tous les temps. Mais elle n'est pas allé au bout de son talent. C'était Michael Phelps au féminin. On aurait même pu penser que grâce à sa polyvalence, elle aurait pu rayonner sur une olympiade supplémentaire. Mais en même temps, sa décision se comprend. Elle n'a jamais passé le cap de la motivation à l'affectif. (...) Elle n'a pas pu faire confiance à son talent pur."

La vraie vie de Laure Manaudou commence mainenant. Si les observateurs, apprenant la décision de la championne, partagent un sentiment unanime d'inachevé, l'intéressée, elle, est au contraire bien consciente de ses accomplissements, et de tout ce qu'il lui reste tout à faire par ailleurs : "C'est difficile de trouver sa voie. Moi, j'ai arrêté à 14 ans. Ça me fait du bien de fréquenter d'autres personnes, d'essayer de m'ouvrir, c'est enrichissant. J'ai toujours parlé de natation, toute ma vie. Quand je suis en face de quelqu'un qui n'est pas de ce milieu, je n'ai pas grand-chose à raconter. En plus, je suis timide. Ce n'est pas évident de se lâcher. Maintenant, je sais que je vais avoir plus de temps, plus de temps par exemple à consacrer à l'association Magie à l'hôpital, ça me tient à coeur. J'ai envie de découvrir un maximum de choses pour savoir ce qui me plaît. Je ne peux pas dire que je suis perdue, mais..."

La fin d'une business-story ?

Si la retraite prématurée de Manaudou prive de nombreux observateurs de leurs rêves d'or, elle tord également le cou de la poule aux oeufs d'or. Devenue sirène de publicité entraînant dans son sillage Philippe Lucas (Direct Energie), Alain Bernard et Coralie Balmy (EDF) et consorts, l'échouage de sa carrière aurait presque des allures de naufrage commercial : les partenaires commerciaux quittent massivement le navire. Le premier de ses mécènes, François Pinault en l'occurrence, avait dû revoir le contrat le liant à la championne et portant sur une dotation de 5 millions d'euros sur 5 ans, compte tenu de son absence de toute compétition : un accord avait vraisemblablement trouvé entre les deux parties ; Le Parisien indique en fait que le milliardaire a "profité de l'été pour stopper les versements", et aurait alloué "une prime de 500 000 euros en cas de titre olympique à Londres 2012" - rien n'est moins sûr, selon nos informations...

L'engouement de Pinault avait dopé le business Manaudou, attirant les faveurs de bien des annonceurs ; au retrait du premier répond également celui des seconds. Les contrats arrivant à échéance n'ont pas été reconduits (Lancel, Lastminute, La Société des Bains de Mer de Monaco), et seule son entente avec le géant des soins esthétiques LPG court encore jusqu'en mars 2012, à raison de 200 000 euros annuels. Surtout, EDF, qui fut un des premiers à nager dans les eaux vives de la publicité avec Manaudou, via des spots très léchés notamment, a préféré casser leur contrat (moyennant indemnités ?) plutôt que de l'honorer, sous quelque forme que ce soit, jusqu'en 2012. Explication cinglante, que rapporte encore Le Parisien : "L'entreprise signe des contrats avec des sportifs". Or, EDF avait fait de Manaudou, à grand bruit, son ambassadrice pour l'environnement, s'associant possiblement à un projet d'émission écolo proposé à TF1...

C'est quand même pas très correct de la part de ces gens-là qui se battaient il y a peu pour être "sur la photo". En quoi, l'arrêt de sa carrière de nageuse empêche qu'elle continue - avec la force médiatique qu'elle a encore - de représenter EDF pour l'environnement ? En quoi cette jolie jeune femme ne peut plus être soutenue par François Pinault qui, s'il l'avait voulu, aurait pu trouver à l'utiliser autrement ? L'arrêt de la carrière de mannequin de Claudia Schiffer ne l'empêche pas de rester une des plus belles égéries de L'Oréal... Et pas que grâce à ses cheveux ! Il est facile de reprendre le cliché : "On jette le bébé avec l'eau du bain" mais c'est bien vrai !

"L'attitude de certains sponsors ne me surprend pas, elle est logique, admet posément Laure. Je ne suis plus une sportive, je ne les intéresse plus."

Avec l'annonce de sa grossesse, Laure Manaudou, la femme, ne devrait pas cesser de sitôt d'intéresser tous les autres.

Guillaume Joffroy

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
Laure Manaudou partage une vidéo de Jérémy Frérot le 16 octobre 2020 sur Instagram.
Laure Manaudou partage une vidéo de Jérémy Frérot le 16 octobre 2020 sur Instagram.
Laure Manaudou partage une vidéo de Jérémy Frérot le 16 octobre 2020 sur Instagram.
Laure Manaudou partage une vidéo de Jérémy Frérot le 16 octobre 2020 sur Instagram.
Laure Manaudou partage une vidéo de Jérémy Frérot le 16 octobre 2020 sur Instagram.
Laure Manaudou partage une vidéo de Jérémy Frérot le 16 octobre 2020 sur Instagram.
Laure Manaudou partage une vidéo de Jérémy Frérot le 16 octobre 2020 sur Instagram.
Laure Manaudou partage une vidéo de Jérémy Frérot le 16 octobre 2020 sur Instagram.
Laure Manaudou partage une vidéo de Jérémy Frérot le 16 octobre 2020 sur Instagram.
Laure Manaudou partage une vidéo de Jérémy Frérot le 16 octobre 2020 sur Instagram.
Benjamin Castaldi traite Sylvie Ortega de "mythomane" quant à son mariage supposé avec le défunt Ludovic Chancel sur le plateau de TPMP.
Benjamin Castaldi traite Sylvie Ortega de "mythomane" quant à son mariage supposé avec le défunt Ludovic Chancel sur le plateau de TPMP.
Laure de Lattre : "Sale bourgeoise", image "de petite conne"... son après Loft Story très violent
Laure de Lattre : "Sale bourgeoise", image "de petite conne"... son après Loft Story très violent
Joyce Jonathan dévoile les jolis cadeaux de sa fille Ghjulia sur Instagram. Le 3 décembre 2020.
Joyce Jonathan dévoile les jolis cadeaux de sa fille Ghjulia sur Instagram. Le 3 décembre 2020.
Julien Clerc divorcé de Virginie Coupérie-Eiffel : "L'usure nous a séparés"
Julien Clerc divorcé de Virginie Coupérie-Eiffel : "L'usure nous a séparés"
Virginie Ledoyen sur le plateau de l'émission "Touche pas à mon poste" sur C8.
Virginie Ledoyen sur le plateau de l'émission "Touche pas à mon poste" sur C8.
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image