Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

REPORTAGE PHOTOS : Rachida Dati, soutenue par Nicolas Sarkozy, a enfin retrouvé le sourire !

Alors qu'après la révolte des juges, le malaise dans les tribunaux, le suicide de détenus, et la "libération accidentelle" d'un violeur, Rachida Dati semblait se battre seule contre tous, certaines langues de la politique de gauche allant jusqu'à déclarer qu'elle était "désavouée" du clan Sarkozy, tout semble rentrer finalement dans l'ordre pour notre Garde des Sceaux.

Cependant, tout était mal parti pour notre ministre de la Justice. Les réformes qu'elle a entrepris pour son ministère — bouleversements comme jamais la Justice n'en a vécu en France —, a naturellement créé des tensions extrêmes avec les magistrats en place, qui ont d'ailleurs organisé une manifestation le 23 octobre contre le style et la politique de la Garde des Sceaux.

Pour calmer le jeu, le président Nicolas Sarkozy a décidé de recevoir aujourd'hui en fin de matinée l'USM (l'Union Syndicale des Magistrats), alors qu'il vient tout juste de rentrer de Chine, ce qui a été considéré par l'ancienne ministre PS de la Justice, Elizabeth Guigou, comme un "désaveu important" du chef de l'Etat pour Rachida Dati, avançant par là que le chef d'Etat devait réparer les bêtises de Mme Dati, qui ne s'en sortirait apparemment pas.

Ainsi, la députée socialiste de Seine-Saint-Denis a déclaré à l'AFP : "A la place de Rachida Dati, je prendrais ça pour un désaveu important quand même. Le président de la République doit se sentir obligé de prendre l'affaire en main parce qu'il y a une rupture totale de confiance entre Rachida Dati et l'ensemble des métiers de la Justice". Elle a conclu en ironisant : "Si le président de la République (il s'appelle Nicolas Sarkozy — Mme Guigou semble avoir quelques difficultés à le nommer, ndlr) veut devenir ministre de la Justice, il faut qu'il consulte toutes les professions, tous les syndicats de magistrats, mais aussi les syndicats de greffiers, les avocats..."

Pour dégonfler le moment d'euphorie de Mme Guigou, avant même que l'issue de cette réunion entre Nicolas Sarkozy et l'USM ne soit connue, l'UMP a voulu mettre les choses au point, également par une dépêche AFP en affirmant que le chef d'Etat n'a pas du tout porté un "désaveu", mais au contraire "un appui" à sa protégée, Rachida Dati.

En effet, même si l'Union Syndicale des Magistrats est très hostile à la ministre en place et veut son remplacement au gouvernement, il n'en a pas du tout été question pour le président, qui a convié uniquement l'USM afin de leur prouver qu'il assume lui-même toutes les démarches et réformes de son gouvernement, dont les ministres appliquent la politique qu'il leur dicte. Ainsi, l'une de ses porte-paroles, Chantal Brunel, a déclaré en réponse à Elizabeth Guigou : "C'est plutôt un appui vis-à-vis de Rachida Dati qu'un désaveu". Alors qu'un autre porte-parole, Dominique Paillé, y est allé d'un : "Le président est garant de l'indépendance de l'autorité judiciaire dans ce pays, et quand il reçoit un syndicat il est dans son rôle. Il est extrêmement difficile de travailler dans ce domaine de la magistrature, parce qu'il y a quand même quelques pesanteurs conservatistes qui se font jour, notamment chez un certains nombres de magistrats, parfois même parmi leurs représentants. Par conséquent, ce coup de pouce du président de la République est le bienvenu sans doute pour Mme Dati".

Cependant, les socialistes profitent de cette tension pour remettre naturellement de l'eau sur le feu, on ne peut pas leur en vouloir, c'est le "boulot" de toute opposition. Ainsi, après Elizabeth Guigou qui a tenté de créer un conflit (c'est de bonne guerre), c'est au tour de Stéphane Le Foll, bras droit de François Hollande, de déclarer : "Il est clair que Rachida Dati a échoué à conduire une politique permettant à la Justice de fonctionner. Ce n'est que le résultat de choix politiques qui sont faits par le président de la République et depuis le début, sur la politique sécuritaire qui a été engagée sans qu'aucun moyen supplémentaire soit donné à la justice et au système pénitentiaire. On voit aujourd'hui une fracture très nette entre l'institution judiciaire et l'exécutif".

Le député européen conclut en observant que le fait que Nicolas Sarkozy reçoive l'USM est comme "une dérive" et "une anomalie démocratique", et remarque que "tout devient de la responsabilité du président de la République. Il n'y a pratiquement plus de gouvernement, c'est une hyperprésidence qui prend toutes les décisions à la place du gouvernement et des ministres".

De son côté, Rachida Dati, installée et protégée sous l'aile présidentielle, a enfin retrouvé le sourire, comme le prouvent ces derniers clichés de la Garde des Sceaux, pris aujourd'hui alors qu'elle recevait la ministre de la Justice serbe, à l'occasion de la signature d'un accord de coopération. Une forme éclatante, et un sourire qui l'était tout autant.

Adam Ikx

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos

Ariane Brodier en interview pour Purepeople.com. Juin 2019.
Guillaume, finaliste de "Top Chef 10", revient sur son aventure pour "Purepeople.com".
Rachel Legrain-Trapani tacle Vaimalama Chaves (Miss France 2019) le 22 février 2019.
Un candidat avoue s'être fait passer pour Nagui - "Tout le monde veut prendre sa place", samedi 9 février 2019, sur France 2
Léa Djadja en interview pour "Purepeople", mars 2019
Laeticia Hallyday a passé une partie de la journée du 26 mai 2019 au centre équestre Smoke Tree Stables, à Palm Springs, Californie, avec ses filles Jade et Joy.
Bande-annonce de "50 mn Inside" - diffusion samedi 8 juin 2019.
Tressia de "Moundir et les apprentis aventuriers 4" nous révèle qu'elle a eu recours à la chirurgie esthétique - Interview pour "Purepeople", le 7 mai 2019
Larusso
Jean-Louis Trintignant répond par téléphone à Léa Salamé dans Stupéfiant! sur France 2 le 8 avril 2019
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel