Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Berlusconi et les prostituées: Il n'a honte de rien... malgré des écoutes graves

Réactualisation : Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, impliqué dans plusieurs scandales sexuels, a affirmé vendredi ne pas avoir honte car les faits, tels que rapportés par les médias italiens, ne correspondent pas à la réalité de son comportement. "Il est vrai, comme vous écrivez, que mon comportement, tel qu'il a été décrit ces derniers jours par les journaux, apparaît scandaleux. Mais mon comportement n'a absolument pas été celui décrit et je vous confirme que je n'ai jamais rien fait dont je devrais avoir honte", écrit Silvio Berlusconi dans une lettre à Giuliano Ferrara, directeur du quotidien Il Foglio et proche du chef du gouvernement. Ses propos ont été repris par l'AFP.

Silvio Berlusconi accuse une fois de plus la magistrature de gauche de le persécuter pour des raisons politiques. "Le vrai problème est que depuis trois ans" et sa victoire aux législatives de 2008, "il y a en cours une tentative crapuleuse de transformer ma vie privée en délit pénal", poursuit le chef du gouvernement dans sa lettre, dénonçant "un scandale intolérable de la part d'un circuit médiatique et judiciaire devenu complètement fou".

Ces propos font suite à l'inculpation de huit personnes jeudi par la justice de Bari, accusées d'avoir fourni des prostituées à Silvio Berlusconi lors de soirées osées dans les résidences du chef du gouvernement. Les avocats du Cavaliere ont souligné dans un communiqué que leur client était "totalement étranger aux chefs d'inculpation de l'affaire de Bari" et "la reconstruction donnée des soirées est dénuée de tout fondement; il ne s'agissait que de réunions conviviales comme l'ont affirmé les participantes". Mouais... il faut juste savoir où la honte se place ?

Pourtant Silvio Berlusconi se retrouve une nouvelle fois impliqué par écoutes téléphoniques embarrassantes, réalisées en 2009 et rendues publiques dans le cadre de cette enquête sur cette affaire de prostitution, a annoncé vendredi l'agence Ansa. Ces écoutes ont été publiées après le communique de Berlusconi publié ci-dessus... "Hier soir j'avais une file devant la porte, elles étaient onze, mais je m'en suis fait seulement huit parce que je n'en pouvais plus, on ne peut pas tout faire", déclare ainsi le Cavaliere le 1er janvier 2009 dans une conversation avec Gianpaolo Tarantini, selon la même source. Vantard ou menteur ?

Selon le parquet, au moins 30 jeunes femmes ont été amenées par le principal inculpé, Gianpaolo Tarantini, dans les résidences de M. Berlusconi, et une bonne partie se sont prostituées avec le chef du gouvernement entre 2008 et 2009. Parlant avec une de ces jeunes femmes, Silvio Berlusconi affirme exercer le métier de chef du gouvernement à ses "heures perdues". "Vois-tu Marystell, à mes heures perdues je fais le chef du gouvernement et il m'arrive de tout", dit Silvio Berlusconi en parlant au téléphone à Marystell Polanco, une jeune femme dont le nom apparaît dans deux enquêtes sur la prostitution. Berlusconi dans la toute puissance, envers et contre tout ?

le 15 septembre, nous écrivions :

Depuis le 6 avril, Silvio Berlusconi est jugé à Milan pour recours à la prostitution de mineures et abus de pouvoir. Au coeur du scandale des bunga-bunga - ces parties fines organisées dans les résidences du Cavaliere - la jeune Ruby Rubacuori, aujourd'hui enceinte et prête à se marier.

À cette affaire, vient s'en greffer une autre toute aussi réjouissante. L'AFP rapporte ce jeudi qu'une enquête menée à Bari (dans le Sud) autour de ce scandale s'est conclue, jeudi, par l'inculpation de huit personnes. Elles sont soupçonnées par la justice d'avoir fourni des prostituées au chef du Conseil des ministres italien, Berlusconi lui-même ! Parmi ces personnes, l'entrepreneur Giampaolo Tarantino et Sabina Began, surnommée "la reine mère" et considérée comme la recruteuse d'une sorte de harem au service du dit Berlusconi.

Cette enquête concerne des soirées organisées en 2008 et 2009 (le Rubygate lui, concerne des soirées organisés début 2010) dans les résidences de Silvio Berlusconi à Rome et en Sardaigne. Ce scandale avait débuté en juin 2009 par les révélations de l'une des call-girls, Patrizia d'Addario, qui avait enregistré ses ébats avec le Cavaliere.

Selon le parquet, Tarantini et les autres suspects fournissaient des prostituées dans le but d'obtenir des faveurs de Berlusconi, comme des postes officiels ou des contrats. Au moins 30 jeunes femmes ont été amenées par Tarantini dans les résidences de Berlusconi et une bonne partie se sont prostituées pour lui. Ce sont les suspects qui payaient les jeunes femmes.

Giampaolo Tarantini a été arrêté le 1er septembre sur ordre du parquet de Naples, soupçonné d'avoir extorqué, avec un complice, plus de 800 000 euros à Silvio Berlusconi pour, en échange, mentir dans l'enquête menée à Bari. No comment !

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos

Agnès Pannier-Runacher (ministre déléguée à l'Industrie) a oublié son masque lors de sa descente de la voiture, lors de son arrivée au défilé du 14 juillet 2020 organisé exceptionnellement à la place de la Concorde en raison de la crise sanitaire.
Deva Cassel a publié une vidéo d'elle avec des yeux bleux sur Instagram le 13 juillet 2020.
Pierre Perret dans "Vivement dimanche", le 12 juillet 2020, sur France 2
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel