Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Suuuuuurprise ! Avant de retrouver Enrique Iglesias avec les bombes Esmee Denters et Alesha Dixon, voici... dix ans de clips du beau latino !

11 photos
Lancer le diaporama

Lo prometido es deuda : autrement dit, chose promise, chose due ! A l'occasion du concert exceptionnel (on peut vous le garantir par avance) que donnera Enrique Iglesias au Zénith de Paris le lundi 4 mai, outre la possibilité de gagner vos pass VIP pour suivre l'événement au plus près et rencontrer votre idole, nous vous promettions effectivement une surprise pour animer votre fin de week-end...

Afin de faire monter encore d'un cran la fièvre ibérique, à laquelle contribueront le jour J les bombes Esmee Denters (la prodige qui a subjugué Justin Timberlake) et Alesha Dixon (celle qui taille les mecs mais qu'ils aiment tant...), nous avons allègrement plongé dans nos archives vidéo pour vous concocter une petite rétrospective qui risque de ne pas vous laisser indifférents : dix ans d'Enrique's touch à revisiter au travers de onze clips de l'hidalgo de ces dames !

A commencer, immanquablement, par le dernier en date de ses tubes en langue espagnole (partiellement, puisqu'il marquait en même temps ses débuts sur le marché anglophone) : Bailamos (1999). Let's go back jusqu'aux... 24 ans de l'Espagnol avec ce tube festif, rythmé et diablement latin que Will Smith avait voulu voir figurer sur la bande originale de son Wild Wild West. Vient ensuite Rythm Divine (2000), single composé par la même équipe qui avait oeuvré sur Bailamos, pour un résultat tout aussi probant : encensé par la critique, le morceau confirmait la percée du latino sur les marchés internationaux. Hero (2001), quant à elle, marque un moment phare de la carrière du fils de Julio : c'est cette chanson qu'il avait interprétée lors du concert caritatif America : A tribute to heroes donné dix jours après les attentts du 11 septembre 2001.

Après Escape et Love to see you cry (2001), nous reviendrons sur Addicted (2003), extrait de l'album 7 dont le clip a la particularité d'être réalisé par Peter Berg et de mettre en scène Mischa Barton. Un bond quatre années plus tard, pour rebondir avec Do you know (The Ping Pong song, 2007), ainsi baptisée en raison de l'usage d'une balle de ping pong en guise d'instrument de percussions.

Dernière salve, enfin, avec des tubes encore tout frais tout chauds : Tired of being sorry (2008), que la popstar chantait en duo avec Nâdiya, Can you hear me (2008), hymne officiel de l'Euro 2008, Away (2009) et Takin' back my love (2009), dont nous vous avons fait récemment découvrir le bouillant clip avec la torride Ciara.

Résumons-nous : depuis 10 ans, ils vous fait danser sur des rythmes divins. C'est un peu votre héros, et, même s'il adore s'échapper et vous voir pleurer, il est accro à vous comme vous l'êtes à lui. Mais peut-être le savez-vous : il en a marre d'être désolé, il veut simplement que vous l'entendiez, même de loin, quitte à menacer de reprendre son amour.

Mais cela n'arrivera pas : preuve à l'appui sur la scène du Zénith, dans dix jours.

G.J.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel