Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

VIDEO : Après sa consécration, Alain Bashung nous revient... sur un trapèze ! Regardez son nouveau clip !

2 photos
Lancer le diaporama

Si ses concerts sont menacés par son état de santé incertain, ses interprétations et les clips tirés de son nouvel album sont inébranlables. Quelques heures après son émouvante consécration lors des 24e Victoires de la Musique, qui l'ont vu remporter trois des plus prestigieuses statuettes et devenir recordman du genre, Alain Bashung revient nous hanter de ses errances musicales.

Samedi soir, sur la scène du Zénith, il chantait en live ce troublant Résidents de la République écrit pour lui - comme une grande partie de l'album Bleu Pétrole - par Gaëtan Roussel, visiblement très affaibli par son cancer, qui l'oblige à revoir ses dates de concert.

Le clip du deuxième single extrait de Bleu Pétrole, intitulé Sur un trapèze, vient de sortir. Il semble confirmer l'orientation générale de cet opus, qui verse avec application dans une chanson française aux accents de rock superbement fatigué.

Avec Sur un trapèze, les quelques accords discrètement grattés à la sèche revendiquent de n'être qu'un prétexte à divagation poétique : un numéro de voltige entamé sur des "on dirait" dont on ne sait s'ils sortent de l'imaginaire fertile d'un enfant ou de la nostalgie d'un grand. Le clip cultive cette ambiguïté, avec la sculpturale silhouette avachie et assombrie de Bashung faisant face à un enfant illuminé. Un effet de jour/contre-jour accentué par le trajet du train qui sert de véhicule à ces transports poétiques : vers la gauche, symboliquement... en direction vers le passé, le souvenir, voire la régénérescence...

Bref, un clip qui... s'écoute, aussi :

"On dirait que l'on soufflerait sur les braises
On dirait que les pirates nous assiègent
Et que notre amour, c'est le trésor
On dirait qu'on serait toujours d'accord
(...)
Peut-être que la nuit le monde fait la trêve
Et qu'aujourd'hui ton sourire fait grève
On dirait qu'on sait lire sur les lèvres
Et que l'on tient tous les deux sur un trapèze
"

Guillaume Joffroy

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel