Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

VIDEO : Waris Dirie livre sa version des faits depuis son lit d'hôpital

Waris Dirie livre sa version des faits
2 photos
Lancer le diaporama

Hospitalisée en Autriche, l'ambassadrice de l'ONU contre l'excision livre ses explications concernant son kidnapping à Bruxelles. Voici sa version des faits :

"Je suis allée dans un commissariat parce que je n'arrivais pas à retrouver mon hôtel. Les policiers ont dit qu'ils ne pouvaient pas m'aider. Je suis revenue une deuxième fois au même commissariat, j'ai raconté la même histoire. Les policiers m'ont prévenue : 'Si vous ne partez pas maintenant, nous vous mettrons en prison.' Je pensais qu'ils plaisantaient, mais ils étaient sérieux."

"Je suis repartie. J'ai continué de marcher, à chercher et chercher encore, jusqu'à ce que je n'aie plus d'énergie. J'ai finalement trouvé un taxi. Nous avons roulé pendant au moins une heure, j'ai commencé à m'inquiéter. J'ai demandé au chauffeur : 'Où allez-vous ?' Il n'a pas répondu et a continué de rouler."

"Il m'a emmenée dans une maison et m'a dit : 'Assieds-toi et ne bouge pas.' J'ai demandé à aller aux toilettes et je suis parvenue à m'enfuir."

"J'ai fait du stop et demandé à un automobiliste de me raccompagner en ville. J'avais froid, je suis entrée dans un bar. Il y avait un type qui n'arrêtait pas de me parler en français et qui ne comprenait pas l'anglais. Je suis sortie, il m'a demandé où j'allais, je lui ai répondu que je voulais marcher. Il me suivait, il me parlait, quand nous somme tombés sur la police... Ils m'ont dit : 'Vous tombez bien, on vous recherchait.'"

Waris Dirie ne raconte pas la suite de l'histoire, mais revient sur ses deux premières visites dans le commissariat bruxellois : "Les policiers m'ont vraiment traitée comme une prostituée, ils ont cru que j'en étais une... Ils ne m'ont pas aidée simplement à cause de la couleur de ma peau."

Et de conclure : "Je me sens triste, très triste, pour chaque immigrante qui viendra dans ce pays, parce que je sais comment elle sera traitée... C'est une honte !"

A suivre...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel