Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

VIDEOS : Clint Eastwood, Gérard Depardieu et Catherine Deneuve... c'est le casting de la semaine !

5 photos
Lancer le diaporama
Dorénavant, pour vous informer quant aux sorties cinéma de la semaine, nous vous proposerons une chronique hebdomadaire mettant en lumière trois longs-métrages et une multitude de stars... que vous pourrez découvrir immédiatement dans vos salles !

Pour cette deuxième, qui concerne les sorties d'aujourd'hui - 25 février -, nous avons arrêté notre choix sur une comédie déjantée, la rencontre de deux monstres sacrés et un chef-d'oeuvre hollywoodien.

Cyprien, de David Charhon, avec Elie Semoun, Léa Drucker, Laurent Stocker, Vincent Desagnat, Elisa Tovati, Mouloud Achour et Catherine Deneuve.

L'histoire ? Cyprien a 35 ans. Il a des culs de bouteilles en guise de lunettes, les cheveux tellement gras qu'on pourrait y faire frire n'importe quoi et des boutons purulents partout. Il est introverti et maladivement timide, et vit en marge de la société, bien loin de ses codes. Il passe sa vie entre Dress Code, un magazine de mode où il est responsable informatique, et le cybercafé qu'il fréquente avec ses amis. Cyprien et ses copains font partie de cette génération de geeks, ces adolescents pour qui Star Wars est une religion, qui passent leurs nuits sur Internet, collectionnent les DVD... et qui vivent leur vie par procuration. Après une nouvelle humiliation orchestrée par Stanislas, le fils de la patronne de Dress Code, qui lui fait perdre son emploi et toute chance d'approcher Karen McQueen, la top blonde à forte poitrine qu'il convoite, une miraculeuse transformation s'opère en lui. Cyprien, grâce à un déodorant magique, a le pouvoir de devenir beau gosse à sa convenance. Désormais, il s'appellera Luke Azerty, et il est bien décidé à prendre la place qui lui revient chez Dress Code et dans le monde...

Après un passage par le festival de l'Alpe d'Huez et une avant-première en grande pompe sur les Champs-Elysées, Cyprien débarque aujourd'hui sur nos écrans. Parfois affligeant, parfois amusant, le film se regarde aussi vite qu'il s'oublie. Entre une mise en scène maladroite et un scénario qui peine à décoller, on restera quand même jusqu'au bout grâce au charme de son casting et à quelques situations franchement bien trouvées. Mais l'ensemble est trop inégal et les comédiens, lâchés en pleine nature, méritaient mieux que ces rôles trop caricaturaux. Catherine Deneuve a juste dû voir de la lumière...

Bellamy, de Claude Chabrol, Gérard Depardieu, Clovis Cornillac, Jacques Gamblin, Marie Bunel et Vahina Giocante.

L'histoire ? Comme chaque année à la belle saison, le commissaire Paul Bellamy vient séjourner à Nîmes dans la maison de famille de sa femme Françoise qui, pour sa part, rêve de croisières au bout du monde... Paul ne peut se passer de Françoise, mais il déteste les voyages. Un double prétexte le cloue de toute façon sur place : l'arrivée inopinée de Jacques, son demi-frère, un aventurier porté sur la bouteille, et l'apparition d'un homme aux abois, d'une quarantaine d'années et endetté jusqu'au cou, qui lui réclame sa protection. Dans son désir empathique d'aider les uns et les autres, Paul leur consacrera à chacun son temps et ses efforts. Sa curiosité naturelle à enquêter y trouvera également son compte, secondé par son épouse Françoise, que cette histoire et ces mystères vont stimuler et rapprocher de lui. Sa position de frère aîné lui donnera beaucoup de fil à retordre, notamment avec un frère cadet qui cache ses sentiments, bons et mauvais...

Aussi étrange que cela puisse paraître, Bellamy marque la toute première collaboration entre Claude Chabrol et Gérard Depardieu. Les deux monstres sacrés du cinéma français signent ici une recontre intéressante, riche et extrêmement abouti. Un film prenant, au casting impeccable, qui marque les cinquante ans de carrière du réalisateur de La Cérémonie, fêtés d'ailleurs en bonne et due forme en présence de tout le cinéma français la semaine dernière. Un très bon cru de la part de Chabrol, qui avait déjà marqué les spectateurs de la dernière Berlinale. Une réussite.

Gran Torino, de et avec Clint Eastwood, avec aussi Bee Vang, Ahney Her, Geraldine Hughes, Brian Haley et Austin Douglas Smith.

L'histoire ? Walt Kowalski est un ancien de la guerre de Corée, un homme inflexible, amer, pétri de préjugés. Un sale type qui ne perd jamais une occasion de grommeler. Après des années de travail à la chaîne, il vit dorénavant replié sur lui-même, occupant ses journées à bricoler, traîner et siroter des bières sur le perron de son pavillon. Avant de mourir, sa femme exprima le voeu qu'il aille à confesse, mais Walt n'a rien à avouer pour soulager sa conscience, ni personne à qui parler d'ailleurs. Hormis sa chienne Daisy, il ne fait confiance qu'à son M-1 (un fusil), toujours propre et toujours prêt à servir... Ses anciens voisins sont morts ou ont déménagé. Son quartier est aujourd'hui plein d'immigrés asiatiques qu'il déteste. Walt ressasse alors ses haines, innombrables, notamment à l'encontre de ses voisins - des ados, des Latinos, des Afros-Américains qui se croient tout permis -, et même de ses propres enfants qui ne sont plus que des étrangers pour lui. Walt s'occupe comme il peut en attendant que la mort vienne le chercher. Jusqu'au jour où un ado du quartier tente de lui voler son bien le plus précieux, sa voiture fétiche qu'il entretient comme au premier jour : sa Ford Gran Torino. En effet, lorsque son jeune voisin d'origine asiatique tente de lui voler sous la pression d'un gang, Walt pète les plombs et fait face à la bande. Il devient alors le héros du quartier. C'est le début d'une amitié inattendue et qui changera le cours de sa vie...

L'immense Clint Eastwood est décidément l'un des derniers grands d'Hollywood, et signe avec ce deuxième film en un an (L'échange a été présenté à Cannes en mai dernier ! Quelle vitalité à 78 ans !), un pure chef-d'oeuvre mélodramatique et politique. Un film éblouissant dans lequel il recense sa propre mythologie, de l'inspecteur facho et flingueur de Dirty Harry en passant par le professeur taciturne mais au grand coeur de Million Dollar Baby, Clint, dont nous vous avons proposé une interview ce matin, nous émeut, nous fascine, nous transporte, nous emballe... et le temps ne semble n'avoir aucune emprise sur lui. Un chef-d'oeuvre à découvrir d'urgence, et indéniablement le film de la semaine !

Adam Ikx
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel