Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

X-Factor, la finale : Spectacle et émotion pour le triomphe éclatant... de Sébastien et Alain Lanty ! Belle audience ! (réactualisé)

Réactualisation du 29 décembre 2009 à 10h15 : La finale qui a consacré Sébastien a été un joli succès, hier soir. L'émission de W9 a enregistré la deuxième meilleure audience de la saison avec 900 000 téléspectateurs (pour 3,6% de part de marché) ; le record ayant été atteint le 31 octobre dernier avec 928 000 fidèles (et 3,7 % de PDM). Même si la chaîne n'a pas réussi son objectif de réunir régulièrement un million de téléspectateurs, les audiences n'en étaient pas loin. Ainsi, aujourd'hui : Marie pleure, Sébastien savoure et W9 peut presque se féliciter de ce coup d'essai !

Ce soir, X-Factor, le concours de chant ouvert à tous, devient duel. Un affrontement fatidique, au terme de huit semaines de débats, entre la plus jeune des plus jeunes, Marie, maternée par Julie Zenatti, et... le moins vieux des plus vieux, Sébastien, coaché par Alain Lanty, intarissable dans l'interview qu'il nous a récemment accordée.

Les sages de X-Factor ont entendu Purepeople, offrant, comme précédemment, en préambule un numéro collégial proprement savoureux, conviant non seulement les candidats du dernier carré, mais aussi, en fait, l'ensemble des finalistes. C'est non sans un certain plaisir que l'on retrouve les visages et les timbres d'Annie, Guillaume, Gauthier, Dymon & Flo (ah non, pas eux, en fait, etc. Et déjà, premier constat : Cyrielle, radieuse au sein de ce choeur, manquera à cette finale... Et tandis que Basilic, dernier espoir de Marc Cerrone évincé la semaine passée, avec son leader Olivier notamment, fait un joli numéro sur ce Wake me up endiablé, déjà, on dénote une différence d'énergie entre les deux duellistes du soir : Marie, un peu en surrégime, et Sébastien, rayonnant et bien servi par la hauteur de la chanson.

Premier round.

Marie portera le premier coup avec Sorry de Christina Aguilera. Mais avant, longue rétrospective, que ceux qui seront venus chiner leur bonheur télévisuel sur W9 sans avoir suivi les épisodes précédents apprécieront sans doute : mais pour les autres, c'est long, pour ne pas écrire... rébarbatif. Plutôt que de mettre trois titres dans la balance, on en aurait préféré cinq et moins de délayage. Toujours un peu endimanchée dans les graves, Marie bénéficie là d'un titre sur mesure. Malgré sa tendance (chassez le naturel...) à monter excessivement en puissance dans les aigus, accouchant de notes forcées et de vilaines nasales (qui défient parfois la justesse), elle accède à un peu de grâce sur certaines tenues en en décrochages en voix de tête. Mais faire porter à la seule puissance le poids d'une interprétation, c'est usant.

Alors qu'Alain Lanty adresse ses voeux de prompt rétablissement à Johnny, Sébastien s'apprête à présenter sa version de Je te promets. La rétrospective qui précède concernant Sébastien est édifiante : elle a le mérite de rappeler qu'Alain Lanty, si extatique désormais à son endroit, lui avait préliminairement opposé un non lors du premier tour. A présent, il parle d'un "artiste indispensable". Un premier couplet tout en souffle, habité, que le jeune chanteur s'approprie avec tenue ; on attend la montée. Peut-être un peu trop rugissante, celle-ci livre enfin ces fameuses aigues planantes ("voir", "heures"), qui retombent en volutes susurrés. C'est brillant, et ce n'est pas une surprise. Julie salue le choix de la chanson, qui fait la part belle à l'amplitude vocale de Sébastien, et à son grain de voix, lorsqu'il s'exprime dans des tons bas. "Majestueuse interprétation", synthétise Marc Cerrone. Comme de coutume, désormais, Alain Lanty "remercie" chaudement son poulain, pointant "l'attente de t'entendre" durant la semaine passée.

Fin du premier round, avantage Sébastien.

Intermède éminemment original : un best of du pire of de X-Factor. Les bêtisiers, un grand classique. Les fidèles de l'émission auront déjà savouré ces moments cultes il y a quelques semaines, mais on ne boudera pas notre plaisir de s'en payer une nouvelle tranche. Ca fait rire, mais ça fout la trouille aussi, non ?

Second round.

C'est le moment pour la jeune Marie de ne pas plomber ses chances : c'est avec Stone, le standard de Starmania (une des références absolues d'Alain Lanty), qu'elle va tenter de faire d'une pierre deux coups en séduisant jury et public. Après un bref (cette fois) portrait nourri par papa-maman et some personal footage, la jeune femme entame une prestation beaucoup moins forcée que la précédente : ici, la simplicité fait merveille, et Marie ne se laisse qu'exceptionnellement entraîner à pousser les décibels, lors des acmès inévitables de cette chanson star. Ailleurs, son sens de la nuance et ses passages en voix de tête habillent une interprétation "magistralement" menée, selon l'adverbe utilisée par Alain Lanty. Julie Zenatti, pour sa part, les yeux brillants, se dit "hyper impressionnée".

Fidèle aux surprises de sa large palette et aux judicieuses fantaisies de son coach Alain Lanty, Sébastien reprend Unchain my heart de Joe Cocker. "Une chanson d'homme", s'enthousiasme, dans un sourire, Alain Lanty. Dans la droite lignée de ce qu'il a proposé sur Kiss ou Man's man's world lors des précédentes émissions, Sébastien, après un bref témoignage forcément ému et émouvant de ses proches, se refait crooner, nous rappelant avec bonheur que le groove ne lui est pas étranger, et habillant sa voix de rauque, de gimmicks accrocheurs, de rugissements et vocalises maîtrisés. Un numéro toutefois légèrement plus retenu, corporellement, que ce qu'il nous a déjà proposé, et, peut-être un peu stagnant - la montée en énergie très rapide empêche sans doute que la dernière minute explose complètement. Face au nouvel éloge d'Alain Lanty, déchaîné face à son candidat "illuminateur", des appréciations plus modérées de Julie et Marc.

Fin du second round. Quelques points pour Marie du côté du jury, mais...

Nouvel intermède, beaucoup plus délirant encore que le premier : les séquences coupées au montage du jury. Entre le chapardage de bonbons de Julie dans le sachet de Marc, les prouesses physiques, les commentaires politiquement incorrects, l'anglais guimauvesque approximatif de Cerrone, les bafouillages d'Alain, les grimaces de Julie, les poussages de chansonnette sauvages, les fusibles des jurés qui sautent et les pétages de plombs qui s'ensuivent... Bref, c'est un véritable best of en pleine finale. Fair-play et soulagé, Alain remarque : "Mais vous n'avez pas montré le pire". Marc fait une démonstration d'anglais en live, et Julie applaudit ses collègues. Ah, c'est déjà la fin ? Mais non !

Troisième round. KO ou pas KO ?

Julie Zenatti a choisi l'option punch pour forcer la décision : c'est sur le Poker Face de Lady Gaga que Marie fera son ultime passage ! Un exercice dangereux, tant l'extravagance de la sulfureuse Gaga colle à ses titres... Sur l'intro acoustique, la prestation de Marie, notablement mimétique, est néanmoins remarquable. Sur la fougue électro-pop qui prend ensuite ses droits, c'est plus fluctuant... Tantôt catchy, tantôt juvénile et caricatural... Mais une belle assurance, qu'on ne voit pas toujours chez la toute jeune chanteuse. De même que Julie aime moins les tentatives groovy de Sébastien, Alain apprécie moins Marie dans ce registre. A contrario, Marc Cerrone ne tarde pas à la consoler, glissant même : "tu vas me manquer la semaine prochaine".

"Je ne peux pas me résoudre au fait que c'est la dernière fois que j'entends Sébastien", lâche Alain Lanty en annonçant le passage de son protégé sur Angels de Robbie Williams. C'est en s'accompagnant lui-même au piano que Sébastien entonne ce tube. Après une entame par instants un peu rude ou surfaite, il entre bien dans son univers. Encore une fois, son sens de l'interprétation, qui lui inspire énergie, variations et libertés, fait mouche - même s'il cherche parfois à en faire un tout petit trop. Grâce à Sébastien, la banane ne quitte plus le visage d'Alain Lanty. Charmée, Julie regrette qu'il n'y ait pas eu de duo avec Marie. Quant à Cerrone, il se fend de son second "magistral" de la soirée, et, plus beau compliment encore, signale que ce n'est pas le fait de gagner un prix ce soir qui pemettra à Sébastien de réaliser son rêve de devenir un artiste à part entière.

Fin du troisième round. La belle maturité de Sébastien contre la fraîcheur de Marie... On penche pour la première, mais que décidera le public ?

Que nous reste-t-il donc à voir et à entendre tandis qu'ils disparaissent pour attendre fiévreusement (pire encore, peut-être) le verdict ? En premier lieu, la séquence... drague de X-Factor !!! Sympathique compil' des chanteurs-séducteurs qui se sont fait rembarrer... ou pas (cf. le fameux Guillaume) !

Nouveau passage collégial sur cette merveille d'Alain Chamfort, Le temps qui court, qui souffre de quelques passages difficiles (Gauthier Dymon & Co et Cécile, par pitié !), mais aussi d'arrangements gracieux. Bref, tout ce petit monde se retrouve dans une ambiance un rien staracadémique, où nos deux finalistes n'ont pas trop d'occasions de grapiller quelques suffrages (même si les éclats de voix de Sébastien...). Gauthier DYmon & Co. se sentent une fois de plus obligés de justifier leur statut de têtes à claques du programme avec un numéro de guerilla marketing qui surprend même Alexandre Devoise, pour annoncer la mise en ligne de leur premier clip (mais on n'est pas pressés, nous, les garçons !).

Puis c'est au tour de Julie Zenatti et Alain Lanty d'investir le plateau : la coach des moins de 25 ans, accompagnée par le pianiste des stars, livre en live et en exclusivité un premier extrait de son nouvel album, Plus de diva, annoncé pour le 8 mars 2010 - L'Herbe tendre, pièce classico-poétique élaborée sur le très reconnaissable prélude n°2 de Bach, et dotée d'un visuel mis à nu... Magnifique. Au passage, on objectera simplement que les attaques de glotte de Julie, elle-même ne les aurait peut-être pas adorés chez ses candidats...

Les deux duos, Julie-Marie, Alain-Sébastien, très élégants, font leur apparition au centre du plateau, dans une émotion largement palpable. C'est l'heure de la dernière minute de gloire de Maître Richard, huissier de justice attaché à l'émission et porteur de son dénouement. Avec un commentaire très novateur : "Très serré, ce soir. Extraordinaire."

Vainqueur de X-Factor, première édition, et d'un contrat en maison de disques : SEBASTIEN !!! Enorme scène de liesse...

Conformément à la coutume de X-Factor (dans son édition britannique), Sébastien livre une fin en apothéose, interprétant le single du vainqueur : il reprend Dirty Diana de Michael Jackson. Désormais, c'est en 2010 qu'on le retrouvera. Avec plaisir.

G.J.


Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel