Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

X-Factor, le best of à regarder - Clash, dilemmes et Bisounours : les jurés ont choisi leurs 18 presque finalistes... Découvrez-les ! (réactualisé)

Réactualisation du 27 octobre : Grosse dégringolade pour X-Factor : si le télé-crochet "révolutionnaire" de la chaîne W9 pouvait se targuer, la semaine dernière, d'avoir établi sa marque de référence en franchissant la barre des 3% de part d'audience avec 812 000 adeptes télévisuels (et une pointe au-delà du million), le premier volet de la phase de "coaching" présenté hier soir n'aura pas eu les faveurs du public. 640 000 X-Factorophiles, soit 2,5% de part d'audience et à peine plus que lors de la première du show, ont suivi hier soir le feuilleton de nos amis Julie, Alain et Marc face à des candidats parfois plaisants, mais, dans l'ensemble, pas bouleversants - quelques exceptions notables à découvrir ici. La perspective de la sélection des finalistes, lundi prochain, suffira-t-elle à endiguer cette grosse érosion ? En attendant de le savoir, revivez dès maintenant les temps forts de l'émission d'hier soir, avec les vidéos que nous vous présentons ci-dessus.

Préliminaire : vous avez mis les bras en croix devant votre poitrine en beuglant un anglicisme curieux ? A la bonne heure, bienvenue dans X-Factor. Bing, pour continuer dans le rituel sectaire, nous vous adoubons et vous oignons (oui, c'est un verbe de la langue française à la première personne du pluriel) de quelques gouttes de Carmina Burana version hard rock.

Et c'est parti pour cet avant-dernier épisode avant l'ultime sélection, lorsque nous connaîtrons les trois candidats que chacun des jurés présentera en finale.

La semaine passée, nous avons découvert les réactions de Julie Zenatti, Alain Lanty et Marc Cerrone en prenant connaissance des catégories dont le sort les a lotis, respectivement les moins de 25 ans, les plus de 25 ans et les groupes.

On débute avec l'accueil réservé par le charismatique et captivant Alain Lanty à ses protégés : lui en a 13, suite au coup de théâtre qui a permis à Ibrahima de se joindre à la cène, mais seuls 6 resteront à l'issue de cette nouvelle session. Ils sont prévenus, d'autant que le génial pianiste des stars s'est adjoint les services d'un consultant musical de haut vol (découvreur de Vanessa Paradis, Maurane...) pour l'aider dans ce tri nécessaire.

Marc Cerrone, privé de ses deux acolytes du jury, leur a trouvé deux remplaçants : un musicien et une chanteuse (Barbara Tucker) new-yorkaise qui fait une entrée remarquée... vocalement. Crispations : certains craignent le goût de Marc pour les voix de blacks (confirmé par la présence de Barbara), d'autres s'enthousiasment.

Et déjà, un premier rebondissement : le formidable groupe Egregor Vocal, qui avait fait souffler une tempête de musicalité sur les premiers volets du télé-crochet avec des reprises a cappella d'une épaisseur saisissante (Bohemian Rhapsody, La Boîte de Jazz) fait défection. En cause, l'absence d'un membre (en train d'enseigner), le départ d'un autre pour soliste d'opéra. Marc Cerrone fulmine... et nous, on regrette le départd'une formation aussi technique et prometteuse.

La horde des jeunes voit apparaître Julie Zenatti, qui annonce la couleur : "Vous êtes contents que ce soit moi ? Vous avez tort." Elle a deux acolytes, qui, comme elle, cherchent à avoir "les poils" (un raccourci imagé pour parler de sensibilité). La pression se fait déjà sentir... On s'en doutait, c'est d'elle que viendra le danger. Elle veut des larmes, des peurs, des candidats tout nus (au figuré, hein !).

Guillaume, le Belge qui avait séduit (dans tous les sens du terme) Julie, a dépassé l'avertissement du second tour : son émotivité éclate dans une prestation braillarde mais intense. Cyrielle va ensuite devoir prouver qu'elle n'est pas prétentieuse : sa cover acoustique du Butterfly de Superbus, après des trucages initiaux too much, convainc. Mais le personnage agace définitivement une Julie Zenatti un peu plus revêche à chaque épisode. D'ailleurs, elle tente de "détendre" l'atmosphère : face au silence de mort de la salle d'attente, Julie Zenatti menace de virer les 12 et suspend les auditions tant que l'ambiance et le chant ne s'invitent pas à la fête. Marie, une des benjamines, part faire un footing pour évacuer le stress. Comique. Pourvu que cela marche. La petiote au coffre indécent a juste le temps de reprendre sa respiration, et d'envoyer les décibels sur Whitney Houston. Aura-t-elle tenu compte de l'agacement de Julie Zenatti au tour précédent face à sa puissance ? Pas vraiment. Pourtant, ce coup-ci, Julie et ses deux potes "ont les poils". Première charrette : trois éliminés n'auront pas passé la matinée. Ca continue à neuf.

Après ce long premier chapitre chez les jeunots, on zappe du côté des aînés. Alain Lanty, sourire aux lèvres et doigts au clavier, se régale avec les madones. L'ambiance est nettement plus détendue de ce côté-ci. Alain suggère même de changer de tonalité pour arranger sa candidate (en l'occurrence, l'attachante Marseillaise Annie) sur Vancouver. Tout le monde se congratule ; que d'ondes positives chez Alain la banane, qui ponctue le moment d'un "sacré Annie" éloquent. Alexis n'échappe pas à ses trous de mémoire récurrents et se rachète par une... sympathique nervosité sur du De Palmas. Mais cela ne compense tout de même pas une troublante absence de sens musical (qui implique, en théorie, des notions de rythme, de mesure, etc.). Sanson, Aguilera, Robbie Williams dans la sélection du pianiste, et des interprétations très jouées mais pas de grosse sensation vocale, comparativement à la fournée des jeunes. L'humeur exaltée et exaltante d'Alain et son complice tirent le tout vers le haut.

Le mode de fonctionnement de cet épisode laisse moins de place au montage et à la mise en scène rebattue. Ibrahima fournit néanmoins la séquence émotion, en raison de l'hospitalisation de sa maman au Sénégal, qui lui vaut une visite intimiste d'Alain Lanty dans le parc.

Il est temps de retourner chez Marc Cerrone. Après une énième caricature signée Character Soul (ou comment former un groupe sans chanter juste et sans écoute), nos gentils fumistes Gauthier Dymon & Flo, présents à ce stade du jeu par la grâce d'un miracle, écopent de Sous le vent. Euh... Cerrone apprécie leur interprétation nasillarde et décalée. Le sketch continue. Vient ensuite le quatuor Basilic, et la reprise acoustique de Queen que nous vous avons proposée en vidéo un peu plus tôt. Ca aussi, ça fait chavirer Cerrone, et sa copine Barbara loue leur présence et leur facilité harmonique. Sérieusement ? Freddie Mercury n'a pas fait de commentaire... Ne vous inquiétez pas : tout le monde aura droit à sa fleur. On souffre régulièrement des tympans, mais Cerrone trouve tout parfait. Mention spéciale toutefois aux voix de blacks des duos O.G et 9.7 (avec une version ragga romantico-solaire, très surf song de Sous le vent). Tout le monde, ou presque : The Sistaa carnagent I'm so excited et se font tailler. Et trouvent le moyen de tenir tête à Cerrone. Elles, elles ont déjà leur bon de sortie. Les White Niggaz se sabordent ensuite, avec une nouvelle harmonisation lunaire. Sous le vent n'est sans doute pas un cadeau pour ce trio où il n'y a pas réellement de voix, mais plutôt une énergie dans le sillage des Black Eyed Peas. L'extase de Marc Cerrone est difficilement compréhensible. Mais le groupe lyonnais est lucide : "s'il a donné 11 parfaits..."

Retour chez Julie Zenatti. Le pays des Bisounours de Marc est bien loin. Mais sous la chappe de plomb, l'après-midi de travail prend un tour nouveau, l'artiste accomplie prodiguant maints conseils techniques à ses ouailles. Sans concession, mais avec sensibilité. Et une jolie complicité naissante avec Charlotte.

Autre type de connexion, celle d'Alain Lanty et Ibrahima, fragilisé par sa situation personnelle. Et une confession poignante faite à Alain Lanty : "Je te remercie de m'avoir épaulé. Déjà, je suis pas français..."

L'heure des délibérations a sonné. Julie Zenatti, un brin condescendante mais quasi maternelle, qui s'est déjà délestée de trois candidats, retient François, Marie, Julie, Guillaume, Charlotte (sélectionnée avec une mention spéciale : "cette aventure m'apprend beaucoup de choses sur moi", se laisse aller la coach) et... (musique de suspense insoutenable... et caricaturale) Cyrielle. Aurélie, Lisa, Stéphanie restent sur le carreau. On se serait passé de la séquence téléphone portable et larmes, mais bon.

Marc Cerrone ne s'encombre pas de fioritures : 9.7, White Niggaz, Gauthier Dymon & Flo, Character Soul, Céline et Aude, et Basilic sont retenus. Globalement, on souhaite bon courage à l'ami Marc (ou de continuer à prendre son traitement euphorisant).

Du côté d'Alain Lanty, la jovialité et la passion de la journée ont laissé place à un moment un peu plus pesant, mais allégé par la douceur naturelle du coach. Yvonne, Sébastien, Cécile, Alexis, Annie (ouf !), et Fanny (aïe !), défendront encore leurs chances la semaine prochaine. Enfin, la semaine prochaine pour les téléspectateurs, car, pour eux, c'est dès le lendemain que cela se jouera. Musique épique (bande originale de Gladiator) pour accompagner la sortie des perdants hors de l'arène du X-Factor.

Une bande-annonce un peu plus courte qu'à l'accoutrumée vient clore ce nouveau chapitre. Et pour cause : la semaine prochaine, le principe sera le même... en pire !


Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel