Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Eric Cantona présente les Rebelles du foot avec enthousiasme

Avant de le découvrir dans le deuxième film "traditionnel" de HPG, Les Mouvements du bassin, Eric Cantona s'est montré mercredi 11 juillet au festival du film de Sarajevo.

Ancien footballeur, star de Manchester United, le Français est devenu acteur de talent, âgé de 46 ans et marié à l'actrice Rachida Brakni, mère de leur fils Emir. Rebelle parmi les rebelles, Eric Cantona, que l'on appelle le "King", a justement présenté lors de ce festival, qui s'est tenu dans la capitale de la Bosnie-Herzégovine du 6 au 14 juillet, le documentaire Les Rebelles du foot.

Véritable chef-d'oeuvre bouleversant, sur l'engagement hors pelouse de cinq vedettes internationales, dont un Bosnien, Les Rebelles du foot a été diffusé en plein air, devant quelque 3 000 personnes, dans la ville natale de l'un des personnages du film, Predrag Pasic.

Eric Cantona, qui a un rôle de narrateur qui lance et conclut les histoires de cinq footballeurs "rebelles" venus de trois continents, mais que leur action en faveur des valeurs de solidarité et d'humanité unit, explique son engagement dans ce projet : "J'ai accepté de participer à ce projet parce que ce sont des histoires qui nous touchent et c'est ce que j'ai envie de défendre. Il raconte le courage et la vraie humanité de ces cinq hommes qui ont défendu leurs valeurs au prix même de mettre en danger leurs familles. C'est important de mettre en lumière ce genre d'histoires et ce genre d'hommes, parce qu'ils sont des grands hommes."

Ce documentaire de 90 minutes, réalisé par les Français Gilles Perez et Gilles Rof, raconte l'engagement de l'Ivoirien Didier Drogba, du Chilien Carlos Caszely, du Franco-Algérien Rachid Mekhloufi, du Brésilien Sócrates, décédé en décembre 2011, juste avant le tournage du film, et du Bosnien, Predrag Pasic. Tous les cinq qui ont mis leur notoriété au service de la société.

Ce soir dimanche 15 juillet, Les Rebelles du foot sera diffusé sur Arte.

Gilles Rof, l'un des réalisateurs, explique qu'Eric Cantona n'est pas présenté en personnage mais plutôt en commentateur : "C'est lui parce qu'il a une image de rebelle. Rebelle incontestable. C'est quelqu'un qui n'a jamais gardé sa langue dans sa poche, qui a toujours dit ce qu'il pensait. Les cinq autres, ont tous été placés dans des circonstances historiques exceptionnelles, dans des guerres, des sièges, des moments de l'histoire coloniale, les dictatures. Et en ce moment-là, ils ont défendu certaines valeurs, des valeurs de vivre ensemble et des valeurs de solidarité."

D'abord Rachid Mekloufi, vedette de Saint-Étienne à la fin des années 1950, décide une nuit de 1958, déjà doté à l'époque de 4 sélections chez les Bleus, de rejoindre l'équipe du FLN en voie de constitution, hébergée à Tunis. Au total, onze joueurs professionnels algériens évoluant dans l'Hexagone vont faire de même. Aujourd'hui âgé de 76 ans, Rachid Mekloufi raconte cette époque rude, ému aux larmes.

Ensuite, le Chilien Carlos Caszely, quinze ans plus tard. Le footballeur a refusé de serrer la main au général Pinochet, qui, après avoir renversé Salvador Allende, avait transformé la principale enceinte de Santiago, le Stade National, en camp pour y parquer 12 000 opposants. Pour protester, Carlos Caszely garda ostensiblement les mains dans le dos quand Pinochet vint le saluer sur la pelouse avant le coup d'envoi d'un match officiel. Résultat, sa mère fut torturée par le régime, mais il s'engagea plus vigoureusement encore jusqu'à la chute de Pinochet en 1990.

Puis c'est sur Socrates que les réalisateurs se sont penchés. Le Brésilien mythique, décédé le 3 décembre 2011 avant de pouvoir témoigner dans le film, fut l'inventeur de l'autogestion foot-ballistique pour combattre les militaires au pouvoir dans le Brésil du début des années 1980.

Ensuite, c'est l'histoire bouleversante de Predag Pasic qui est racontée. Ce joueur de Sarajevo a choisi de rester dans la ville encerclée par les troupes de Radovan Karadzic pour y faire vivre une école de football multiethnique. Maintenant vieux de 53 ans, ancien capitaine de la formation de Sarajevo et jeune international yougoslave, il a lutté depuis le début du conflit intercommunautaire de Bosnie, contre les divisions entre Serbes, Croates et musulmans, qui se sont fait la guerre de 1992 à 1995. Quelque 5 000 élèves sont passés par l'école "Bubamara" depuis sa naissance, dans le siège de Sarajevo. "Ces gamins ne vont pas tous devenir des grands joueurs de foot, mais ils vont tous devenir des vrais hommes, qui vont véhiculer ces valeurs de vivre ensemble", explique Gilles Perez.

Enfin, Didier Drogba y raconte son voyage, en 2006, à travers la Côte d'Ivoire coupée en deux pour présenter aux belligérants son ballon d'or, sorte de Graal de l'unité d'un pays déchiré par la guerre civile. Didier Drogba, qui vient de faire son arrivée au Shanghai Shenhua, pour intégrer le championnat chinois moyennant un pont d'or, suppliait, alors que son équipe venait de se qualifier pour la Coupe du Monde, les deux camps de déposer les armes.

A noter par ailleurs que le New York Cosmos, le club dont Eric Cantona est le directeur depuis janvier 2011, est prêt à renaître de ses cendres. Trente ans après son dernier match professionnel, l'ancien club de Pelé, Carlos Alberto ou encore Beckenbauer vient en effet d'être admis en NASL, un championnat professionnel américain équivalent à la L2.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos
Miley Cyrus : elle tourne le remake de LOL à Paris avec Douglas Booth !
Leonardo Di Caprio : Gatsby le Magnifique mouille le smoking pour sa montée des marches
George Clooney : une Harley et une beauté, What Else ?