Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Calogero : ''Ma paternité fait de moi un anxieux''

7 photos
Lancer le diaporama

Calogero est de retour ! A l'occasion de la sortie de son nouvel album intitulé Les feux d'artifice le 18 août prochain porté par le single Un jour au mauvais endroit, le chanteur du tube En apesanteur s'est confié à nos confrères du Nouvel Observateur. A cette occasion, l'artiste de 42 ans est revenu sur son enfance, sur la violence de notre époque et sur sa paternité.

Très marqué par le drame d'Echirolles (où il est né et a grandi) où deux jeunes hommes de 21 ans, Sofiane et Kevin, ont été poignardés à mort par une bande de gamins en 2012, c'est par le biais de ce premier single, Un jour au mauvais endroit, que Calogero a trouvé les mots pour évoquer la violence actuelle. De sa propre expérience, les choses ont beaucoup changé depuis qu'il a quitté sa banlieue grenobloise. "Mes parents qui sont siciliens ont souffert du racisme, moi pas, ce qui ne m'empêche pas de souffrir parfois du complexe de l'immigré. Il y avait des bagarres dans le quartier mais je n'avais pas besoin d'être courageux : mes grands frères me protégeaient, les aînés devaient savoir se défendre. Les coups, c'est surtout les enseignants qui me les ont donnés : ils me tiraient les cheveux, me giflaient", s'est-il souvenu.

Ainsi, exit les tubes légers et radio-friendly, Calogero a aujourd'hui envie de textes plus profonds, plus engagés, afin de parler du monde qui nous entoure. Il ne s'en cache pas, sa paternité - il a deux petites filles, Nina (10 ans) et Romy (7 ans) et un petit garçon de 7 mois - n'est pas étrangère à ce besoin d'aborder des thèmes plus forts. "Mon album est engagé socialement. C'est normal, la paternité fait de moi un anxieux. Je ne suis pas du genre à dire que c'était mieux avant, mais il m'arrive de le penser face à la banalisation de la violence au cinéma ou dans les jeux vidéo. L'ignorance généralisée m'inquiète aussi, a-t-il expliqué. Sans la musique, j'aurais fait des conneries. Donc, quand je rencontre un jeune qui charcute le français, je sais ce qu'il y a derrière."

Une interview à découvrir en intégralité dans Le Nouvel Observateur, n°2594.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel