Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Cannes 2015 : ''Le Fils de Saul'', film choc qui bouleverse le Festival

22 photos
Lancer le diaporama
Montée des marches du film "Le fils de Saul" lors du 68e Festival International du Film de Cannes, le 15 mai 2015.

Pour beaucoup de festivaliers, Le Fils de Saul est le choc de cette 68e édition. Ce long métrage présenté le 15 mai au Festival de Cannes et en lice pour la Palme d'or n'a laissé personne indifférent avec son regard sur la Shoah. Le Hongrois László Nemes nous plonge dans la "solution finale" et va jusqu'à reconstituer cet enfer : l'atmosphère visuelle et sonore vécue par un membre des Sonderkommando pendant l'extermination systématique des Juifs dans les chambres à gaz. Parmi les réactions, certains sont abasourdis, d'autres disent qu'il a été courageux de s'attaquer à cela.

László Nemes, né en 1977 en Hongrie, mais qui travaille depuis ses études à Paris entre les deux pays, a mis cinq ans pour réaliser ce film qui lui tient à coeur pour des raisons personnelles, une partie de sa famille ayant été assassinée à Auschwitz, ainsi que le rapporte le site de RFI : "Cela ressemblait à un trou noir, creusé au milieu de nous... Il s'est agi pour moi de rétablir un lien avec cette histoire." Pour le scénario, il a collaboré avec l'écrivain Clara Royer (Csillag). Devant la caméra : Geza Rohrig, Urs Rechn, Todd Charmont et Molnar Levente.

Pour Allociné, le cinéaste s'était penché sur la question de la mise en scène de l'horreur : "On ne voulait pas faire un film beau. Il fallait rester au plus près de Saul, d'où cette caméra à l'épaule et l'utilisation d'un objectif quasi unique. Il fallait faire le film le plus simple possible. Souvent les films sur la Shoah peuvent se révéler esthétisants. Il a fallu faire attention à ne pas être amoureux de nous-mêmes et de nos images." Un sujet qui fait débat : "C'est Gravity à Auschwitz. La comparaison n'a rien de hasardeux. Les deux films sont des survivals scotchés aux basques d'un individu perdu dans le chaos, s'arrimant à tout ce qui peut l'empêcher de sombrer dans les limbes de la folie ou du désespoir", écrit L'Obs, tandis que Télérama parle de "fiction impossible".

Extrait du film Le Fils de Saül présenté au Festival de Cannes 2015
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel