Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Fabrice Luchini : ''Pendant vingt ans, tout le monde a cru que j'étais homo''

A l'oral comme à l'écrit, les interviews de Fabrice Luchini, esprit fin et cultivé débordant d'humour, sont toujours un réel plaisir. Dans celle qu'il a accordée au magazine Télérama, il revient sur ses origines, son enfance, ses premiers pas, son métier de coiffeur, sa réussite, sa passion pour les lettres et même sa sexualité. Précieux et précis, il n'écarte aucun sujet et répond aux interrogations avec autant de délectation.

''Oui, je suis riche''

D'entrée de jeu, le sujet qui fâche : l'argent. Fabrice Luchini est loin de ses années difficiles, entre 1970 et 1990, durant lesquelles il a ramé jusqu'à son explosion dans La Discrète de Christian Vincent. Son personnage élaboré à travers les films d'Eric Rohmer, celui de beau parleur, explose dans ce long métrage. Aujourd'hui, il peut porter un film sur ses épaules, les spectateurs se déplacent par millions pour le voir (Potiche et Les Femmes du 6e étage) et les critiques le saluent. Symbole de cette gloire : son rôle de César dans le nouvel opus d'Astérix et Obélix : Au service de Sa Majesté.

En ces temps de polémique sur les 75% d'imposition, le comédien est clair : "Je ne vais m'exiler fiscalement." Pour lui, il est logique que les artistes et sportifs bien lotis paient comme des chefs d'entreprise, précisant : "Comparé à monsieur Arnault, je suis un clandestin afghan ou un Albanais en fin de piste. Par rapport à la majorité des comédiens, oui, je suis riche." Un riche qui n'a pas d' "affinités avec les bourgeois accros au Figaro Magazine, j'appartiens désormais à la catégorie qui a une maison sur l'île de Ré, comme Lionel Jospin". Son père, immigré italien, aurait été ravi de l'accomplissement matériel de ce fils, qui a commencé comme coiffeur et qui a été obligé de le redevenir à 25 ans faute de parvenir à décrocher des rôles.

"J'étais obsédé par les femmes"

Cette période est bel et bien révolue, à présent, Fabrice Luchini ne manque plus de propositions et dans le film Dans la maison de François Ozon, déjà récompensé par le prix Fipresci à Toronto, il est par exemple transformé en prof de français manipulé par son élève. C'est donc avec un certain détachement qu'il se souvient de ses premiers pas dans le milieu : "A mes débuts, j'ai été reçu par un agent très connu, qui m'a dit : 'Je ne te prends pas et, à mon avis, tu ne réussiras pas, parce que tu n'es pas sexué. Quand tu joues, on ne sait pas si tu es homo ou hétéro.' Je suis reparti extrêmement accablé. En fait, pendant vingt ans, tout le monde a cru que j'étais homo : un acteur si maniéré ! Mais j'étais obsédé par les femmes, client des prostituées dès l'âge de 15 ans. J'étais ce que Céline appellerait un 'tracassé du périnée', un chercheur. Parallèlement, mes amitiés étaient masculines, et souvent homosexuelles. Déjà à 14 ans, dans la coiffure j'étais entouré d'homos. Je suis comme un poisson dans l'eau avec l'homosexualité." Il avait d'ailleurs déclaré en 2009 dans le magazine Têtu : "J'ai essayé une fois avec un bonhomme. Ça m'a... troublé" !

Ne lui demandez pas néanmoins son opinion sur le mariage pour tous : "Je trouve le mariage en général très zarbi. Ne suis moi-même pas marié. Je cite toujours la même question géniale d'Oscar Wilde : Etre un couple, c'est ne faire qu'un. Oui, mais lequel ?" Il est très heureux de sa famille et fier de sa fille, réalisatrice, Emma Luchini. Toutefois, le malicieux Fabrice ne peut s'empêcher de taquiner le bien-aimé de la jeune femme, l'écrivain Nicolas Rey.

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans le magazine Télérama du 22 septembre

Leonardo DiCaprio, un ambassadeur de choc pour célébrer l'ouverture de la boutique parisienne Tag Heueur
Jean Dujardin, le frenchy préféré des américains partage la vedette avec Leonardo DiCaprio
Michaël Youn et José Garcia se laissent pousser la moustache !
Arnold Schwarzenegger : après Mister Univers, acteur et sénateur, il devient écrivain !
Emma Stone toute en strass et en transparence, débarque à Paris.
Mark Wahlberg, une superstar bien dans ses baskets
Michelle Williams : adorable baby doll aux allures de femme fatale
Scarlett Johansson : une belle américaine à Paris qui ne passe pas inaperçue...
Uma Thurman sculpturale pour sa montée des marches à Cannes
Zac Efron : un playboy débarque sur la Croisette !
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel