Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Mort d'Allain Leprest: Obsèques et hommage public à Ivry pour un adieu déchirant

Allain Leprest, quand il s'est donné la mort, a-t-il repensé à l'impertinence manouche de Quand j'étais mort, ce titre d'anticipation d'une incroyable facétie paru sur son dernier album indispensable (Quand auront fondu les banquises, 2008), pour lequel sa voix sépulcrale devenait une amuseuse de première, une cabotine de cabaret, comme en écho truculent au Dernier repas de Brel ? A-t-il voyagé une dernière fois, en un ultime "Nananère", dans ces images fascinantes qu'il a créées et animées, d'une voix de maître et d'une langue de dieu, une langue de grand créateur, pendant près de 30 ans ?

Allain Leprest a mis fin à ses jours dans la nuit du 14 au 15 août à Antraigues-sur-Volane, en Ardèche, patrie de son grand ami et admirateur disparu avant lui Jean Ferrat. En vacances au pied de la montagne chère au coeur et au regard de ce dernier après avoir été l'invité en juillet du festival dédié à Ferrat par son village, Allain Leprest a décidé de quitter la scène à 57 ans, à ses conditions. Le choix du lieu, éminemment symbolique, apparaît comme le dernier clin d'oeil et la dernière attache de celui qui chantait qu'il n'en avait pas, dans son récent duo cosmique étourdissant avec Yves Jamait, J'habite tant de voyages. Le timing, lui, quelques jours après que sa fille Fantine se fut produite sur la place de la résistance en chantant Ferrat, lui a peut-être été intimé par la maladie : touché par un cancer qui l'avait visiblement affaibli ces dernières années, lui qui a tant caressé, pétri, possédé le corps de la langue française, pouvait-il encore endurer de ne plus être propriétaire du sien ?

Son producteur, Didier Pascalis, qui a fait savoir qu'Allain Leprest travaillait à un album prévu pour la fin de l'année parallèlement à une série de concerts à La Cigale parisienne, a annoncé que ses obsèques se dérouleront mardi 23 août 2011, à 16 heures, au cimetière Monmousseau d'Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), ville où il avait résidé et où il était connu pour partager l'agilité de sa plume dans des ateliers d'écriture dont profitèrent notamment des artistes tels que Loïc Lantoine ou Agnès Bihl.

L'inhumation d'Allain Leprest aura lieu, selon l'AFP, à l'issue d'un hommage associant le public. De nombreuses personnalités y sont attendues, notamment des représentants du parti commmuniste, de l'Académie Charles-Cros, qui le distingua en 1993 (pour l'album Voce a mano en collaboration avec l'accordéoniste Richard Galliano chez Saravah) et en 2008 (pour l'ensemble de son oeuvre), et de la SACEM, qui, après lui avoir décerné un prix spécial en 1993, lui octroyait un véritable triomphe en décembre 2009, lui remettant le Grand Prix des Poètes. Poète, une consécration que cet esthète magistral, modèle d'exigence, démiurge littéraire et génie de l'interprétation, n'assumait qu'avec réticence et une humilité édifiante : "Finalement quelle est la différence entre la poésie et la chanson ? J'ai toujours eu l'impression de faire de la chanson et de trouver que la poésie c'était quelque chose, peut-être de plus exigeant, fait plus pour les yeux que pour les oreilles... Ceci dit, je le prends comme un honneur", déclarait-il ainsi après avoir été honoré lors de la cérémonie des Prix de la SACEM.

On attend également à ces funérailles nombre de protagonistes de la chanson française, qui sont tellement redevables au "mec" Allain Leprest de son legs précieux. Comme une famille autour d'un authentique patriarche. Ils étaient nombreux, les artistes, à chanter sa gloire en se rassemblant Chez Leprest, ce fameux hommage discographique en deux volumes interprété par des artistes tels qu'Olivia Ruiz, Nilda Fernandez, Jacques Higelin, Daniel Lavoie, La Rue Kétanou, Enzo Enzo, Jean Guidoni, Michel Fugain, Clarika, Hervé Vilard, Alexis HK, Sanseverino, Clarika, Agnes Bihl, Loïc Lantoine, Mon côté Punk, Jehan (qui était comme lui de l'hommage à Ferrat lors de la Fête de l'Humanité 2010) ou encore ses grands compagnons de route Romain Didier et Francesca Solleville. Ils seront nombreux à accompagner celui qui, sur son dernier album, chantait que "vivre nous quitte à reculons" dans l'apocalypse tranquille de la chanson titre Quand auront fondu les banquises. On y voyait la montée des eaux engloutir le royaume terrestre d'Allain Leprest, souriant et presque tendre prophète cosmogonique d'un avenir sans avenir pour l'espèce, d'une future arche de Noé humaine : "L'hippodrome, l'île de la Cité, Rouen, Ivry, le Mont Saint-Aignan [qui donna son titre à une chanson, NDLR]" submergés, tous ces lieux auxquels il fut attaché disparaissaient, laissant voir "le dernier pingouin/En queue-de-pie sur les Marquises/Danser sur la tombe à Gauguin." Ce "dans longtemps mais on sait plus trop/Plus trop ce que veut dire longtemps", ce n'est plus son affaire, au poète. "Vivre nous quitte à reculons/Glissant ses icebergs sous nos portes", mais lui, désormais, habite vraiment "des cieux sans bornes".

Guillaume Joffroy

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel