Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Mort de Peaches Geldof : Wild child à la dérive, d'obscurs cultes à la rescousse

Peaches Geldof à Londres, le 24 septembre 2013.
23 photos
Lancer le diaporama
Peaches Geldof à Londres, le 24 septembre 2013.

Au lendemain du décès brutal de Peaches Geldof, socialite anglaise de 25 ans et maman de deux enfants, retrouvée morte à son domicile de Wrotham dans le Kent, l'heure est toujours au choc et à l'incompréhension. Qualifiée d'"inexpliquée" et de "soudaine" par la police locale qui a assuré n'avoir trouvé ni traces de drogues ni lettre d'adieu, la violente disparition de la fille du musicien star Bob Geldof et de la défunte Paula Yates suscite en effet de nombreuses questions, laissées, pour le moment, sans réponse.

En attendant les résultats de l'autopsie qui détermineront les causes officielles de sa mort, plusieurs éléments commencent à faire surface dans la presse anglophone qui met en exergue un passé relativement mouvementé. Perturbée par le divorce, en 1996, de ses parents puis par la mort en 2000 de sa mère (la présentatrice télé est décédée d'une overdose d'héroïne), Peaches Geldof ne s'est jamais cachée d'une certaine instabilité inhérente à une enfance en dents de scie. Tête brûlée et incarnation même du "wild child" (ou "enfant sauvage" en français), la jeune femme s'est en effet cherchée pendant longtemps mais semblait avoir fini par se trouver.

C'est en tout cas ce qu'elle confiait récemment au magazine Mother & Baby dans lequel elle assurait que la maternité (elle était maman d'Astala (2 ans) et de Phaedra (bientôt 1 an), issus de son mariage avec Thomas Cohen), l'avait révélée à elle-même. Mais si Peaches Geldof renvoyait l'image de la jeune maman comblée par ses deux bébés, elle n'en cultivait pas moins une certaine part d'ombre et de mystère, pour le moins inquiétante pour ses proches.

Scientologue

En 2009, la it-girl n'avait ainsi pas hésité à dévoiler face caméra dans une interview pour la chaîne ITV2 avoir rejoint le culte très fermé de la scientologie. "Je suis scientologue depuis un moment maintenant, avait-elle lâché à la stupéfaction de son hôte. Autant que je sois limpide à ce sujet. C'est une chose avec laquelle je suis entièrement d'accord. C'est difficile à expliquer. Je pense que j'étais perdue et je ne savais pas quel chemin choisir, j'avais besoin d'un chemin spirituel. J'y ai beaucoup réfléchi et je me suis intéressée à différentes choses. Avant, je n'avais foi en rien et il m'a toujours manqué ce quelque chose. Au final, il s'agit juste de faire de nous des meilleures personnes. (...) Il s'agit juste d'avancer étape par étape, travailler avec les autres pour faire en sorte de devenir une personne calme et ça m'a vraiment aidée en ce sens. De très bons amis à moi sont scientologues."

La Grande Bête

C'est ainsi, sans ciller, que la jeune femme abordait ouvertement ce tabou, sa quête de repères qui l'a donc conduite à rejoindre les rangs de la controversée scientologie. Mais récemment, Peaches Geldof s'était visiblement tournée vers un autre culte obscur, répondant au nom d'OTO (Ordo Templi Orientis). Trois semaines seulement avant sa mort, la journaliste et ex-mannequin avait en effet publié une photo des étagères de sa bibliothèque, remplis des travaux d'un certain Aleister Crowley, gourou occulte mort en 1947 à l'origine d'un sombre courant basé notamment sur le libre-arbitre mais mêlé à de curieuses histoires de rituels de magie noire. De son vivant, Aleister Crowley, réputé pour ses addictions aux drogues dures ainsi que pour ses tendances sexuelles déviantes, n'hésitait pas s'auto-nommer ''The Great Beast, 666" ou "La Grande Bête, 666" (chiffre du diable).

L'intérêt de Peaches Geldof pour cet homme décrit en son temps comme "le plus démoniaque" n'a pas manqué de troubler ses proches, inquiets que la jeune femme adule un tel personnage. À commencer par Jeanne Marine, la compagne de Bob Geldof qui avait fait part de sa réserve, espérant qu'il ne s'agissait que d'une lubie passagère. Sauf qu'il y a peu, Peaches Geldof s'était carrément fait tatouer sur l'avant-bras droit l'acronyme OTO, entouré d'un coeur. Un culte qu'elle avait visiblement profondément ancré dans la peau. Ce mal-être mental ne se confinait pas justement qu'à l'esprit : ces dernières années, Peaches Geldof avait en effet développé une obsession infernale pour son poids, ne s'alimentant plus quasiment que de jus de légumes...

Mark Wahlberg, une superstar bien dans ses baskets
Michelle Williams : adorable baby doll aux allures de femme fatale
Hayden Panettiere complètement accro au nail art !
Scarlett Johansson : une belle américaine à Paris qui ne passe pas inaperçue...
Uma Thurman sculpturale pour sa montée des marches à Cannes
Zac Efron : un playboy débarque sur la Croisette !
Métamorphoses de stars : les préférez-vous avec les cheveux courts ou longs ?
Ces enfants stars qui ont bien grandi...
Britney Spears, Mariah Carey, Nicole Richie : les changements de poids spectaculaires des stars
Ces couples de stars qu'on avait oublié !
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel